cat-right

matto ‘touffe’

Mato, matado  Matto  « touffe, fanes, bouquet, pied d’une plante; cépée de pousses sur le pied d’un arbre coupe » ‘touffe’ (Sauvages). Rayond Jourdan de Montagnac  excellent connaisseur du languedocien, l’utilise dans son autobiographie.   Cette famille de mots est enracinée autour de la Méditerranée occodentale, Italie, le Midi, Catalan,  Espagnol et Portugais et dans le berbere du Nord africain.

Cette répartition géographique et l’ancienneté des premières attestations permet selon von Wartburg (FEW VI/1, 505-507)  de supposer qu’il s’agit d’une racine préromane:*matta « touffe » .,

Au XIXe s. français mattes ‘banc de poissons, volée d’oiseaux ».

matado

 

Val de Susa francoprovenzale

Val_di_Susa_mappaCarte Wikipedia

Ci-dessous  le début d’un enregistrement de la parabole du fils prodigue en patois de la vallée de Suse fait dans les années ’60   par le prof. Hans-Erich Keller, que j’ai retrouvé dans mes documentations. Ce document audio est précieux  par sa qualité d’enregistrement  et comme témoignage de la vitalité des patois à cette époque.

Ci-dessous 1 côté  de la cassette. A un certain moment, mon lecteur a cessé de fonctionner et je n’ai pas pu enregistrer le côté 2 de la cassette. Les noms des villages visités sont écrits au crayon sur la cassette et partiellement effacés: Giaglione, Meana, Gravere , Madtie (??),….panter.. ?, S. GiorioVilla techiardi (?), Ferrera.

Le début grince un peu… Durée total 29 minutes.

Je veux bien envoyer la cassette

à une association ou une personne qui peut publier et veut sauvegarder cet élément du patrimoine de la Vallée de Suse.

Je l’ai en effet envoyée à quelqu’un de Giaglione que j’avais trouvé par Faceboork, mais je n’ai jamais eu la confirmation de la réception et je ne sais pas où la cassette est actuellement.

 

olva ‘balle; étincelle’

Olfa, olva,olvas au pluriel signifie « balle de céréales, de blé ou d’avoine ». Le Thesoc donne les attestations des  Atlas linguistiques:  olfa dans ARIEGE, AUDE , olva dans AVEYRON, CANTAL, HAUTE-LOIRE, LOT, LOT-ET-GARONNE, LOZERE, TARN-ET-GARONNE. olvas  dans DORDOGNE, LOT, LOT-ET-G

Ce qui m’a intrigué est le fait que dans plusieurs endroits le mot  signifie « étincelle(s) » mais le Thesoc n’indique pas s’il signifie également « balle de blé etc; » dans ces villages. Pour le savoir il faut les comparer  aux données des des articles « étincelles » dans les départements ALLIER, ARDECHE, AVEYRON, HAUTE-LOIRE, LOZERE.  et surtout consulter l’article ūlwo, ūlwa du FEW XIV,16-17.

olva--paille-d-avoine-de-plan-rapproché      olva-Étincelles

L’étymologie de cette famille de mots nous a éclairé. Il s’agit du mot gaulois ūlwo, ūlwa « poussière » qu’on retrouve entre autres dans le breton ulfenn « duvet qui s’élève du lin, en le peignant ».

En ancien rouergat est attesté olpha avec le sens  « paille d’avoine dont on se servait pour garnir les paillasses et les traversins ». D’après le FEW XIV,16-17 le sens « balle » se trouve principalement dans les Alpes de l’Ouest et en languedocien central, mais les attestation du Thesoc montrent que la répartition géographique va jusqu’à la Garonne.

Le sens « étincelles » qui s’est développé à partir de « cendre, poussières qui s’échappent du fer chauffé à blanc »,   est beaucoup plus répandu et se retrouve en Gascogne, en franco-provençal et dans le domaine d’oïl.  Le Thesoc ne nous fournit que des attestations dans les départements ALLIER, ARDECHE, AVEYRON, HAUTE-LOIRE, LOZERE.  Allez revoir l’article du FEW.

Cabessaou ‘coussinet de tête’

Cabessaou « tortillon, coussinet qu’on met sur la tête pour porter un fardeau ». Étymologie : dérivé du latin capitium « ouverture de la tunique par laquelle on passe la tête ». FEW II, 261b en bas de page.

La géolocalisation de ce mot avec ce sens  est limité à l’occitan à l’Ouest du Rhône. Je ne sais si l’objet et son utilisation est également limité?

cabessaou

cabessaou du XXIe siècle

Le sens le plus proche du mot latin se trouve dans l’Aveyron lo cabesso,dans l’expression otopà pel lo cabesso « saisir par le collet ».

Le sens le plus répandu de cabès   (chevet en français) latin est « traversin ».

Un chef 3*** a appelé cabessàou une crêpe roulée ». Un visiteur me le signale:

Je viens de lire l’article consacré à cabessaou et je voudrais signaler que ce mot désignait les » crêpes roulées ». L';analogie de la forme de la crêpe roulée avec la forme du traversin explique sans doute cela.
Cette dénomination pour les crêpes était en usage dans la région de Tonneins, Le  Mas d’Agenais Damazan et environs.
Amicalement

 

 

Atlas linguistique de la Lozère

Rudolf Hallig, Atlas linguistique de la Lozère et des cantons limitrophes du Gard et de l’Ardèche. Manuscrit. 2485 cartes manuscrites faites de 1932 à 1934 dans 35 villages de la Lozère le Gard et l’Ardèche.

Les enquêtes dans le Gard sont faites par R.Böhne, celles de l’Ardèche par H. Brendel.

Liste des localités de l’ ALLo  classées dans l’ordre de citation dans le FEW.

Gard : Genolhac, Saint-Jean-du-Gard, Saint-André-de-Valborgne, Lasalle, Valleraugue, Trèves, Alzon.

Lozère : Saint-Germain-du-Teil, Nasbinals, Fournels, Le Malzieu-Ville, Saint-Alban-sur-Limagnole, Aumont-Aubrac, Rieutort-de-Randon, Mende (ville et arrondissement), Le Massegros, La Canourgue, La Parade, Meyrueis, Sainte-Enimie, Prades (Ste-Enimie),

Les données, y compris celles des fiches supplémentaires,  sont  incorporées dans le FEW, qui est en possession d’une copie.

Page 1 sur 111234510Dernière page »