Etymologie-occitane » homonyme http://www.etymologie-occitane.fr Dictionnaire étymologique de l'Occitan Fri, 22 Jun 2018 08:18:47 +0000 fr-FR hourly 1 Gamas ‘cépée, taillis’ http://www.etymologie-occitane.fr/2015/02/gamas-cepee-taillis/ http://www.etymologie-occitane.fr/2015/02/gamas-cepee-taillis/#comments Mon, 16 Feb 2015 09:46:31 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=14339 Gamas, gamasses « taillis, cépée, jeune chêne, broussailles ».

gamasses

Dans   la Troisième partie. La Terre. de Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge,   Marie-Claude Marandet  a relevé un grand nombre de mots pour « jachère », dont

 Gamaduro : cépée, rejetons, taillis (F. Mistral);  gamasses : rejetons qui poussent au pied des arbres dans les taillis, broussailles (F. Mistral) ; gamassado : taillis, bois taillis (F. Mistral) ; gamasso : chêneau, jeune chêne, taillis (F. Mistral)

Il est bien possible que dans les documents du  Lauragais le mot gamaduro est utilisé avec le  sens « cépée, taillis », mais pour Mistral gamaduro  signifie  » langueur »; il renvoie d’ailleurs vers son article gamaduro que je reproduis ci-dessous1 . Pour lui gamas avec le sens « cépée, etc » est  limité au Rouergue, le pluriel gamasses est languedocien.

gamasMistral          GamaduroMistral

Mistral a mis les deux sens « maladie » et « taillis » dans le même article. D’après le FEW il s’agit de homonymes.

Dans le FEW XXI, 63  nous trouvons plusieurs attestations de gamas, gamasso avec le sens « taillis, cépée, buisson » à Castillon-en-Couserans (Ariège), dans le Lot et à St-Chely-d’Apcher.  Dans l’Aveyron  le « chêne » s’appelle aussi gomasso.  Il s’agit d’une famille de mots d’origine inconnue pour le moment. Le spécialiste de l’indo-européen J.Hubschmid a publié un article sur gamasso, dans lequel il propose une racine préromane *gam- comme nom de plantes avec des tiges très longues, des rejetons etc.

Hélas, ce volume de la revue n’est pas encore dans le domaine public. L’année prochaine peut-être.  La rareté des attestations et leur répartition géographique suggère un manque d’informations, la preuve:

Toponymie

Gamassado « taillis » est aussi un toponyme en Provence et  Gamasso « jeune chêne, bois taillis » également, avec la variante gamassa en Aveyron. (Pégorier). Ces toponymes  (à vérifier !) prouvent que l’extension géographique a été plus importante que ne montrent les données des dictionaires; Le FEW fournit un nom de lieu dans le département du Lot La Gamasse « terre maigre avec des plantes rabougries ».

Gamaduro ou bamadouro en Rouergue fait partie d’une autre famille de mots, très répandue en occitan. J’y reviendrai dans un autre article.

 

Notes
  1. J’ai posé la question à Mme Marandet et elle m’a confirmé  » ce terme ne peut, dans le type de document que j’utilise, que correspondre à une formation de type taillis », mais elle ne m’a pas fait parvenir la source.
]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2015/02/gamas-cepee-taillis/feed/ 0
Amaroun dans le Dictionnaire d'Alibert http://www.etymologie-occitane.fr/2014/03/amaroun-dictionnaire-alibert/ http://www.etymologie-occitane.fr/2014/03/amaroun-dictionnaire-alibert/#comments Wed, 12 Mar 2014 17:09:21 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=13251 Amaroun, écrit aussi amaron a d’après le Dictionnaire occitan-français selon les parlers languedociens de Louis Alibert, IEO 2002 les significations suivantes:

1234.

5 6. 7.+8. 9

10

Comme je ne peux croire  que les Occitans confondent toutes ces plantes, j’ai vérifié dans le FEW et E.Rolland Flore Populaire.

  1. Camomille puante ( = anthemis cotula L. , la maroute en français; le type amaroun  est  attesté dans tout le domaine galloroman, RollandFlore 7, 31-32). Etymologie du français maroute   : bas latin amalocia  ou le bas latin  amalusta «camomille puante» (var. lat. médiév. amarusta, amarusca, sous l’infl. d’amarus «amer», la décoction de camomille ayant un goût amer; v. amarelle et amourette). (TLF qui suit le FEW). Les formes occitanes amaroun, amarou  etc. ont la même étymologie.
  2. Ibéride amère (= iberis amara  L;  une attestation dans RollandFlore 2,104 pour les environs d’Avignon, fourni par Palun (M.), Catal. des plantes du territoire d’Avignon, 1867.Une autre dans l’Aveyron amaróu.
  3. Mélilot officinal ( attesté pour le provençal _uniquement par Réguis, cité par RollandFlore, Réguis (M.), Nomenclat. franco-provençale des plantes (dans Mém. de l’Acad. des sciences d’Aix, t. XI, 1878).
  4. Gesse sans feuilles (= lathyrus aphaca L.  RollandFlore 4, 217, FEW XXIV,303b) attesté à Marseille, dans le Gard et l’Hérault. Palun, (M.), Catal. des plantes du territoire d’Avignon, 1867, écrit amarun frisa )
  5. Pois de senteur (= Lathyrus odoratus.) Les attestations sont les même que celles du n°4.
  6. Lotier hérissé ( Lotus hispidus Desf. ex DC (Telebotanica) amaron n’est attesté qu’à Nice d’après FEW XXIV,303b).
  7. Ornithope ne se trouve ni dans RollandFlore, ni dans le FEW, parce qu’ Ornithope est un autre nom de  « coronilla« . Voir le suivant.
  8. Queue de scorpion ( aucune attestation dans RollandFlore s.v.scorpiurus ,  mais dans le chapitre arthrolobium scorpioides amarun  est son nom dans le Gard (Pouzolz), l’Hérault, la Vaucluse et les Bouches-du-Rhone. A Montpellier elle s’appelle aussi amarèla.   Synonymes de anthrolobium scorpioides : Syn.: Coronilla scorpioides L, Ornithopus scorpioides L., Arthrolobium scorpioides (L.) DC., Ornithopodium scorpioides (L.) Scop., Astrolobium scorpioides (L.) DC D’après le site Telebotanica  amarum   est un nom secondaire ou régional de la « coronille queue de scorpion« . .dans le FEW ???. )
  9. Poivre d’eau ( = persicaria hydropiper (L.) Sprach, 1841. RollandFlore 9,191-194  s.v. polygonum persicaria cite Vayssier pour l’Aveyron amouróu  (mais il s’agit d’une erreur)  et omodou négré . Cette dernière vient de Carbonel (J.), Noms pat. des cantons d’Entraygues et de Mur-de-Barrez (dans Acad. de géographie botan., 1904
  10. Marron d’Inde (Aesculus_hippocastanum)  Amarou  et marron font t partie de la famille marr-;  marron  « fruit du marronnier  ou du marronnier d’Inde a été emprunté au XIVe siècle à l’Italien.Voir TLF qui suit le FEW). Le type amarou  se trouve dans les cantons de Vaud et de Genève, en languedocien dans le Gard seulement d’après Mistral et l’ALF.

 

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2014/03/amaroun-dictionnaire-alibert/feed/ 0
tougno, tougnol "pain de maïs" http://www.etymologie-occitane.fr/2013/11/tougno-tougnol/ http://www.etymologie-occitane.fr/2013/11/tougno-tougnol/#comments Sat, 09 Nov 2013 08:53:41 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=12161 Ci-dessous un tougnol moderne de l’Ariège, photographié par La dormeuse à Mirepoix.

tougnol Mirepoix

C’est un article de La dormeuse qui m’a poussé à écrire cet article:

C’est ce tougno qui m’intéresse ici, car, quoique dans une version améliorée comme celle du millas, déguisée, parée, toute faite de lait et de sucre, et de graines d’anis, il se mange toujours à Mirepoix, sous le nom plutôt audois de tougnol.La tradition veut que le tougno ait été au temps de la croisade le pain des Cathares, i. e. celui que les Bonshommes et les Bonnes Femmes portaient dans leur sac et, commémorant ainsi le dernier repas du Christ, partageaient en tant que compains sur leurs chemins d’infortune. “Insipide, lourd et sans levain”, ce pain-là depuis longtemps ne se trouve plus. Le tougnol actuel relève de la pure friandise. Ce qui compte toutefois, aujourd’hui comme hier, c’est de se souvenir qu’on ne se nourrit pas seulement de pain terrestre, mais aussi de symboles.

Alibert propose la graphie tonha « pain de maïs ou de seigle ».    Mistral écrit Tougno  voir tonio dans son Trésor:

Le lien sémantique entre « femme stupide » et « pain de maïs » n’est pas facile à établir.  Aussi le FEW les a considérés comme homonymes. Pour tougno  « sorte de pain » il suppose une base onomatopéique to(u)gn- qui a abouti à un verbe tougnar “presser, du poing, tasser, frapper” , le dérivé entougnà “emplir en pétrissant” et au figuré le substantif tougne avec les sens “bosse, bigne; motte épaisse plus ou moins ronde, petit pain rond”. Tout cela en béarnais. Dans le Val d’Aure capitougno s.f. “grand pain” et en aragonais toña grand pain de seigle”1 .

Alibert  a eu raison de faire un deuxième  article tougno  et il a aussi changé la  graphie : tòni m.  tònia  f. « Pierrot, coiffure de femme; benêt; nigaud; étron; ver des châtaignes ». Tonias, toniet  « id. »  Etymologie latin Antonius. Voir l’article Tougno « Antoinette ».

___________________________________

 

Notes
  1. Alibert propose :du latin tundia  de  tundere ‘battre à coups redoublés » d’où « pétrir »,  mais ce tundia n’est nulle part attesté
]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2013/11/tougno-tougnol/feed/ 0
Marrane ‘maladie des ovins’ http://www.etymologie-occitane.fr/2013/03/marrane-maladie-ovins/ http://www.etymologie-occitane.fr/2013/03/marrane-maladie-ovins/#comments Wed, 20 Mar 2013 12:52:38 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=10857 Marrano,  « maladie (du charbon?) des ovins ».

Dans le Cartulaire de Mirepoix, que j’ai découvert grâce à la  dormeuse, il y a une Charte de la boucherie de 1303, dans laquelle est écrit: « Videlicet quod nullus carnificum ville predicte audeat vendre in dicto macello publico oves marranos.« : Il va de soi que nul boucher de la ville susdite n’osera vendre sur les dits étals publics des brebis marranes (atteintes du charbon?). L’éditeur de la charte traduit marranos par « languissants, étiolés » d’après le sens du mot donné par Mistral.

Cliquez sur le texte de Félix Pasquier, Cartulaire de Mirepoix, tome II, p.p. 42-46, Editions Privat, Toulouse, 1921.    

Cette découverte  dans un texte de 1303 a chamboulé la conception qu’on avait de l’histoire des mots rattachés à l’étymon arabe mahram « sacré, inaccessible » Il est devenu impossible de rattacher marrane « maladie  » à marrane « Juif converti » comme l’a fait le FEW en l’expliquant comme un transfert du mot marrane sur une longue maladie. Au moment de la rédaction de l’article  mahram,  la première attestation de marrane avec le sens « maladie épidémique »  datait  de 1650, et  marrane  « Juif converti »  du XIIIe siècle.

Borel 1750

    Mistral

Marrana « maladie chronique ». De Nice jusqu’en Béarn: marrana a pris le sens d’une maladie chronique : à Alès « espèce de phtisie des brebis; dépérissement des muriers », à Béziers, encore plus général marrano « épidémie », St-André « typhus », et languedocien marano s.f. « mite de fromage: le plus petit des insectes qui sont sensibles à la vue simple. On tue les mites du fromage avec de l’huile »(Sauvages1756). S’agit-il d’une « maladie » du fromage?. Alibert donne une autre forme avec un seul -r-: marane « maladie des bêtes à laine; marasme; épidémie; épizotie; clavelée; jaunisse des plantes; mite du fromage (copié de Sauvages ?). L’attestation donnée par le FEW pour le français marrane « maladie de langueur » dans Borel 1655 (p.514) a certainement un rapport avec le languedocien, dont il était un bon connaisseur, étant né à Castres.

Un visiteur me signale: « Dans l’Hérault, autour de Pézénas, Roujan, Neffiès, etc. le mot marrane, peut désigner le « mildiou de la vigne ». J’ai relevé l’expression « ai la marrana » qui peut se traduire, selon les circonstances par : « je couve la grippe », « je ne me sens pas d’attaque », ou encore « j’ai le cafard ».

Mai 2018  je reçois une nouvelle attestation de marrano  « maladie de la vigne »de lAude:

En cherchant « miquelet », je lis l’entrée « marrano », ce qui me transporte vers cette remarque de mon père concernant une chanson sur les maladies de la vigne : « « La cochylis és uno bèstio, un parpalhol, és uno garço que nous escano, chuco broutinhos, chuco rasins, chuco sulfato, chuco ço bou, e chuco tut, mè chuco pas la marrano, que nous esca-a-no ! ». (marrano peut-être dans le sens d’épidémie comme à Béziers… mais l’Aude, contrairement au Rhône n’a-t-il pas été une frontière linguistique intra-languedocienne ?

Attestations et attributions nouvelles.
  • Oves marranos par »maladie du charbon des ovins » ( charbon > noir, anthrax). Il est évident qu’il s’agit dans ce texte d’une maladie dangereuse pour les consommateurs, mais la traduction « du charbon » est basée sur le Trésor de Mistral.
  • Dans le DMF je trouve un autre mot : morille « Maladie (chez l’homme et l’animal) : » sorte de dysenterie provoquant de violentes coliques et pouvant entrainer la mort; cadavre », comme dérivé de Maurus « maure, noir » mais le FEW remarque qu’il faut le classer peut-être sous mori « mourir », comme le mot morine « maladie mortelle, épidémie, mort ».
  • J.-P. Chambon(1) est d’avis que le mot  morrono f. « dépérissement, langueur » attesté à Sévérac dans l’Aveyron, classé par le FEW s.v. mori et moráno « malchance » à Chavanat (Creuse), classé par le  FEW s.v. annus font partie des descendants de *mahram, parce que -a- prétonique >-o- est régulier dans ces deux endroits. Cette note est également à revoir suite à la découverte des oves marranos à Mirepoix.
  • Barcelonette marran « bouton recouvert de croûtes » et marrane s.m. « aspérités rondes qui recouvrent certaines ardoises » sont classés sous *mahram, mais le dauphinois marãn « pustule maligne », Queyras marant « plaie, ulcère », Barcelonette malan « idem; croute sur la tête des enfants »  dans l’article malandria « plaie, ulcère »(FEW VI/1,81a) en supposant une évolution malandria > *malandrum > maland, malan(t).  Il faudra au moins réunir les deux.
  • Marran « dur au travail ». Le FEW et Alibert rattachent à l’étymon mahram les sens « travailler dur », comme à Cahors morráno « ardent au travail », Saintonge maraner « travailler, peiner, frapper avec force; se fatiguer beaucoup »; marran « dur au travail » et marranar « travailler avec peine, avec vigueur ».  D’autre part dans l’article marra « houe de vigneron; sarcloir; grosse pioche » (FEW VI/1, 376b) je trouve marâ « piocher, avec la marre, travailler péniblement » (Forez), et en occitan, du Dauphiné jusque dans le Gers le même verbe marra(r) « houer, piocher, accomplir un travail dur », et dans le Cahors moronà avec le même sens. Le substantif marreneur « ouvrier qui laboure avec la marre » paraît même dans le dictionnaire de l’Académie de 1840. D’autres mots dans le DMF sous le lemme marreneur. Tous ces mots sont  à classer sous marra « houe de vigneron ».
  • Le mot de l’Aveyron marrána « vache difficle à traire » et d marran « se dit des bêtes et de gens qui, malgré la bonne nourriture ne peuvent engraisser » (Vienne) dans l’article *mahram sont à classer sous marr- « bélier », avec une douzaine de dérivés avec les sens : « entêté, borné, pousser de grands cris; plainte; paillard, débauché, etc », béarnais marranè, -re adj. « qui a mauvais caractère, bourru, bougon, opiniatre », subst. « opiniatreté ». ainsi que le verbe gascon marruná « grogner; au fig. ronchonner, récriminer » attesté dans l’Atlas linguistique de la Gascogne.

Pour le moment il convient de classer marranos « maladie des ovins » et toutes les variantes sémantiques, dans les volumes des Mots d’Origine Inconnue. Il faudrait avoir plus de renseignements sur le sens exact de marranus. De quelle maladie s’agit-il et quels sont ses symptomes? S’il s’agit à l’origine de la « maladie du charbon » (une maladie ovine très répandue en Languedoc) on pourrait penser à maurus « noir », puisque « L’infection cutanée [du charbon] est caractérisée par l’apparition de bosses prurigineuses semblables à des morsures d’insecte, suivie d’une ulcération et de la formation d’une escarre noire indolore. » (Source).

Une dernière étymologie, que je viens de trouver est le grec μαραινω qui  pourrait convenir du point de vue phonétique et surtout sémantique:

 

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2013/03/marrane-maladie-ovins/feed/ 0
Roumégo "ronce" et ronçar "lancer" http://www.etymologie-occitane.fr/2012/07/roumego-ronce-et-roncar-lancer/ http://www.etymologie-occitane.fr/2012/07/roumego-ronce-et-roncar-lancer/#comments Sun, 08 Jul 2012 12:28:14 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=5254 Roumegá,  romega « couper des ronces »  (sur roumega fig. « maugréer, râler » voir cet article  ce n’est pas la même histoire!), rouméco s.f. « ogre dont les nourrices font peur aux enfants » (S), Alès « être fantastique malfaisant, personnifiant le remords », dans le Bouche-du-Rhône raumeco (M) .

Dans le FEW je trouve d’autres dérivés: Alès s’enrounza « se prendre dans les ronces » à Castres idem + s’enroumega. (Mistral) et pour le Gard arrounzi adj. « plein de ronces ».

L’origine de cette famille de mots est le latin rumicem « forme de lancet ».  Déjà en latin rumex désignait « l’oseille »à cause de  la forme de ses feuilles.  Au Ve siècle on trouve également le sens « ronce » également à cause de la forme des feuilles.

                             

                               Oseille                 ronce

Dans le Gard rúmex a abouti à róumi (M), Alès, Nîmes aroundze, Cevennes rounze, Gard arrounzi adj. « plein de ronces »(M), Alès rounzas « broussailles de ronces ».

Le substantif rúmex « forme de lancet » n’a survécu nulle part, mais un verbe ronsar « jeter, lancer, renverser,bousculer » existe en occitan depuis le XIIe siècle. En occitan moderne nous trouvons  à Alès et  Toulouse rounsá « jeter », Alès rounsado « agression, rossée », languedocien ronçar et ronzar « jeter » (Alibert ), en corse arrunzà « pousser, jeter de côté ».

Dans tout le domaine occitan existent  aussi des formes avec un déplacement de l’accent :  rúmicem > rumícem, ce qui a abouti à roumego, roumec « ronce » et au figuré rouméco  qui est un « ogre dont les nourrices font peur aux enfants ».

De la forme rumícem est dérivé le verbe romegar « couper des ronces », (que Alibert donne comme languedocien mais dont je n’ai pas trouvé d’autres attestations), béarnais arroumega « se prendre dans les ronces » , Grasse romeguié « haie de ronces » (Thesoc).

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2012/07/roumego-ronce-et-roncar-lancer/feed/ 0
Tapar, tap http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/tapar-tap/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/tapar-tap/#comments Wed, 26 Oct 2011 09:12:01 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=5468 Tapar v.tr. « boucher ». Alibertdonne les sens suivants  » fermer, clore, couvrir, cacher, rassasier », qui s’expliquent tous à partir du sens « boucher ».  Tapar « boucher » est attesté depuis le XIVe s. en ancien occitan et en ancien catalan. Le verbe français taper « boucher » terme maritime (TLF), a été emprunté à l’occitan au XVIIIe siècle,  ainsi que le dérive tape ‘bouchon » terme technique (TLF tape2).

Les sens « saisir, frapper, tasser », qui n’appartiennent pas à cette famille, mais à celle de l’onomatopée tapp-. Voir pour l’étymologie de ce groupe le TLF taper1

Le FEW distingue deux familles de mots pour tapar « boucher ». Dans le Nord, jusqu’à la Loire nous trouvons des représentants du substantif francique *tappo « bouchon en bois  » (allemand Zapfen  » fausset, robinet de fût ») > français tapon, tampon et au Sud de la Loire le verbe gotique *tappon « boucher ». Voir Grimm).

Le verbe tapar « boucher » et le dérivé tap « bouchon » sont  vivants dans tout le domaine occitan. (voir Thesoc, s.v. bouchon; fausset). Voir aussi l’espagnol tapar « boucher, cacher, fermer » et le substantif tapas « un petit bouchon en accompagnement de l’apéro » qui a conquis le monde entier1

Grimm écrit que les tonneaux anciens n’avaient qu’une bonde en haut et que plus tard on a fait un petit trou cylindrique en bas pour pouvoir tirer le vin ou la bière. Ensuite on a eu l’idée de faire une canelle et un robinet dans le bout de bois. Les Romains ont copié cette technique des Germains.

       

robinet de fût.                    espagnol tapas                               néerl. tappen           néerl. et  anglais tap
Le verbe anglais to tap signfie e.a. « tirer un liquide d’un fût ».

                     Tattoo            

Tout le monde connaît le tattoo d’Edimbourg. Tattoo est un mot d’origine néerlandaise taptoe et composé de tap + toe littéralement « tap fermé ». Un signal ou bruitage militaire qui rappelait les soldats ou les matelots au quartiers. Plus tard la police faisait la ronde des bars et tavernes pour la fermeture des taps. Il n’y a pas si longtemps c’était tattoo à 11H00 du soir en Angleterre.(Harper) . Voir aussi cobrifuoc « couvre-feu » pour les bruitages militaires.

Une belle histoire dans WordlWideWords sur l’expression tapping the Admiral ce qui veut dire « prendre une petite gorgée d’un alcool fort ».

__________________________________________________

Notes
  1. Le mot tapa  est presque un faux ami.  Voici le riche développement:

    tapa1.

    (Quizá del gót. *tappa).
    1. f. Pieza que cierra por la parte superior cajas o recipientes.
    2. f. Cubierta córnea que rodea el casco de las caballerías.
    3. f. Cada una de las capas de suela del calzado, especialmente la que está en contacto con el suelo.
    4. f. Cada una de las dos cubiertas de un libro encuadernado.
    5. f. Compuerta de una presa.
    6. f. Carne de la ternera que corresponde al medio de la pierna trasera.
    7. f. En las chaquetas, abrigos, etc., vuelta que cubre el cuello de una a otra solapa.
    8. f. Pequeña porción de algún alimento que se sirve como acompañamiento de una bebida.
    9. f. C. Rica. Lo máximo, lo mejor. El equipo de Alajuela es la tapa.
    10. f. C. Rica. En las carboneras, leña gruesa que se pone sobre la leña que va a ser carbón para evitar que la tierra se introduzca entre ella.
    11. f. Filip. Tasajo o cecina.
    12. f. Guat. palabrota.
    13. f. pl. Conjunto de mantas y colcha de la cama.
    14. f. pl. C. Rica. trasero (‖ nalgas).
    ~ de los sesos.
    1. f. coloq. Parte superior del cráneo.
    abrir, levantar, reventar, saltar, o volar a alguien la ~ de los sesos.
    1. locs. verbs. Romperle el cráneo.
    2. locs. verbs. Darle un tiro en el cráneo.
    meter en ~s.
    1. loc. verb. Impr. Colocar dentro de ellas el libro ya cosido y preparado para encuadernar.

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/tapar-tap/feed/ 0
Serrar http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/serrar/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/serrar/#comments Tue, 25 Oct 2011 08:44:52 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=5370 Serrar « scier ». Les Romains disaient serra secare « couper avec la scie », qu’ils ont simplifié en serrare vers le IVe siècle.

Serrare est donc un dérivé de serra « scie », qui est conservé dans presque toutes les langues romanes : catalan,portugais, serra, espagnol sierra, et dans de nombreux dialectes italiens.

En italien et dans de nombreux dialectes galloromans serra « scie » a été remplacé par seca, un dérivé de secare « couper ». La raison de ce changement a été qu’une phrase comme « Va serrer la porte! «  pouvait avoir des résutats au moins surprenants, puisqu’il y avait également le verbe serrer « fermer » du latin populaire *serrare « fermer ». (TLF).

  ou

Serra « scie » est attesté en ancien occitan depuis le XIVe s., et même au XIIIe s. à Avignon avec le sens « faucille ». Dans l’ouest du domaine occitan c’est la forme sarro qui domine. Parfois le sens se spécifie, comme à Barcelonette seàra « scie de scieur de long ». Le dérivé sareto est « la scie à main ». Le verbe serrar, sarrer, qui a aussi vécu en moyen français (voir DMF) se trouve surtout en occitan et dans les parlers de l’Est de la France. Les dérivés sarilho « sciure », seraire « scieur » sont très répandus en occitan.

A Marseille on appelle la mésange charbonnière la sarrofino. Il semble qu’il s’agit d’une étymologie populaire du nom serrurier. L’oiseau est appelé ainsi au 19e s. (Dict. Académie, 1842) parce que son chant ressemble au bruit d’une lime sur du métal. D’après Mistral la sarrofino est la nonnette (parus palustris. Lin) dont le roucoulement imite le bruit de la scie. Le Thesoc donne sarralhièr « mésange » pour plusieurs départements de l’Ardèche jusqu’à l’embouchure du Rhône.

                               

mésange charbonnière (avec son chant de serrurière                          la nonnette (avec son chant de scieuse!)

Serra prend aussi le sens « crête de montagne », attesté depuis le XIIe s. Le mot est surtout utilisé pour désigner des chaînes ou crêtes de montagnes et l’élément « longueur » y est prépondérant. L’évolution sémantique scie > crête ne pose pas de problème. Serra a gardé ce sens surtout dans les parlers des montagnards. Dans la plaine lou ser s.m. devient « une monticule, une colline ». Dans les Cévennes gardoises c’est le dérivé  seret qui prend le sens de « colline », mais dans l’Ariège un sarratch est une « crête de montagne ».

Serra, serran, serrange (Marseille) « scie de mer, poissons scie ou pristis » n’a pas besoin d’explication.

      

La sarrette ou sarriette (serratula tinctoria) du français non plus.

Un peu de pub pour les serres des Cévennes:

]]> http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/serrar/feed/ 0 Rusco, rusca, ruscla http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/rusco-rusca-ruscla/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/rusco-rusca-ruscla/#comments Sat, 22 Oct 2011 15:59:09 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=5287 Rusco « écorce; tan « (S), rusca « écorce; tan; gouttière pour conduire l’eau; surface d’une pierre de taille; lard de porc entier; prostituée; crasse, saleté; sainbois (daphne gnidium) à Donnezan » (Alibert).

Rusco vient du gaulois rusca « écorce » (> ruche en français). La première attestation se trouve dans un texte en latin médiéval du VIIIe ou IXe siècle. La famille de mots rusca est également vivante en catalan et dans le nord de l’Italie. Dans le domaine de la langue d’oïl rusca a été remplacé par le type scortea « écorce »et en Gasccogne par le type pellis.

Dans le TLF s.v. ruche je trouve: « les ruches étant à l’origine réalisées à l’aide d’écorces d’arbres comme le chêne-liège; l’ancienne dénomination est restée pour désigner la ruche en paille tressée apportée dans la Gaule septentrionale par les Francs, car le rapport du mot rusca avec la matière utilisée n’était plus senti, le lat. scortea ayant remplacé rusca pour désigner « l’écorce » (cf. aussi des dér. de rusca pour désigner des objets variés, seaux à linge, mesures ou formes à fromage, réalisés à partir d’écorce ».

  • Le sens « écorce » s’est maintenu en occitan et en franco-provençal, également dans des dérivés comme à Ales rusquá « ecorcer » et au figuré « éreinter; frapper quelqu’un ». Un lecteur me signale que dans la région entre Béziers et Narbonne dérusca quelqu’un c’est « lui nettoyer la crasse en grattant fort » et par extension l’équivalent de l’argot français « recevoir une dérouillée » = trapa uno déruscado.
  • Le sens « tan » s’explique par le fait que l’écorce du chêne contient beaucoup de tanin et sert à tanner le cuir. En France, l’écorce de chêne fut la principale matière tannante végétale utilisée pendant des siècles. L’abbé de Sauvages donne la description suivante sous rusco : « tan, ou l’écorce brisée et moulue dans le moulin à tan et qu’on met par lits, alternativement avec les cuirs, ou les peaux dans le fosse au tan, c’est par ce moyen que le cuir se fortifie, et qu’il acquiert en même temps de la souplesse, en absorbant les sels et les huiles qui abondent plus dans l’écorce que dans le bois. » Il donne aussi le mot rosco, je pense accentué sur la finale, avec le sens « tannée »: c’est le tan qui a déjà servi dans les fosses et qui n’est plus bon qu’à brûler et à faire des mottes à brûler. Le feu de tannée dure longtemps et uniformement; ce qui le rend très propre pour l’éducation des vers-à’soie ».
  • Uniquement en bas-limousin j’ai trouvé une autre attestation du sens « lard de porc entier ».  A  Lallé (Hautes Alpes) russia signifie « porc ouvert et salé » et à St.Martin de la Porte en Savoie c’est « la carcasse du porc débarrassée des organes intérieurs ». Cela doit ressembler à une ruche ou un arbre vue de l’intérieur…
  • Le sens « crasse, saleté » et au figuré « prostituée » de rusco s’est développé à partir du sens « écorce » > « croute ».
  • En ouest-languedocien et en gascon, un dérivé rusquié désigne le « cuve à lessive » et ruscado la « lessive », ruscà « faire la lessive » c’est-a-dire « enlever la crasse » à Toulouse.
  • Le sens « sainbois » doit s’expliquer par une utilisation ou un phénomène naturel, puisqu’en allemand il s’appelle Seidelbast (littéralement « écorce d’abeille commune » de Zeidel, « abeille » en langage populaire, et Bast, « liber, écorce »). Si vous savez pourquoi n’hésitez pas à me contacter.

Dans un site allemand, je trouve que les sainbois fleurissent très tôt au printemps et que les Zeidler « apiculteurs au moyen âge » mettaient autrefois leurs ruches au milieu des sainbois, ce qui expliquerait le nom. Le nom français sainbois, aussi saintbois s’expliquerait par le fait que l’écorce est utilisée comme vésicatoire en pharmacopée.

En ancien occitan on trouve une forme ruscla attestée à Tarascon et Nîmes aux XIVe-XVe siècles avec le sens « écorce ». Le mot est encore vivant dans les patois de l’Aude,  dans la région de Loriol et à St Hippolyte du Fort (Gard, voir ci-dessous vin de ruscle) etc., et le verbe composé avec porrum « poireau » : espourruscla « gratter l’écorce du pin » mais aussi « faire sa toilette à grande eau » en Lomagne. et là il doit y avoir une influence de notre ruscle « averse » ou bien celui-ci avec ce sens fait partie de la famille rusco, comme le catalan « ruixat » et le verbe ruixar « jeter un liquide en pluie ».

Parfois l’étymologie est utile! Ruscla « écorce »  Forme attestée depuis le moyen âge. Une visiteuse de St Hippolyte du Fort (30) m’écrit:

Bonsoir. Je cherchais une explication à une recette qui soigne le pelage des animaux qui se grattent et que je connais sous le nom de « vin de ruscle ». Grace à votre définition je comprends que ruscle n’est pas seulement une grosse averse mais aussi l’écorce. Le vin de ruscle est bien la recette que je connais : Faire bouillir de l’écorce fraiche de chêne dans du vin. Laisser refroidir et passer sur le pelage s’il n’y a pas de plaie. Merci beaucoup.

]]> http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/rusco-rusca-ruscla/feed/ 2 Romana http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/romana/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/romana/#comments Fri, 21 Oct 2011 09:18:22 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=5193 Roman, romana :  1. »balance romaine » (Alibert)

             

Eh non, la romana ne nous vient pas de Rome!, mais  du Nord de l’Afrique, de l’arabe rumman(a) « grenade, le fruit du grenadier ». Dans des traités scientifiques arabes du XIe-XIIe s. la romana est décrite et notamment le peson qui se déplace sur la réglette et qui avait la forme d’un grenade. En valdôtain (Vallée d’Aoste, Italie) la romana désigne toujours le peson.

          

La plus ancienne forme en occitan est romà (XIVe s.), qu’on a retrouvé dans les parlers occitans modernes à Alzon (Gard) roumo « grosse romaine » et à Sumène roumo « romaine ».  Le mot est venu avec la chose par les relations commerciales, d’abord en Italie qui a emprunté le collectif rumman (> italien romano)  qui a ensuite pénétré en occitan.

Le singulier rummana nous est parvenu par l’intermédiaire de l’espagnol, le portugais et le catalan romana. Les premières attestations datent 1400. Dans son voyage vers le nord et Paris, la forme a été adaptée à l’adjectif romaine  « de Rome ». Ensuite il est revenu dans nos régions et la forme  a été adaptée  à la prononciation locale: par exemple roumèno dans le nord du Gard.

Il faut noter que les deux formes, romana et la francisée roumèna se rencontrent principalement dans les parlers occitans et franco-provençaux.

2. A la romaine (fr.rég. ?) Plusieurs mamans de Manduel m’ont raconté qu’après l’accouchement l’obstétricienne leur mettait un sac de sable sur le ventre pour que l’utérus se rétracte rapidement. Cette méthode décrite dans de nombreux sites internet, s’appelait dans notre région à la romaine. Je ne sais si cette expression est connue ailleurs. S’agit-il d’une référence à la romana ou à une méthode héritée des Romains.

3. Romana « sorte de salade verte ». D’après le Dizionario etimologico italiano :

Selon la légende, la salade aurait été introduite en France en 1389 à partir d’Avignon, alors cité papale, lorsque Bureau de la Rivière partit en Italie négocier le mariage du duc de Berry avec Jeanne d’Auvergne. Son développement s’est poursuivi en Europe du Nord tout d’abord puis en Amérique du Nord et en Australie suivant les migrations européennes dans le monde. Anglais romaine ou romaine lettuce.

  

]]> http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/romana/feed/ 0 Pompa a l'óli http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/pompa-a-loli/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/pompa-a-loli/#comments Wed, 12 Oct 2011 08:30:59 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=4897 Pompa a l’óli « pompe à l’huile ».

La pompa a l’ óli [pompaloli] fait partie des treize desserts de Noel en Provence.  En français régional, ce mot donne souvent lieu à un petit sourire et à de la méfiance des belles estrangères.  » Mais non, ça fait pas grossir« ! Je peux le prouver par l’étymologie. Le verbe pompi  signifie  « frapper des pieds en marchant »,  ailleurs « trépigner »,  à Cahors c’est « frapper, battre rudement ». Tout cela ne fait pas grossir, au contraire. En occitan un pompidou (avec minuscule bien sûr) est un « coup retentissant ».

                    
pompa a l’oli  
               Aveyron                            Alpes                                            Provence

L’étymon est une onomatopée pomp- comme pamp-,  pimp-. Pomp- sert à exprimer deux sensations : une acoustique « un coup » ou une visuelle « quelque chose de rond, une boule ». En occitan, sauf en Gascogne, mais aussi en Lyonnais, des pompes sont des petits pains ou des gateaux. Dans les dictionnaires patois nous trouvons des définitions comme « gâteau de toute espèce; galette aux coigns; gateau fait avec la pâte de pain, mince et ajourée en quartiers; pain plat fait avec le reste de pâte ». A Marseille n’appelez par les poumpiers ! ce sont des gens « qui aiment les gâteaux »!

Un visiteur aimable me signale:

« que la poumpo à l’óli est typiquement de la région marseillaise (à ma connaissance), pour le Gard, ce sont les oreillettes qui sont servies à Noël et dans d’autres parties de la Provence, le « gibassier« .

Mistral donne les synonymes suivants: 

En langue d’oïl pomp- sert à désigner des objets de décoration ronds , comme des noeuds de rubans, des touffes. Un nez de pompette est « un nez violacé d’ivrogne » , un pompon « une houppe » et une pomponnette « une chanson à boire populaire ». Depuis le XVIII siècle pomponné veut dire « orné avec recherche ».

       

pompette                         pompon d’or             pompon de soldat

Il n’est pas impossible que le verbe provençal et languedocien espoumpi « gonfler, imbiber du pain dans la soupe », comme verbe réfléchi « se gonfler, s’imbiber d’un liquide » et l’adjectif espoumpi « dodu » ( déjà Sauvages) ont détaché sémantiquement sur la pompa a l’oli.

Il est clair que la pompa a l’oli n’a pas de rapport avec les pompes funèbres qui vient du latin pompa « cortège » , ni avec les pompes à eau ou d’huile de moteur qui nous sont venues des Pays Bas. Ces dernières viennent  du néerlandais pomp « pompe », qui en français, au pluriel, a développé le sens « chaussures ». Voir le TLF à ce propos.

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2011/10/pompa-a-loli/feed/ 0