cat-right

baragane 'poireau sauvage'

Baragane, barragane s.f. « poireau sauvage ». Deux attestations dans le FEW  venant de la Saintonge,et une du Gers.

Nouvelles attestations: Wikipedia : 1. « Il est également appelé baragane, pouragane, poireau des vignes, poireau sauvage. » 2. Un blog avec une recette. 3. Dans Acabailles gerbebaude pampaillet: les régionalismes viticoles dans les Graves... Par Sabine Marterer :

4. Dans  un commentaire du site de Bonnetan  c’est maragane : Dans la région de Ste Foy la Grande (33) et Puyguilhem (24), sur un axe allant de Ste Foy à Eymet (24), on disait aussi « maragane« , comme en attestent plusieurs témoignages.

5. Dans Le régal végétal: Plantes sauvages comestibles Par François Couplan, avec un avertissement concernant la cueillette :

L’étymologie  de barragane étant  inconnue (FEW XXI, 129b), j’ai écrit à l’auteur du Dictionnaire étymologique du basqueMichel Morvan : J »ai vu quelques mots basques pour « ail »  et « poireau » qui ont une ressemblance. Avez-vous une idée sur l’origine? Il a eu la gentillesse de me répondre ;

Pas simple en effet. Pour ce qui est du basque, il y a deux mots pour désigner l’ail: baratxuri et berakatz. Le premier semble formé de baratze « jardin » et xuri « blanc » (le blanc du jardin) et le second de berar « herbe » et katz « amère ». Quant au poireau c’est un emprunt roman, porru. Pour « poireau sauvage » on rajoute basa « sauvage » devant, soit basaporru.

Une idée au hasard qui vaut ce qu’elle vaut: le poireau étant appelé aussi « asperge du pauvre », on pourrait envisager peut-être une sorte de croisement entre deux mots, vu qu’il y a une variante pouragane qui fait penser à poireau. L’autre partie serait issue de *asparagus ?

Une piste à explorer….

Pouragane  ne se trouve pas dans l’article porrum du FEW, mais des formes assez proches comme  pourrigal « ail des vignes » à Béziers et Pézenas, porregal  à Puisserguier,, pourracho « asphodèle » dans le Périgord, pourracha id. ,  près de Barcelonnette  etc. FEW IX, 196b. Français pourragne « espèce d’Asphodèle » (Académie 1842). A propos de ce dernier le FEW remarque qu’il doit certainement venir du Midi, même s’il n’y a aucune attestation en occitan.

 Une influence d’un des nombreux dérivés de asparagus « asperge » (FEW XXV, 464) comme ancien occitan aspargula,   occitan espergasso « asperge sauvage » est probable.

Manouls 'tripes'

Manouls « tripes ». Un ami m’écrit : « J’ai cherché le terme « manouls » sur ton dico, qui veut dire « tripes » en vieux nîmois mais je ne l’ai pas trouvé. Mon père disait: on va préparer un bon plat de manouls. 

Le mot se trouve déguisé en manel ~ manolh « paquet; botte; poignée d’étoupes; paquet de tripes; glane d’aulx, d’oignons » dans l’Alibert. (Une graphie faussement étymologisante; manel  n’existe nulle part, manolh  est attesté au  15e siècle seulement.)

manel, manolh

Manouls, manoul,  vient du latin manupulus « poignée, botte » sens déjà attesté en latin classique. Sous l’influence d’autres mots manupulus  est devenu  manuculus  que nous retrouvons dans presque toutes les langues romanes : roumain manuchiu « gerbe », italien mannochio « faisceau »,  catalan manoll, espagnol manojo, portugais molho  tous avec le sens « gerbe ».

Le passage de « paquet de tripes » à « tripes »   est une évolution sémantique courante, mais dans ce cas c’est un grand saut de « paquet » à « tripes ». D’après le Thesoc manoul, manouls  « tripes »  est courant dans l’Ardèche, l’Aveyron, le Gard et l’Hérault1. A Uzès et Villeneuve on dit manou.

L’abbé de Sauvages  écrit « Manoul dë trîpos » , manoul d’amarinos » (S1, 1756).

_________________________________________

 

Notes
  1. Le mot  « tripous »  désigne les tripes de veau ou d’agneau, liées en petits paquets et cuisinées » si j’ai bien compris la note du Thesoc

Metge, mege ‘médecin’

Metge « médecin ; guérisseur, rebouteux » mege (Camargue) est la forme régulière du latin medicus. FEW VI/1,604.  Le Donatz proensal traduit mezinar « medicinam dare »  donner des médicaments.

Le mot actuel medecin , dérivé de medicina n’apparaît en ancien occitan et en ancien français qu’au xve siècle quand le médecin devient quelqu’un qui a un statut scientifique et social. C’est à partir de cette époque  que le mot metge  prend le sens de « guérisseur, charlatan » ou « vétérinaire », mais pas partout.  En 1451 le conseil municipal d’Apt  décide de résoudre le problème de la désertification médicale ainsi:

(Extrait de l’article de F.Sauve, Les Services publics communaux et les abonnements en nature au Moyen Age dans la région Aptésienne.  Annales de la Société d’Etudes provençales 5 (1908). Aix-en-Provence. )pp.1-22;89-110.

 Encore plus savant que le médecin est le docteur qui a le droit d’enseigner, ou qui a soutenu une thèse. Tout médecin n’est donc pas docteur. Attention avec le mot doctor en anglais. Le verbe to doctor signifie « falsifier, bricoler, trafiquer, bidouiller » en slang. Ce n’est pas très éloigné de notre mege. En Angleterre doctor a dog veut dire « castrer un chien »!

charlatan

On reconnaît un médecin au stéthoscope.;;;;

Une amie me signale qu’en Provence il y avait lou mégé  de l’estélan « le médecin des étoiles »   .   L’  Estelan est le « ciel étoilé » d’après Mistral. Estelan est un dérivé rare de stella « étoile ». Voir FEW XII,253b en haut de la page.

En ancien wallon est attestée l’expression celestis mede avec le sens « Dieu ».  S’agit-il du même emploi au figuré?

Bagassa 'putain, morbleu'

Bagassa « prostituée, imbécile; interjection peste, morbleu » (Alibert) Etymologie pré-indo-européen  *bakassa

J’ai rencontré ce mot par hasard dans les Coutumes de Seix-en-Couserans1

Un mot de la même origine a existé en langue d’oïl en ancien et moyen français mais le sens est  « serveuse » et ensuite « jeune fille », avec de nombreux exemples dans le Godefroy et un exemple dans le DMF

Au XVIe siècle le mot occitan  bagassa  « prostituée »  a éte introduit en français mais il est considéré comme « vieux » actuellement. Le TLF écrit « juron provençal »! Bougre de bagasse.  Il semble être vivant en occitan. Pierre Gastal, l’auteur de  Nos racines celtiques,  me fournit les compléments que voici:

bagassa, terme méprisant (femme aux mœurs légères, prostituée) resté vivant comme interj. et insulte, bagassar (mener une vie de débauche), bagassièr (qui fréquente les prostituées). Dans l’Ain il y a un Bois de la Bagasse.  catalan bagassa (prostituée).

Dans l’article  *bacassa  du premier volume du FEW publié entre 1922 et 1928, von Wartburg énumère plusieurs pistes étymologiques sans tirer une conclusion. Hubschmied, spécialiste du pré-indo-européen,  y revient dans le volume XXIII,p.1402 publié en 1968, avec beaucoup d’attestations  dans les autres langues romanes et en conclut qu’il faut postuler une racine pré-indo-européenne *bak- avec un suffixe également pré-indo-européen -assa , *bakassa « serveuse ».

 

 

 

Notes
  1. Source: Bulletin de la Société Ariégoise…p.253 ss  Coutumes municipales de Seix-en-Couserans. datée de 1280 (?)
  2. mots d’origine inconnue

Restincle 'arbre à mastic'

Restincle « Arbre au mastic, ou Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus L.) est un arbuste poussant dans les garrigues et les maquis des climats méditerranéens. » vient d’un dérivé *lentisculus du latin lĕntīscus « lentisque ». Restincle, attesté en 1570,  restrenge  à Montpellier d’après Conrad Gesner en 1542, restencle par Junius Adrianus en 1606 et repris par Littré sans survivre.

Le nom est vivant d’après le Thesoc à Lezan (GARD,) restingle « pistacia lentiscus », rastingle dans l’HERAULT..

Restincle est  la forme languedocienne, en provençal c’est lentiscle  qui domine.