cat-right

apiastro ‘renoncule scélérate’

Apiastro « renoncule scélérate ». Apiastro est un dérivé de apium « céleri »  devenu api, lapi en occitan. . D’après Rolland Flore le nom  apiastrum  est déjà attesté chez Pline, mais je ne l’ai retrouvé dans aucun dictionnaire latin. Dans mon article api « céleri », j’ai ajouté un paragraphe sur l’apiastro  copié  partiellement de Wikipedia:

 L’auteur de l’article Wikipedia écrit : « La plante était connue au Moyen Âge comme « Céleri du rire » car son ingestion provoquait un rictus sur le visage de la personne empoisonnée. », mais je ne l’ai pas retrouvé dans les articles en allemand ou néerlandais qui disent que son ingestion rend gravement malade. Par contre frotter la peau avec le lait de cette plante provoque des ampoules, un moyen pour les mendiants pour se faire prendre en pitié.

apiostra

apiostra

Ayant fait quelques recherches sur le nom céleri j’ai découvert que ce mot n’a été introduit en français qu’au XVe siècle (CNRTL céleri). En réalité elle s’appelait  ris sardonien  ou l’ (h)ache riante :

Extrait de: Grévin JacquesDeux livres des venins , ausquels il est amplement discouru des bestes venimeuses, thériaques, poisons & contre-poisons, par Jacques Grévin,… Ensemble les oeuvres de Nicandre,… traduictes en vers françois., Anvers, Plantin, 1568. En ligne sur Gallica

Dans Rolland Flore populaire I, pp. 55-56  vous pouvez voir que le ranunculus sceleratus ne s’appelait nulle part « céléri du rire »., mais ache de ris, ache de risée, etc. ou avec un adjectif dérivé de  sardonia , comme  herbe sardonique, ache sardoine en français. Ache de ris doit être une abréviation de ache de ris sardonique, le ris sardonique est défini pour la première fois par Ambroise Patré  (XVIe s.) comme « un rire convulsif causé par une contraction des muscles du visage et qui donne à la bouche un caractère de moquerie méchante ». (FEW XI, 229).

D’après Rolland Flore I, p.57 passait cette plante autrefois pour causer des empoisonnements qui provoquaient un rire particulier, le rire sardonique.La Seyne  tronche d’àpi est une insulte, ce qui pourrait être une réminiscence du rire sardonique.

En ancien occitan est attesté le nom apiastro pour le « ranunculus sceleratus« ,  la renoncule scélérate ou renoncule à feuilles de céleri, en français.

 

 

Rudo 'rue' plante

Rudo « rue du jardin » (ruta graveolens L.), vient du latin rūta  même sens, peut-être emprunté au grec ρυτη, plus précisément au Péloponnèse.   La rue a joué un rôle important dans la médecine de l’Antiquité et du Moyen Age1 .

La conséquence de cette popularité a été que le nom  rūta a été conservé dans toutes les langues romanes (italien ruta, espagnol ruda) et a été emprunté au latin par l’allemand Raute, néerlandais ruit, et emprunté au galloroman  en anglais rue, basque erua, et  breton ruz.

Dans les Commentaires tres excellens de l’hystoire des plantes, composez premierement en latin par Leonarth Fousch medecin tres renommé :  Paris, 1549 (Gallica)  chapitre 236 (CCXXXVI) vous pouvez lire à quoi servait la rue.

Il  restait encore beaucoup de recettes populaires  à la fin du XIXe siècle.  Voir Rolland Flore IV, p.7 et suivantes, dont:

Extrait de la p.8 Roland flore IV,8.

Plus d’informations sur les effets de la rue

C’est grâce à un membre de la Société des Etudes scientifiques de l’Aude, qui a eu la gentillesse de m’envoyer une photocopie d’un manuscrit de la fin du XIXe siècle sur les Noms patois des plantes dans les environs de Carcassonne  que j’ai pu relever l’effet curieux de la rue que voici:

Dans un site sur les agrumes, l’auteur écrit :

Dans le jardin, la rue est un très bon compagnon pour le framboisier et les rosiers (eloigne ses principaux parasites). La plupart des chats n’apprécient pas la rue. Si des chats viennent anéantir vos nepetas (menthe et herbe a chats), plantez une rue à coté! On peut aussi obtenir une teinture rouge a partir de la plante.

____________________________________________

Notes
  1. En tapant je dérivé « rutine » dans mon moteur de recherche, je vois que c’est toujours le cas.

Metge, mege ‘médecin’

Metge « médecin ; guérisseur, rebouteux » mege (Camargue) est la forme régulière du latin medicus. FEW VI/1,604.  Le Donatz proensal traduit mezinar « medicinam dare »  donner des médicaments.

Le mot actuel medecin , dérivé de medicina n’apparaît en ancien occitan et en ancien français qu’au xve siècle quand le médecin devient quelqu’un qui a un statut scientifique et social. C’est à partir de cette époque  que le mot metge  prend le sens de « guérisseur, charlatan » ou « vétérinaire », mais pas partout.  En 1451 le conseil municipal d’Apt  décide de résoudre le problème de la désertification médicale ainsi:

(Extrait de l’article de F.Sauve, Les Services publics communaux et les abonnements en nature au Moyen Age dans la région Aptésienne.  Annales de la Société d’Etudes provençales 5 (1908). Aix-en-Provence. )pp.1-22;89-110.

 Encore plus savant que le médecin est le docteur qui a le droit d’enseigner, ou qui a soutenu une thèse. Tout médecin n’est donc pas docteur. Attention avec le mot doctor en anglais. Le verbe to doctor signifie « falsifier, bricoler, trafiquer, bidouiller » en slang. Ce n’est pas très éloigné de notre mege. En Angleterre doctor a dog veut dire « castrer un chien »!

charlatan

On reconnaît un médecin au stéthoscope.;;;;

Une amie me signale qu’en Provence il y avait lou mégé  de l’estélan « le médecin des étoiles »   .   L’  Estelan est le « ciel étoilé » d’après Mistral. Estelan est un dérivé rare de stella « étoile ». Voir FEW XII,253b en haut de la page.

En ancien wallon est attestée l’expression celestis mede avec le sens « Dieu ».  S’agit-il du même emploi au figuré?

marsioure 'ellébore'

Marsioure, marsivol marsioul  « ellébore » vient d’un *marsīlium « ellébore » attesté seulement en latin médiéval. Les formes citées se rencontrent principalement en provençal et est-languedocien1 Alibert propose la  graphie  basée sur une fausse étymologie  marciure.

La forme marsioure  semble être une combinaison de *marsīlium  et de siterus   qui signifie également « ellébore ».

Les formes marsioul, marsivol   sont  peut-être influencées par un dérivé en -ble  que nous trouvons par exemple à Apt moursuble,

     

L’étymon *marsilium fait partie d’une famille de noms de plantes qui ont l’élément mar  en commun et qui semble être très ancien. Voir aussi TLF marrube.

Une fois de plus nous constatons une très grande variété phonétique dans le nom de cette plante. Toutes sortes d’associations l’ont influencé. Dans l’Ariège l’ellébore et la chélidoine s’appellent martiri association de martyr,  peut-être parce que le suc de la plante coule comme du sang quand on la coupe.  Dans l’Ariège la chélidoine s’appelle aussi flou de sank (de krist ?).  Parce que la marsioure fleurit au printemps on a associé son nom au mois de  mars, etc.

Cette grande variété de formes s’explique par le fait que ces plantes ont peu d’intérêt intercommunautaire  et/ou commercial.

martiri (Ariège) chélidoine

 

Notes
  1. Données incomplètes dans le  Thesoc: ARDECHE, AUDE, AVEYRON,GARD, HERAULT, LOZERE.

ariège 'salsepareille'

 Ariége, saliége,  (S2), clariège (M), rinvierge à Marseille d’après Mistral.

salsepareille

Ci-dessous la description de l’abbé de Sauvages (S2 identique à celle de S1 de 1756))

  

La forme ariège  est attestée  à Nice et dans la Gard par l’abbé de Sauvages et dans le Trésor de Mistral. Le FEW fournit aussi un faliège, mais c’est une fausse lecture pour saliége (voir l’image ci-dessus).

L’étymologie de ce groupe de mots était  inconnue.  Le FEW  ne savait   pas quelle forme pourrait être à la base de ce groupe..

Grâce à Mistral qui note le mot catalan aritjols et au  Diccionari de la Llengua Catalana, ab la correspondencia castellana  qui écrit que la salsepareille  s’appelle aritjols ou arinjol,   je l’ai retrouvé  dans le Diccionari etimològic  :  aritja « sarsaparilla »  attesté depuis 1650 … de l’arabe  ´arîša « parra » (« treille » en français).  avec trois  dérivés  : aritjol, aritjar et aritjolar.   Cette étymologie doit  venir du grand étymologiste Coromines, mais je ne suis pas en possession de son dictionnaire étymologique du catalan. Je retrouve la même étymologie dans le Diccionari cat. :

aritja   [1650; de l’àr. ‘arîša ‘parra’] f 1 BOT Arítjol.  2 ALIM Beguda que s’obté de la cocció de l’arrel d’arítjol ( aritjol « smilax aspera »; aritja Smilax aspera var balearica arítjol baleàric ). J’ignore hélas tout de l’arabe, mais dans le Glossaire Des Mots Espagnols Et Portugais Derives de L’arabe Par Reinhart Pieter Anne Dozy, W. A. Engelmann (coaut), p.58,  je trouve les remarques suivantes:

L’arabe aricha peut donc désigner un treillage sur lequel on fait monter  de la vigne  … ou sur lequel monte la salsepareille.

Je pense que cette étymologie est la bonne.

Salsepareille. Les premières attestations du nom français salsepareille « smilax  europaea » datent de 1570 et viennent du portugais çarçaparrilha , devenu salsaparrilha  influencé par salsa « persil ».  Cotgrave (1611) écrit zarzeparille  en suivant la forme espagnole zarzaparilla. Au XVIe siècle les Portugais ont importé  de Chine  le smilax China L.    Le nom salsepareille  a été donné également à plusieurs espèces américaines, spécialement de la côte est du Mexique et de Colombie où le Smilax medica Schlecht et le Smilax officinalis  sont indigènes.  Les racines de la salsepareille ont joué un rôle important dans le traitement du syphilis1

L’élément zarza-  est probablement d’origine préromane et indigène dans la péninsule ibérique. FEW 21,181b.

D’après Pouzolz, vol.II, p.385,  la salsepareille s’appelle lenga de ca  dans le Gard.
__________________________________________

 

Notes
  1. C’est à cela que l’abbé de Sauvages fait allusion quand il dit que « notre salsepareille est employée aux mêmes usages que celle d’Amérique, mais en plus forte dose.
Page 2 sur 101234510Dernière page »