cat-right

Bounitou et sardina

Français bonite est le nom vernaculaire donné à plusieurs espèces de poissons, cousins des thons, et appartenant à la famille des Scombridae.

Les gourmets consid√®rent la bonite comme le meilleur de tous les thonid√©s, sup√©rieur au thon et √† tous les autres, d’ailleurs le terme d√©rive de l’italien bonito qui lui-m√™me d√©riverait du latin bonus qui signifie ¬ę¬†bon¬†¬Ľ. Il est parvenu aux fran√ßais via le sud est de la France, du Languedoc-Roussillon o√Ļ on l’appelle Bounitou, de la Provence, Bounicou, Boussicou ou Palamida. (Wikipedia).

Pour le TLF l‘origine est espagnole, qui l’a pr√™t√© par une lettre √† l’italien, qui l’a fait passer au languedocien pour enfin arriver en fran√ßais.

Pour dire la v√©rit√© ce genre de « recherches » √©tymologiques ne m’int√©resse pas du tout. L’auteur de l’article du TLF non plus; il donne comme √©tymon latin bonnus qui n’existe pas.¬† D’ailleurs, je ne suis pas convaincu. Pour que des Italiens 1¬† ou des Languedociens appellent le meilleur de tous les thonid√©s¬† bounitou, ils n’attendent pas le XVIe si√®cle et la parole des Espagnols.

bounito ou palamys sarda

Sardina du latin sardina « clupea sardina » est un d√©riv√© de sarda un emprunt au grec sarda « sorte de thon p√™ch√© autour de Sardaigne ».

En ancien occitan sarda est le nom d’un « poisson du genre scombre, sardine, clupea pilchardus » (1153-15e s.), pass√© en fran√ßais au XIIIe s.¬† TLF : Poisson de la famille des Scombrid√©s appel√© aussi bonite ou p√©lamide.

 

Notes
  1. D’apr√®s le LEI , Bd.¬†6,¬†Sp.¬†1047, les attestations de bounitou viennent surtout de la Ligurie, qui voisine avec la Provence; l’italien pr√©sente la forme¬† bonita

Tenco "tanche" et la celtomanie

Tenco « tanche »¬† ou « tinea vulgaris »¬† un poisson d’eau douce. Etymologie : le latin tinca « tanche ».¬† Sans int√©r√™t, vous me direz et vous avez raison. J’en parle parce que dans le domaine de l’√©tymologie comme en arch√©ologie¬† la celtomanie est encore tr√®s vivante.¬† Par exemple l’auteur¬† de l’article tanche¬† de Wikipedia,¬† √©crit : « La Tanche (du gaulois tenche) », sans donner sa source; et celui-ci, pareil.¬† Pourtant le TLF, qui suit le FEW, nous renseigne : « Du bas latin¬† tinca (ives. Ausone). »

Pour en avoir le coeur net, j’ai cherch√© l’article tinca¬† dans le FEW. La premi√®re attestation connue vient en effet d’Ausone.¬† Ausone √©tait¬† un po√®te de langue latine, qui s’appelait ou Decius ou Decimus Magnus Ausoniu,¬† n√© et mort en Aquitaine au IVe si√®cle. (Wikipedia).¬†¬† Nous ne pouvons savoir si Ausone a simplement latinis√© un mot gascon, ou s’il l’a connu d’une source romaine.¬† Le fait qu’il utilise beaucoup de mots gaulois ne suffit pas pour dire que tenco¬† est d’origine gauloise.

tenco     Ausone

Pour cela il faut qu’il soit attest√© dans une ou plut√īt plusieurs langues celtiques.¬† Ensuite la r√©partition g√©ographique doit correspondre √† celle des peuples celtiques avant la romanisation.¬† Dans le cas de tinca¬† la pr√©sence du m√™me mot dans le sud de l’Italie, tenge √† Naples, tenchia, tenga¬† en Sicile, tinca¬†¬† en Sardaigne, o√Ļ il n’y a jamais eu des Celtes, rend¬† cette hypoth√®se improbable.

Tinca    se trouve aussi en anglais  tench, néerlandais tinke,  espagnol tenca.

Lachinan "anguille"

Lachinan « vari√©t√© d’anguille »¬† vient d’apr√®s le FEW du latin lac « lait ».¬† Occitan leitan√ßo¬† et¬† fran√ßais laitance « Substance molle et blanch√Ętre que le poisson m√Ęle, √† l’√©poque du frai, r√©pand sur les Ňďufs de la femelle ainsi f√©cond√©s, et qui peut √™tre utilis√©e en cuisine » ont la m√™me √©tymologie.¬†¬† Dans plusieurs endroits le mot pour d√©signer la laitance a pris le sens de « poisson m√Ęle », ou plus sp√©cifiquement de « hareng m√Ęle ».

Lachinan  est synonyme de  margagnons  et de   soufflards .

Dans ses Considerations le baron de Rivière donne la description suivante:

Ailleurs dans son texte il √©crit que  » pour quelques auteurs le margagnon ou¬† lachinan¬† est l’anguille m√Ęle.¬† Cette remarque s’accorde avec l’√©tymologie propos√©e par le FEW. Il n’y a pas d’autres attestations en dehors de celles de¬† Duhamel du Monceau1¬† et du baron de Rivi√®re. Le mot semble limit√© √† la Camargue.

Cet article fait partie d’une s√©rie sur le possibilit√© de la pisciculture de l’anguille en Camargue.

_____________________________

 

Notes
  1. cf. aussi  mon article rasal

Bomarenque "anguille "

Baumarenque « vari√©t√© d’anguille ». Mistral propose comme √©tymologie bauma > baumello ,¬† d√©riv√©s du celtique balma « grotte ».

Mais sa définition est celle de la pounchuroto.

J’ai plus confiance en le Baron de Rivi√®re 1¬† , qui est d’ailleurs probablement la source de Mistral. Il¬† √©crit en 1840,¬† p.185¬† √† propos de la bomarenque:

L’√©tymologie propos√©e par Mistral ne me convainc pas √† 100%. Il¬† s’agit en tout cas d’un d√©rive en - enco.¬†¬† Bomar- = ?¬† Pourtant il a √©t√© suivi par le FEW qui explique que ce nom pourrait provenir du fait que l’anguille est capable de s’avancer dans¬† les plus petites grottes, conduits etc. La description du baron de Rivi√®re confirme cette habilit√©.

L’ensemble des noms de l’anguille en Camargue

__________________________________________

 

 

Notes
  1. cf. la note dans l’article bouirons

Bouirons ‘civelles’ et la pisciculture...

Les bouirons¬† sont les toutes petites anguilles, en fran√ßais les « civelles : Jeune anguille, de la taille d’un gros ver, ainsi nomm√©e √† la fin de sa p√©riode larvaire,…TLF). En cherchant des attestations du mot arabic « esp√®ce de moustiques », j’ai suivi les indications de E.Rolland Faune et j’ai retrouv√© l’article du baron de Rivi√®re sur les anguilles en Camargue intitul√© :

Le baron¬† de Rivi√®re1, un homme tr√®s cultiv√©, donne un aper√ßu de l’histoire de la pisciculture depuis l’antiquit√©.¬† Il fait des propositions pour¬† d√©velopper l’√©levage des anguilles en Camargue. Il a beaucoup voyag√© et il conseille aux p√™cheurs camarguais de suivre l’exemple des Hollandais.¬† En effet l’√©levage et la consommation de l’anguille¬† y est/√©tait importante. Mais la capture des civelles pour le march√© asiatique et la pollution¬† menacent la reproduction de l’anguille. Voir l’article dans Wikipedia. Plusieurs copains qui connaissent bien la Camargue, m’ont dit qu’il n’y en a plus pratiquement. Dans le cadre de l’Europe, il y a actuellement des tentatives de faire revivre l’aquaculture ou pisciculture des anguilles. Voir cet article en anglais.

tête de civelle de 12 jours

Dans ses  Considérations2 , le baron nous fournit plusieurs mots locaux camarguais.

Bouirons

      

L’ennemi le plus dangereux a √©t√© l’homme. Il n’y en a presque plus.

L’√©tymologie de bouiron¬† est le latin botryo, botryonem « grappe de raisins », mot emprunt√© au grec.¬†¬† L’image ci-dessus explique bien l’√©volution s√©mantique « grappe de raisins » > « grappe de civelles ». Antoine Thomas¬† nous fournit une signification analogue et une explication plus pr√©cise:

bouiron1Thomas

bouiron2

Le FEW (I, 467a) suit Mistral et¬† classe birounado¬† comme d√©riv√© de bouiron. Comme il s’agit d’un article du FEW qui ne sera pas revu ni corrig√©, j’ai consult√© le LEI¬† s.v. botryo, -onem. L√†, il y a une remarque int√©ressante concernant l’influence du grec dans la Gallia Narbonenis . Le gr√©cisme botro se serait r√©pandu √† partir de la colonie phoc√©enne en Asie Mineure et le type botryone aurait √©t√© cr√©√© dans le latin parl√© dans la Gallia Narbonensis, ce qui expliquerait la survivance de bouiroun « grappe de vers enfil√©s pour la p√™che des anguilles » en occitan (cf. ci-dessous Mistral)¬† et botiro¬† avec le m√™me sens ¬† en catalan.

A plusieurs reprises nous avons constat√© qu’un mot grec a √©t√© introduit en occitan et notamment en languedocien, directement par les Grecs et non pas par les Romains.¬† Si cette explication vaut √©galement pour bouiron¬† c’est le grec ő≤őŅŌĄŌĀŌÖŌČőĹ √©volu√© en botryon en latin languedocien de l’√©poque,¬† qui est √† son origine.¬† Voir aussi l’article petas ou pedas.

Fréderic Mistral  a plusieurs significations et deux dérivés  dans son Trésor:

Bouiroun1 Mistral

 

Les autres mots camarguais que j’ai trouv√©s dans les Consid√©rations¬† du baron de Rivi√®re, sont:

Les pougaou « anguilles de 500 gr environ ».

Les bomarenques¬† « anguilles de 125 gr »

Les pounchurotes¬† « petites pointues » synonyme de lufru.

Les margagnons¬† ou¬† lachinans,¬† qu’on appelle¬† soufflards¬† dans quelques localit√©s.

Le¬† cod¬† « filet √† anguilles »

Les¬†¬† boutiques ou bascules, appel√©s¬† serves¬†¬† dans le Midi. Ce sont des bateaux perc√©s de trous en communication avec l’eau.

Les¬† anguilles de d√©gout¬† et¬† d√©goutter les anguilles.¬†¬†¬† Degouttar avec le sens¬† « √©goutter » est un d√©riv√© de goutte¬† du latin gutta qui avait le m√™me sens. Le verbe¬† et le substantif¬†¬† d√©gou(t) sont assez courants en est-occitan.

En languedocien il y a un dicton s√© noun pl√≥ou d√©gouto¬† « se dit par rapport √† tous ceux √† qui √©choit une chance au-dessous de leurs pr√©tentions, mais encore passable »

___________________________________

Notes
  1. Il s’agit probablement de Louis de Rivi√®re, maire de Saint-Gilles. C’est lui aussi qui a d√©montr√© la possibilit√© de la culture du riz en Camargue.
  2. Consultable ici en format PDF: Considerations_Rivière
Page 2 sur 512345