cat-right

blesta ‘tranche de terre retournée par le so...

Blesta « tranche de terre reournée par le soc » est attesté en Ardèche dans 3 villages (Thesoc):

blesta 'motte' Ardeche

L’étymologie proposée par von Wartburg dans le FEW I,p.410  blĭsta « motte de terre », n’a pas été reprise dans la nouvelle rédaction des étyma germaniques. Je ne sais où en sont les recherches.

Le mot est attesté en ancien  et moyen français et en ancien provençal et en occitan moderne. Voir les différentes significations dans le FEW. Le sens de l’étymon serait  » ballonné, gonflé, bourrelet ».

Par association de forme j’ai pensé au mot anglais « blister » courant en français moderne mais refusé par le TLF.

L’étymologie du mot anglais blister d’après etymonline:

blister etymonlineJe suis toujours étonné par ces liens avec des langues étrangères.

Le sens javelle « 1 Terme d’agriculture. Nom donné à des poignées de blé scié, qui demeurent couchées sur le sillon jusqu’à ce qu’on en fasse des gerbes. » attesté à Chirons, se retrouve dans de nombreux patois. Voir l’article du FEW.

chafre ‘pierre à aiguiser’

chafre ou acou « un carreau de dalle autrefois un Queux ‘pierre à aiguiser’ (Sauvages). Ce sens donné par l’abbé de Sauvages s’est conservé dans le Gard au moins jusqu’au  XXe siècle. D’après le FEW tsafre  a été donné dans plusieurs villages du Gard à Edmond pour l’Atlas linguistique de la France. Des attestations plus récentes, d’après le Thesoc  tsafre « pierre à aiguiser » à St Genies de Magloire  et chqfre dans l’Aveyron et la Lozère1.

Pierre a aiguiser Lombarde_23_cm

Pierre à aiguiser naturelle, elle est d’une couleur gris-bleue.

En ancien occitan le mot safre est attesté avec le sens « sablon pour colorer le verre ». Dans les patois modernes safre désigne toutes sortes de pierres,  de sable , de terre, de limon. Voici quelques exemples du FEW XI, 212:Safre_exemplesFEWSuivez le lien vers le FEW pour voir les autres significations !

L’étymologie est le grec  σάπφειρος (sáppheiros) et non pas le mot latin sappīrus ou saphīrus parce que en général la syllabe qui contient l’accent tonique est conservée à travers les siècles. En grec l’accent tonique se trouve sur le -ά-, et sáppheiros est devenu chafre,safre, mais en latin l’accent tonique tombe sur le -ī- , ce qui a donné saphir.

Manque de documents, on ne connaît pas (encore) comment le mot grec  σάπφειρος  devenu safre est arrivé dans la région parisienne, mais il est sûr qu’il est passé par la région de Marseille avant de passer au domaine d’oïl.

Il y a des saphirs  de couleur rose, jaune, violette et d’autres, mais la variété bleue est la plus connue. Inspiré probablement par sa couleur gris bleu on a donné le nom d’une pierre très dure à la pierre à aiguiser .

L’échelle de dureté relative des minéraux  et des pierres établie par Friedrich  Mohs date de 1812.   Le saphir est un corindon qui a la dureté 9 sur cette échelle,  ce qui veut dire que pour rayer un saphir il faut avoir un diamant,  la pierre la plus dure, dureté 10 sur cette échelle2.

En ancien français existait le mot safré ou  et ancien occitan safrat « orné de pierres précieuses, d’or etc. » On ne retrouve le mot safre qu’en moyen français en 1580 avec un sens très technique « oxyde de cobalt, qui mélangé avec du silex calciné sert à fabriquer le verre bleu ou l’émail bleu », et plus tard safre  devient le nom du verre fabriqué ainsi.

safre

Notes
  1. Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental publié dans les années 1980
  2. Allez-voir le site de l’Atelier la Trouvaille si vous voulez en savoir plus. Mes fils Robert et Christophe ont une large gamme de matériel pour les géologue, les minéralogistes et les gemmologues. bandeau3

mécanique ‘frein’

Il y a une dizaine d’années avant les réglementations et quand les vide-greniers étaient encore des vrais marchés aux puces, je chinais des objets curieux  qui me plaisaient du point de vue « design » et j’en ai acheté plusieurs « machins, trucs ou bidules » dont les vendeurs ne connaissaient pas non plus l’utilité ni le nom:

mécanique2 mécanique1Pas mal comme sculpture, mais je n’avais aucune idée de sa fonction, jusqu’à ce que je l’ai proposé à la vente et qu’un connaisseur m’a éclairé « Mais c’est un mécanique », pour freiner; sur les charrettes ».

Le Trésor de la langue française le mentionne, mais il faut bien chercher dans un long article :

En partic., vieilli. ,,Mécanisme qui sert de frein à une voiture à cheval. Serrer la mécanique«  (Ac. 1935).

Il s’agit en effet d’un mot du XIXe siècle, qui était vieilli en 1935, mais reste connu par certains

Lucien Hergot a publié  dans LINX Année 1991 H-S 3 pp. 61-69    un article  intitulé Mécanique et Tavelle, deux éléments du vocabulaire hippomobile.

Il y donne des détails sur les expressions « serrer la mécanique », « enrayer » et  » frein, freiner ».  Il cite le FEW mais il l’a probablement mal lu, parce qu’il ne cite que quelques attestations. Voici l’ensemble des attestations dans le FEW VI/1, 568 colonne a

mecaniqueFEW61p568Etymologi: latin mechanicus « de machine », emprunté au grec.

 

terebellum FEW XIII/1, 234

matto ‘touffe’

Mato, matado  Matto  « touffe, fanes, bouquet, pied d’une plante; cépée de pousses sur le pied d’un arbre coupe » ‘touffe’ (Sauvages). Rayond Jourdan de Montagnac  excellent connaisseur du languedocien, l’utilise dans son autobiographie.   Cette famille de mots est enracinée autour de la Méditerranée occodentale, Italie, le Midi, Catalan,  Espagnol et Portugais et dans le berbere du Nord africain.

Cette répartition géographique et l’ancienneté des premières attestations permet selon von Wartburg (FEW VI/1, 505-507)  de supposer qu’il s’agit d’une racine préromane:*matta « touffe » .,

Au XIXe s. français mattes ‘banc de poissons, volée d’oiseaux ».

matado

 

bëaba ‘croix de Pardieu’

Bëaba « abécé ou la Croix de Pardieu » écrit l’abbé de Sauvages en 1756 dans son Dictionnaire languedocien.  La simple curiosité m’a poussé à chercher le sens de « croix de pardieu ». Comme tout le monde je demande à Google:

croix depardieuGooglequi se moque de moi et  donne Gérard Depardieu et Paul La Croix..

Pourtant Molière connaissait l’expression ;dans Monsieur de Pouceaugnac  Scène 4, l’apoticaire dit:

croidepardieuMolièreJe continue mes  recherches et sans le Dictionnaire de Pierre Richelet (1680)jz trouve que la  croix de par Dieu est : Alphabet marqué d’une croix au commencement, qu’on donne aux enfants pour apprendre à connoître les lettres.

 

Registrre duConsistoire Geneève au temps de Calvin TomeV

Croix-Depardieu

Description de cette croix de pardieu:

Croix de Pardieu

Extrait du site expossitions de la BNF: http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/arret/03_3.htm

http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/arret/03_3.htm

Pour conjurer l’héritage païen, l’apprentissage des lettres doit se faire une école de vérité, c’est-à-dire une initiation à l’ordre sacré du Verbe, l’Alpha et l’Oméga, début et fin de toutes choses.

« Abécés » manuscrits
Durant le Moyen-Âge, rares sont les enfants alphabétisés. Cette éducation, réservée à l’élite, est généralement assumée par la mère pour les rudiments. L’enfant s’instruit dans son psautier ou son livre d’heures, qui consacre alors un feuillet à l’alphabet, sous forme de synopsis, de frise ou de jeu de lecture. Mais l’enfant peut aussi posséder son « abécé » de petit format et richement enluminé. En outre, l’Église dispense pour un petit nombre un enseignement gratuit qui forme de futurs clercs, avant de s’ouvrir au monde laïc au XIIIe siècle. Les abécédaires scolaires, plus modestes, sont calligraphiés en grosses lettres rehaussées de rouge.
Tous débutent par une croix qui rappelle aux enfants qu’il faut se signer et dire « croix de par Dieu » avant de lire l’alphabet. L’apprentissage des lettres se fait en six jours, comme les six jours de la Création. Suivent les prières, parfois quelques fragments de la Genèse. Les textes en latin doivent être sus « par cœur » pur s’ancrer profondément dans l’âme de l’enfant et l’informer.

« Abécés » manuscrits
Durant le Moyen-Âge, rares sont les enfants alphabétisés. Cette éducation, réservée à l’élite, est généralement assumée par la mère pour les rudiments. L’enfant s’instruit dans son psautier ou son livre d’heures, qui consacre alors un feuillet à l’alphabet, sous forme de synopsis, de frise ou de jeu de lecture. Mais l’enfant peut aussi posséder son « abécé » de petit format et richement enluminé. En outre, l’Église dispense pour un petit nombre un enseignement gratuit qui forme de futurs clercs, avant de s’ouvrir au monde laïc au XIIIe siècle. Les abécédaires scolaires, plus modestes, sont calligraphiés en grosses lettres rehaussées de rouge.
Tous débutent par une croix qui rappelle aux enfants qu’il faut se signer et dire « croix de par Dieu » avant de lire l’alphabet. L’apprentissage des lettres se fait en six jours, comme les six jours de la Création. Suivent les prières, parfois quelques fragments de la Genèse. Les textes en latin doivent être sus « par cœur » pur s’ancrer profondément dans l’âme de l’enfant et l’informer.

ABC imprimés
À partir du XVIe siècle, la Réforme puis la Contre-Réforme s’appuient sur l’invention de l’imprimerie pour lancer de vastes campagnes d’alphabétisation.
Des livrets de huit à seize pages, bon marché mais peu soignés, sont publiés en grand nombre par les éditeurs provinciaux et diffusés par colportage auprès des écoles paroissiales. Ils prennent le nom de « Croix Depardieu » car leur conception s’inspire directement des abécédaires médiévaux. L’alphabet peut être moralisé : à chaque lettre est alors associée une vertu chrétienne. Après une éventuelle table syllabique suivent les prières majeures, les psaumes de pénitence, les commandements et parfois un petit catéchisme. La multiplication des ordres enseignants au cours des XVIIe et XVIIIe siècles et leur solide implantation expliquent que, jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’État ait fait appel à eux pour assurer en partie l’instruction publique.
La « Croix Depardieu » s’est ainsi perpétuée, n’innovant que par le développement du syllabaire (table, mots et textes syllabés), le recours à des caractères de taille décroissante, l’usage dominant du français sur le latin. La gravure se cantonne au frontispice. La récitation reste de mise.

Je me rappelle que j’ai appris l’alphabet à l’aide d’un petit livret avec les lettres, des images et un petit texte. En néerlandais bien sûr, comme celui-ci:

A_is_eenèaapjeL’histoire de ces livrets abécédaires dans les pays européens reflète spécificités de chaque pays. En France , pays laïque, les croix depardieu ont été  o,terdits après 1789.  Avec Wikipedia vous pouvez faire le tous de l’Europe !

 

Page 1 sur 26123451020Dernière page »