cat-right

Fustet

Fustet « sumac ». Etymologie : arabe fust√Ļk « pistachier ». En ancien occitan est attest√©¬† festuc « pistache », mot repris par¬† Rabelais qui le nommait festique, peut-√™tre sous l’influence de l’occitan faouviq ?

Pour¬† l’√©tymologie, je cite le TLF : Empr. √† l’a. prov. fustet ¬ę id. ¬Ľ (XIVe s., Evang. de l’Enfance ds RAYN.; cf. aussi LEVY (E.) Prov.; cf. prov. mod. fustel cit√© ds FEW t. 19, p. 49a), lui-m√™me empr. au cat. fustet (dep. 1249 ds ALC.-MOLL), empr. √† l’ar. f√ļstuq, f√ļstaq ¬ę pistachier ¬Ľ.

Pour une description voir¬† l’Encyclop√©die des Arts et des M√©tiers.

Une des premi√®res attestations vient des livres de comptes des fr√®res Bonis : marchands montalbanais du XIVe si√®cle. 1e partie / [par Barth√©lemy et G√©raud Bonis] ; publi√©s et annot√©s pour la Soci√©t√© historique de Gascogne, par Edouard Foresti√©,..¬† Je n’ai pas consult√© ce livre qui doit √™tre tr√®s int√©ressant pour ceux qui veulent en savoir plus, parce que le fustet est le¬† sumac qui fournit une mati√®re tincturale jaune et qui est encore utilis√© de nos jours pour ses excellentes qualit√©s. La diff√©rence est¬† que l’extract¬† s’appelle maintenant¬† RETAN-BLK-M ou TSK , c’est plus moderne…
Voir aussi Falbe ci-dessus, et rodo ou redoul .

Le transfert de sens de pistachier > sumac s’explique par leur ressemblance. Ils appartiennent tous les deux √† la m√™me famille des Anacardiaceae

 

pistachier                                                                         fustet

Falbe, faube, fauba

Falbe, faube, -a adj.¬†L’√©tymologie est la m√™me que celle du fran√ßais¬† fauve, le¬† germanique *falwa « de couleur fauve » devenu en latin falvus Cf. TLF fauve .

L’adjectif falbet, faubet,-a signifie aussi¬† « fauve »en occitan, mais le sens « infirme, raide dess√©ch√© », p.ex. camba faubeta ne se trouve que dans l’Aveyron.

Faubel adj. « de couleur fauve », faubeta s.f. « fauvette » appartiennent √† la m√™me famille *falwa.

Fouviq, fauvi « sumac » en proven√ßal et dans le Gard, est un autre d√©riv√© du germanique *falwa « de couleur fauve ».¬† Regardez l’image et vous comprendrez pourquoi. Certaines esp√®ces poss√®dent des propri√©t√©s utilis√©es en m√©decine et en droguerie pour la couleur (vernis, laques, tanins). Le sumac est un des mat√©riaux tannants les plus nobles et les plus anciens du monde m√©diterran√©en. Il √©tait utilis√© par les Egyptiens et les Grecs pendant l‚ÄôAntiquit√© pour colorer la laine et plus tard comme extrait tannant.

Je n’ai pas d’explication pour la forme feugi√© donn√© par Mistral pour le Var. Une erreur? par confusion avec la foug√®re. Cf. feuse. A La Canourgue est attest√©e une forme foubyeyro « foug√®re » d√©riv√© de falvus.

L’√©tymon falwa se trouve aussi dans d’autres langues : n√©erlandais vaal « jaun√Ętre », allemand falb « de couleur fauve », anglais fallow idem, corse falu, portugais fouveiro.

Au total nous avons en occitan 5 types lexicaux pour le Rhus (Wikipedia) : Fouviq, fauvi; Fustet ; nerte ; Roudou ou rodo; et français sumac.

Fabre

Fabre, faure s.m. »forgeron »¬† Site : nom de famille : « En France : 39 592 personnes portent le nom de famille Fabre selon nos estimations. Le Fabre est le 66√®me nom le plus port√© en France » . Pour les toponymes, voir A.Longnon,Les nom de lieux de la France,p.552 ss. Noms de famille tr√®s r√©pandu : par exemple le jeudi 29 mars; 1597 dans un jugement : « C’est pr√©sent√© le sire Pierre Fabre, fils √† autre Pierre. A est√© sensur√© pour avoir conduict une putain, ou aport√©e en croupe sur une mule, nomm√©e ladicte putain « La Muscadele ». Pour la suite de cette histoire cliquez!

Etymologie : latin faber « forgeron ». Le mot fabre, favre a aussi exist√© dans le Nord, mais depuis le XIIIe si√®cle il y est concurrenc√© par un d√©riv√© de fabricare > forger. Il a pourtant pu se maintenir dans la langue juridique jusqu’√† la R√©volution, par exemple dans des statuts des f√®vres couteliers, des f√®vres mareschal, et jusqu’√† nos jours dans orf√®vre.

Fabre s’est maintenu en occitan et en franco-proven√ßal. Dans quelques endroits le sens s’est sp√©cifi√©, comme en Ard√®che faure « serrurier ». A Toulouse et dans le Tarn-et-Garonne, les faures est la « vip√©rine commune » (Echium vulgare L. ) parce que pos√©e sur une plaie elle calme la douleur br√Ľlante; autres noms qui confirment : herbe √† feu, br√Ľlotte. La plante contient de l’√©chiine, un poison paralysant le syst√®me nerveux comme le curare!

  faures

Déjà en latin faber était concurrencé par ferrarius. Ce dernier a donné catalan ferrer, espagnol herrero, portugais ferreiro. Faber vit en italien fabbro.

Mounjo

Mounjo « religieuse ». Ancien occitan monja¬†(Millau,1100) vient du latin monacha ¬ę¬†nonne¬†¬Ľ. En galloroman¬† le type monacha, form√© sur le masculin monachus ¬ę¬†moine¬†¬Ľ est limit√© au franco-proven√ßal et l’occitan.

A Al√®s on distinguait¬† la mounjo ¬ę¬†religieuse v√™tue de blanc¬†¬Ľ de la mourgo¬ę¬†religieuse v√™tue de noir¬†¬Ľ, une √©volution caract√©ristique pour une r√©gion interm√©diaire entre proven√ßal et languedocien.

Magali ! se tu te fas mounjo blanqueto, i√®u, capelan, counfessarai, E t’ausirai ! (Mistral)


Magali?

Les mousettes¬† « haricots » en Guernesey¬† que le FEW¬† rattache aux mogettes de la Vend√©e et des Deux-S√®vres, ainsi qu’au catalan monguetas, mongetas, attest√© depuis 1460 font certainement partie des d√©rives de monacha.(Incognita du FEW XXI, 131b).¬† Dans le Diccionari Etimologic catalan , l’auteur ajoute la remarque suiante :

pour des raisons sémantiques peu claires; peut-être pour la couleur des vêtements de nonnes, ou parceque dans les monastères le régime des haricots était très courant.

Mounjeto

Mounjeto

  • 1) escargot d’√©t√©,¬† (eobania vermiculata) appel√© aussi¬† estivenques, missounaire , missounenco en proven√ßal.
  • 2) vari√©t√© de haricot blanc.(Seguier1 :¬ę¬†faviau esp. de fave n’i a de blancs – de negres, de rouge, de blancs et de negres tout ensem de mongetes d’escalaivez et d’aquelles qu’escalont pas¬†¬Ľ
  • 3) libellule (laquelle¬†?)

D√©riv√© de monacha > mounjo ¬ę¬†religieuse¬†¬Ľ. Dans toutes les langues romanes les significations ¬ę¬†¬†moine¬†¬Ľ et ¬ę¬†nonne¬†¬Ľ¬† ont donn√© lieu √† de nombreux emplois au figur√©¬† √† cause de la forme de leurs silhouettes, la couleur de leurs habits, le cr√Ęne ras√© du moine ou la couleur du voile de la nonne : des toupies, des fromages, toutes sortes de plantes, et d’oiseaux.

Sp√©cialement dans¬† le Midi¬†: des haricots blancs, haricots verts, haricots secs. Fr. mongette est un emprunt √† l’occitan. Voir aussi mounjo.

    

Page 30 sur 39« Premi√®re page‚Ķ1020‚Ķ2829303132‚ĶDerni√®re page »