cat-right

bidalbo ‘clématite’

Bidalbo vient du latin vitalba, attesté chez Columella (1 er siècle  après JC.  ) au nominatif vitis alba. Les formes conservées dans des parlers   occitans viennent  de l’accusatif vite(m)alba > bidalbo ou du nominatif vitis alba > guissaubo et désigne la clématite. Dans le Var, le Gard, l’Aveyron et à Marseille existe aussi la forme inversée aubavit, aoubovi(s). Voir la grande variété des formes ici;  vous verrez que le type vitalba est surtout attesté dans l’ouest-occitan.

Les sarments de cette clématite servaient surtout à lier des fagots, à tel point qu’il s’appelle dans beaucoup d’endroits redorta « tordue ».

Chez Columella le vitis alba désigne une autre plante, la bryone blanche, mais quand on compare celle-ci à la clématite on comprend que le nom a passé de l’un à l’autre:

Bryone blanche bryoneblanche     clématite  Clematis_vitalba1

Le nom vitalba  qui est aussi courant en italien et espagnol, a été adopté par les botanistes du XVIe siècle avec le nom du genre clematis emprunté au grec : clematis vitalba

 

paoumoulo, poumélo

Pamoûlo « escourgeon ou paumelle, espèce d’orge à deux rangs de barbes dont le grain sert pour les tisannes d’orge et pour faire de la bière » « (S 1756).  Etymologie : latin palmŭla « petit palmier », mais le mot n’a survécu dans les langues romanes qu’avec le sens « paumelle ». Le nom botanique est Hordeum distichum (L.).

pamoulo

pamoulo

La première attestation vient de la région nîmoise  palmola, XIIe siècle.  Dans les parlers occitans modernes nous trouvons plusieurs variantes comme paoumoulo, paoumouro (Marseille), palmoulo, etc. en provençal et en languedocien. En gascon et en limousin c’est le type balearicus > bailharc, balhart et balharga qui domine1 (FEW I, 214). Cette répartition géographique qui existait déjà au moyen âge s’explique par le fait que l’orge espagnol avait depuis l’Antiquité une excellente renommée. Pline parle de l’orge de Cartagena2

Les recherches archéologiques ont montré que l’Hordeum distichum  était inconnu dans le Nord de l’Europe. Il n’y a été introduit que beaucoup plus tard. Le nom français paumelle ne date que du XVIe siècle et a été emprunté au provençal ou le languedocien, avec une adaptation:  la finale -oulo étant pris pour un diminutif a été transformée en -elle.

Cette forme française paumelle a d’ailleurs influencé dans certains endroits le nom local, comme par exemple à Valleraugue (Gard) poumélo.
FEW VII, 517

Notes
  1. Ce mot a été emprunté par l’anglais barley, d’après le FEW, mais le Online Etymology Dictionary  cite un ancien anglais baerlic  adjectif  « d’orge » , dérivé de bare « orge ».
  2. La ville catalane dont le nom a été donné à la cartagène.

gerbo baude ‘fête’

Gerbo baude . Etymologie germanique bald « hardi ».

A La Rochette

La Gerbaude à  La Rochette

Un visiteur m’écrit:

BAUDE – : de l’ancien français « baud » = joyeux – ardent, (a rapprocher aussi de Ebaudir).
Origine probable de la mythologie Balte.
Du dieu LAUKOSARGAS, gardien des champs et protecteur du blé, auquel il convenait d\'offrir la dernière gerbe fauchée.

Normalement la « Gerbe baude » est le nom de la fête qui termine les moissons.
Les gros travaux des champs étaient faits en commun avec l’aide de tous les habitants du village. A la fin des moissons, si tout s’était bien passé, on hissait la dernière gerbe du dernier gerbier au sommet de celui-ci. C’était l’offrande au ciel, de la gerbe la plus belle et la plus grosse en guise de remerciement pour sa protection.
Il est probable que dans les temps anciens, la gerbe dernière était brûlée sur un autel et devenait ainsi cette gerbe ardente, à la fois gerbe d’or et gerbe joyeuse qui assurait la bienveillance des dieux.
Cérémonie païenne à l’origine, la tradition s’est maintenue au fil du temps et s’est transformée en fête religieuse avec la bénédiction des blés puis en fête populaire pour marquer la fin des moissons.
Avec la mécanisation et dans certaines régions où le blé ne représente qu’une culture minoritaire, la fête de la gerbe « baude » s’est déplacée vers d\’autres saisons et d’autres gros travaux. Dans les pays de vignes, par exemple, la gerbe baude (dite aussi gerbaude) sanctionne la fin des vendanges. C’est l’occasion de réunir tous les participants autour d’une table bien remplie avant la dispersion des ouvriers saisonniers.

Dans l’article *bald- « hardi » du FEW XV/1,30 je trouve le paragraphe suivant:

Gerbo_baudeFEW

Le message de mon visiteur m’a suggéré de chercher aussi la combinaison de deux mots gerbaude dans le FEW et en effet dans le volume XVI,p.14 je vois que l’extension géographique est bien plus importante, elle va de Nantes jusqu’à Villefranche-de-Rouergue:

FEW XVI,14 garba

FEW XVI,14 garba

Le mot gerbe est aussi d’origine germanique.
L’étymologie de ce baude est la même que celle de baudo « grosse pierre », mais les deux significations sont tellement éloignées l’une de l’autre que la gerbe baude mérite cet article à part.  Les noms de rue  de la Baude, que j’ai trouvés  à Saint-André-d’Apchon (42370), à Rochefort sur mer (17300), à Sainte Colombe (77650) et à Albi doivent être étudiés de plus près. Il me semble même probable qu’il faudra les rattacher à ce sens de « fête de moisson » et non pas à baudo « grosse pierre ».   A Manduel dans le Gard par contre il n’y a pas de culture de blé, c’est un village vinicole et la Baude y est un pont ou une rivière ou autre chose.

 

begado, vegada ‘fois’

Dans l’article de Gratien Charvet, Coutumes de Remoulins, le mot vegada apparaît de nombreuses fois. Par exemple dans cette interdiction de laisser des tas de fumier dans les rues:

vegadaCoutRemoulins…sous peine d’une amende de 4 deniers chaque fois que il leur sera notifié d’enlever les dites femorasses et et, pour le méfait, une quarte (du latin quartus « mesure de blé) de blé pour la Charité (les pauvres de Remoulins). Le texte date de 1500.

Le mot femorasses est une création et prouve que le suffixe péjoratif -asse était déjà en vogue à l’époque. A ajouter à FEW III, 542

Begado (Langedocien), vegada,  « fois » en provençal  vient d’un bas latin *vicata dérivé du latin vĭces « fois »   conservé en ancien occitan  dans autra vetz « autrefois »  et en languedocien moderne dans alabetz « alors », en béarnais arabets. (FEW XIV, 410).

Dans la Haute Garonne et le Val d’Aran begado a pris le sens « troupeau de vaches » mais d’après le Thesoc begado avec le sens « troupeau »  a été remplacé par bacado dérivé de  vacca « vache ». Les deux mots se ressemblent beaucoup, trop  peut-être.

En occitan le  type beagdo, vegada  est fortement concurrencé par le type cop littéralement « coup », et même par viatge « voyage »  dans la Haute-Loire et beaucoup de voyages en Suisse.

Ci-dessous la carte  du Livre Lectures de l’ALF , par G. Brun-Trigaud, Y. Le Berre et Jean Le Dû.

Pas de vegada du tout!

Pas de vegada du tout!

Mais en Suisse.   On pourrait comparer l’ALF à une photo  et le FEW à un film. Voir l’article vicata.

 

 

quicoun ‘quelque chose’

Quicoun « quelque chose » vient du latin quidamcum Voir FEW II, 1469a s.v. quidam « un certain ».  D’après les données du FEW  la zone géographique du mot est  limité au languedocien et à l’auvergnat.

Joel Pon, Histoires extraordinaires de patients presque ordinaires, paru en 2005, note p. 55  écrit : Quicoun como aco  expression en patois occitan qui signifie « quelque chose comme ça ».

Un quicomet, quicoumé est un « petit quelque chose »

L’évolution des formes pose quelques problèmes. Si vous voulez en savoir plus, il faut lire l’article de Schulz-Gora dans la Zeitschrift für romanische Philologie 53, p.93 et suivantes. (en allemand)

En ancien occitan a existé aussi la forme quezacom « une petite quantité », ce qui me donne l’occasion de faire une petite note de phonétique historique. Hier j’ai visité la Collégiale Saint Didier à Avignon   où se trouve le Gisant de  Saint Bénezet .

Gisant StBénezetEn dessous est écrit son nom en latin : Sanctus BenedictusBénezet est la forme occitane écrite avec un -é-pour que les francophones arrivent à la prononcer correctement.

Le nom Benezet est la forme régulière en provençal du latin Benedictus, en particulier le passage du -d- entre deux voyelles qui passe à -z-.  Autres exemples  sudare > suzar, audire > auzir.  Cette  évolution est relativement récente parce que dans les plus anciens monuments de la langue comme dans la Chanson de Sainte Foy, de -d-intervocalique est maintenu : audi,  Judeu, etc.

Dans le Limousin par contre  le -d- intervocalique  a disparu sans laisser de traces, comme en français (laudare > louer), toutefois les Limousins ont comblé souvent l’hiatus en y insérant un -v- : laudare > lauvar, audire > auvir.

 

 

Page 1 sur 912345Dernière page »