cat-right

Vache sétoise!

Vache « Dans le quartier de Cette (=Sète) nom d’un filet traînant pour la pêche. Statistique des pêches maritimes. 1874, p.115 » (Littré) vient du latin vacca. Un autre attestation de 1868 dans BHL Blanchere. (1821, La Flèche – 1880, Le Havre). J’ai quelques doutes sur l’existence  de ce mot.

une vache sétoise (???)

Pour l’explication de ce sens voir l’article bouletchou.

Aven "sorte de pêche à Sète"

Aven  « sorte de pêche en Languedoc dans les étangs salés des environs de Cette ». La source de cette attestation est le  Traité… de  Duhamel du Monceau. Je n’ai pas pu consulter la source citée par le FEW  mais j’ai retrouvé une attestation antérieure dans son  Dictionnaire de toutes les espèces de pêches  de 1747, reproduite ci-dessous:

Duhamel précise sa définition de aven  : « plusieurs roseaux auxquels sont attachés des lignes faites d’un fil de chanvre délié »

Le FEW classe dans l’ article *abinko « rivière »  le mot aven  qui  en occitan   désignerait une « pêche qu’on pratique en Provence », mais je ne vois pas le lien sémantique entre avenc  « précipice » ou « rivière » et cette manière de pêcher.

Il y a peut-être un lien avec le mot  havenau  ou  avenet  utilisé par Duhamel du Monceau dans les Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvée par … – Page 176.  L’étymologie de haveneau, havenet  avec  muet  est un ancien norrois hafr  « outil de pêche » + le germanique net « filet ». Le mot n’apparaît qu’au XVIe siècle, et le TLF ajoute « L’apparition aussi tardive de ce mot reste inexpliquée.  » (cf. le TLF qui suit le FEW, XVI,112)

Pour pouvoir rattacher le mot languedocien aven  à la famille germanique  hafr + net  reste  le problème  que   l’avenet  est un genre de petit filet  et que les attestations sont limitées à une région qui va de la Normandie jusqu’à la Sologne.

FORT-MAHON-PECHEUSE-DE-GREVETTES

Cette  photo de pêcheuses de crevettes dans la Somme, qui travaillent avec des haveneaux « des filets au bout de bâtons » me dit que c’est peut-être dans cette direction qu’il faut chercher. Les pêcheurs sétois ont des lignes au bout de roseaux

Lachinan "anguille"

Lachinan « variété d’anguille »  vient d’après le FEW du latin lac « lait ».  Occitan leitanço  et  français laitance « Substance molle et blanchâtre que le poisson mâle, à l’époque du frai, répand sur les œufs de la femelle ainsi fécondés, et qui peut être utilisée en cuisine » ont la même étymologie.   Dans plusieurs endroits le mot pour désigner la laitance a pris le sens de « poisson mâle », ou plus spécifiquement de « hareng mâle ».

Lachinan  est synonyme de  margagnons  et de   soufflards .

Dans ses Considerations le baron de Rivière donne la description suivante:

Ailleurs dans son texte il écrit que  » pour quelques auteurs le margagnon ou  lachinan  est l’anguille mâle.  Cette remarque s’accorde avec l’étymologie proposée par le FEW. Il n’y a pas d’autres attestations en dehors de celles de  Duhamel du Monceau1  et du baron de Rivière. Le mot semble limité à la Camargue.

Cet article fait partie d’une série sur le possibilité de la pisciculture de l’anguille en Camargue.

_____________________________

 

Notes
  1. cf. aussi  mon article rasal

Bomarenque "anguille "

Baumarenque « variété d’anguille ». Mistral propose comme étymologie bauma > baumello ,  dérivés du celtique balma « grotte ».

Mais sa définition est celle de la pounchuroto.

J’ai plus confiance en le Baron de Rivière 1  , qui est d’ailleurs probablement la source de Mistral. Il  écrit en 1840,  p.185  à propos de la bomarenque:

L’étymologie proposée par Mistral ne me convainc pas à 100%. Il  s’agit en tout cas d’un dérive en - enco.   Bomar- = ?  Pourtant il a été suivi par le FEW qui explique que ce nom pourrait provenir du fait que l’anguille est capable de s’avancer dans  les plus petites grottes, conduits etc. La description du baron de Rivière confirme cette habilité.

L’ensemble des noms de l’anguille en Camargue

__________________________________________

 

 

Notes
  1. cf. la note dans l’article bouirons

Pounchuroto "variété d'anguille"

Pounchuroto « anguille » est dérivé de ponchu,  « pointu », vient  du latin puncta  » estocade »,  féminin de punctum  « piqure, pointe ». La première attestation (1841) vient des  Considérations  du baron de Rivière  sur les anguilles en Camargue. (Voir mon article  Bouirons).

Mistral fournit deux formes dérivées de pounchu   pour des noms de poissons :  pounchudo  « poisson de mer, espèce de muge; poisson d’eau douce, dard, vaudoise » et pounchuroto  « variété d’anguille ». Il a dû trouver ce dernier dans le texte du baron de Rivière  qui les définit comme des « petites anguilles pointues » qu’on nomme aussi lufru.

L’origine de l’élément -roto  reste encore obscure.  J’ai pensé à rot  « brisé, cassé » > « aplati »   participe passé de rompre,   mais il faudrait d’abord savoir  de quelle variété d’anguilles il s’agit exactement.

pounchurote?