cat-right

roupe ‘vêtement’

Christine Belcikowski,  suit  toujours Les chemins de Jean Dabail ou la dissidence d’un fils du petit peuple de Mirepoix au temps de la Révolution française, L’Harmattan, 2014. Il y a quelques jours elle a raconté  l’horrible assassinat d’un marchand colporteur, aux Pujols. Dans les archives elle trouve des documents originaux qui témoignent de la vie de tous les jours au début de la République avec des détails tirés d’un procès verbal de l’administration.  Par exemple celui-ci:

Jean_Senesse_molinier1Et de suite le dit Jean Senesse, agent municipal, nous a conduit au lieu du hameau de Fournels, où était déposé un cadavre d’une taille d’environ cinq pieds, cheveux gris, nez fort, couché sur son séant, regard le ciel, habillé d’une bonne chemise, d’un gilet et pantalon de drap gris mélangé, d’une vieille roupe 3 vert de bouteille, des bas gris, des souliers ferrés.

Note 3: Roupe : blouse en drap grossier, fendue par devant, portée dans la Drôme par les bergers transhumants ; veste large ; sorte de redingote ; issu de l »espagnol ropa « paquet, bagage, vêtement » ; manteau ample ; vêtement de dessus.

A la fin de la lecture je n’ai pas pu m’empêcher de suivre seon indication étymologique.  En effet le mot roupe  semble venir de l’espagnol.  Le Diccionario de la lenga española  donne les définitions suivantes :

Espagnol ropa a des  sens assez vagues: « Prenda de vestir. »   ~ blanca. «  1. f. Conjunto de prendas de tela de hilo, algodón u otras materias, usualmente sin teñir, que se emplean debajo del vestido exterior, y, por ext., las de cama y mesa.  »  ~ de cámara, o ~ de levantar.  1. f. desus. Vestidura holgada que se usaba para levantarse de la cama y estar dentro de casa.  ~ hecha. 1. f. La que para vender se hace en diversas tallas, sin medidas de persona determinada.   ~ interior.  1. f. La de uso personal, bajo las prendas exteriores.  ~ vieja.  1. f. Guisado de la carne y otros restos que han sobrado de la olla.   etc.

Ce dictionnaire indique que l’espagnol ropa vient du gotique *raupa   un dérivé du verbe  raupjan « déchirer » rupfen ou raufen  en allemand moderne.  Mais il y a un problème historique. Il n’y a pas d’attestations d’avant le XVIe siècle, et en plus ce sont des dérivés comme français roupille « manteau ample, guenille », roupiho « guenille » à Marseille et ils sont plutôt rares. Le mot roupo qui désigne toutes sortes de vêtements  amples en général, est fortement attesté dans tout le domaine occitan et franco-provençal.  En plus la première attestation vient du gascon, dans le texte de Gérard Bedout, Lou parterre gascoun coupouzat de quouate carreus. de 1642.  Pourtant l’extension géographique de roupa, jusqu’à la Suisse romande reste à expliquer.  Voir  FEW XVI, 680

saouvomayre, mairesiouvo et la motivation d’...

Saouvo-mayre et  maire-siouvo « chèvrefeuille » viennent tous les deux du latin silvae mater « chèvrefeuille », littéralement « mère de la forêt ou  des feuillages ». Scribonius Largus écrit que le nom latin correspond au grec περικλύμενον (periklumenon) parce que les branches du chèvrefeuille « embrassent » les arbres comme une mère son enfant. En italien existe le nom abbracciaboschi qui rappelle la même image. D’après Rolland Flore VI,219  il s’appelle étranlha-cabri1 à St-Hilaire-des-Courbes (Corrèze)

Saouvo-mayre qui correspond au nom latin dans l’ordre des deux éléments n’a survécu qu’en occitan; d’après le Thesoc dans 3 villages de l’Aveyron et 3 dans l’Hérault et à Avèze dans le Gard2. Au cours des siècles la déclinaison latine a disparu et le génitif silvae   est devenu silva ce qui a entraîné une inversion de ces éléments et parfois l’insertion du  de, comme à Toulouse may de cibre, ou dans l’Aude ma serbo.

Lonicera_caprifolium0

Comme le premier élément silva « forêt » avait pratiquement disparu de la langue par la concurrence des types « bois » et « forêt« , on ne l’a plus compris et il a été remplacé par des éléments qui donnaient un sens à ce nom : silva > salva  > saouvo-  du latin salva « sauve ».  Dans l’Aveyron les sages-femmes font une infusion avec les feuilles de la plante.

Silva  est aussi remplacé par saoubio  du latn salbia « sauge » , ce qui a donné à Cahors salbiomayre.  Dans l’Aude  et en gascon ce n’est pas salvare mais servare qui remplace la silva: dans le Tarn et environs: serbomayre.

L’influence du nom caprifolium donne dans le Gers serbofulho, dans la Haute-Garonne serbocrabo, parfois abrégé en krabo.

Le type avec les deux éléments inversés maire-siouvo a également subi de nombreuses transformations.  L’élémént maire ‘a  été compris comme une référence à la période de floraison, le mois de Mai,  le deuxième a été associé à seba du latin cepa « oignon »; l’ensemble a donné à Apt mayo-sébo, le chèvrefeuille devient ainsi une sorte d’oignon de Mai. Plus d’exemples de changements dans le FEW XI, p.615

Tous ces changements viennent d’une tendance naturelle à motiver le vocabulaire, c’est-à-dire à lier les sens des mots  à leur formes et de créer ainsi des familles de mots facilement mémorisables. Le chèvrefeuille n’est pas un sujet de conversation inter-communautaire. Il est donc normal de trouver des motivations différentes dans les parlers occitans. La richesse de ces parlers se trouve aussi dans cette grande variété de motivations et il est dommage qu’actuellement les occitanistes veulent surtout « normaliser » l’occitan au nom d’une lutte politique.

Plus sur la motivation du vocabulaire à la fin de mon Introduction.

Voir Rolland Flore vol. VI, p.215 ss pour les noms du chèvrefeuille dans toute la France

 

Notes
  1. A ajouter à l’article strangulare du FEW XII, 289
  2. Ailleurs dans l’est-languedocien c’est le type pentacosta du latin pentecosta emprunté au grec πεντηκοστη (le 50e jour après Pâques) qui domine Cf. FEW VIII, 207

Laïer, laguiar

Laïer ou layer, fr.régional, laguiar, laïar « fatiguer, ennuyer, barber » fait partie d’une famille de mots que nous trouvons surtout en languedocien avec des attestations à l’ouest, par exemple en Limousin alai « fatigué, harassé, débile » et en Bigorre alayat « affaibli, fatigué, exténué », mais pratiquement pas à l’est du Rhône.

La première attestation a la forme laguiat, participe passé, avec le sens « accablé, souffrant » dans La chanson de la Croisade contre les Albigeois, qui date du début du XIIIe siècle.

La page de titre du manuscrit.

 

L’abbé de Sauvages le connaît bien: laghia « chagriner » ainsi que le substantif lagui qu’il traduit avec « peine, chagrin, inquiétude, souci ».

J’ai l’impression que les formes avec un -y- se trouvent surtout dans l’ouest langedocien, et les formes avec -gu- dans l’est, mais à Alès la forme est laguià « causer de la peine, donner du chagrin, se tourmenter, s’inquiéter » et ici dans la région nîmoise, j’entends de nos jours layer en français régional comme attesté dans l’Aveyron loya « fatiguer, ennuyer ».

L’abbé de Sauvages donne encore un autre dérivé: alaguia « lasser, ennuyer, déplaire par trop d’importunité » qu’on retrouve jusqu’en Gascogne.

Dans un site consacré à l’occitan de Montpellier, je retrouve également les deux formes:

laguiant (=) ennuyeux
laguiar (=) inquiéter
laguiar (se) (=) s’inquiéter, se démoraliser (syn.: s’alassar, se laiar)
laguiat (=) fatigué, las
laguiós (=) soucieux, tourmenté
laguis (=) soucis
laiant (=) ennuyeux laiar (se) (=) fatiguer (se) (syn.: s’alassar, se laguiar)
laiar, segar la gueta (=) casser les pieds « veses pas que me laias? »; »nos an ja segat la gueta amb aquela istòria »
laiat, -ada (=) épuisé, -ée « enfin, a la lònga, laiada de tant d’esfòrç ».

 

Au cours des siècles la valeur affective du mot s’est légèrement affaiblie, ce qui est normal. Ecoutez le proverbe de Valleraugue : Lo bigno dis : poudo mi doban qué plouré, fouï mi doban qué bouré, bino mi et agués pa lagui dé bi. « La vigne dit : taille-moi avant que je pleure, laboure-moi avant que je bourgeonne, et n’aie pas peur de manquer de vin ».

N’aies pas lagui « Ne t’inquiète pas » en français régional (Lhubac)

L’étymologie de cette famille de mots est inconnue. L’ancienneté des attestations et l’étendue du territoire languedocien et rouergat dans lequel on le trouve, suggèrent qu’il s’agit d’un mot indigène, mais nous n’avons trouvé aucune racine latine ou autre à laquelle la rattacher.
Un visiteur qui connaît bien les langues celtiques m’envoie les mots celtiques suivants: Gaél. écos. lag, weak (faible, fragile, délicat, médiocre) , Irish lag, Early Irish lac, Middle Irish luice (pl.), Welsh llag, sluggish(léthargique) : *laggo-s, root lag; Latin langueo, English languid; Greek laggázw, slacken (lâcher) , lagarós, thin (mince, maigre) ; English slack (mou), also lag (à la traîne), from Celtic. (MB) (Ce terme paraît bien coller au sens du fr. rég. Layer, ainsi qu’à l’occitan laguiar).

Cette étymologie me semble probable, mais je ne dispose pas des moyens  ni des connaissances pour le vérifier.

Plus de formes dans le FEW vol.XXII/1, p.114 s.v. fatigue et vol XXII/1,p.27 s.v. chagrin.

Erugo ‘chenille; roquette’

Erugo, rugo, arugo « chenille »  et « roquette » (eruca sativa)

Erugo S2

L’étymologie est le latin erūca  qui est attesté avec les deux significations « roquette » et « chenille ». L’étymologie de erūca n’est pas claire, en particulier du point de vue sémantique. Quel est le point commun de la roquette et d’une chenille?. Ernout-Meillet fait la proposition suivante:

eruca_ErnoutMLa forme ūrūca qui est à l’origine de l’espagnol oruga  et attestée chez Pline est expliquée par le FEW comme une simple assimilation, tandis que  Ernoult pense à  ūrō « enflammer, exciter » ce qui reste à prouver.

Les attestations de eruga, auruga « roquette » sont plutôt rares1, parce qu’au début du XVIe siècle le diminutif roquette a été emprunté à l’italien par les Parisiens, de sorte que le nom roquette a gagné tout le pays et a remplacé  russe ou  de l’eruce, d’un dérivé *erucia,  noms attestés dans l’ouest de la France.

La roquette vendue sur le marché actuellement est un cultivar produit en Italie.  A Manduel et je pense ailleurs dans le Mdi, la roquette à fleurs jaunes pousse un peu partout en bordure des chemins et des vignes. Elle est comestible mais les feuilles sont plus dures.

roquette

FEW III, 241

Notes
  1. Voir RollandFlore II,p.83 eruca sativa

Tòra, toro ‘aconit; chenille’

Share
Toro « cormier des oiseleurs » (sorbus aucuparia) dans la première édition du Dictionnaire de Sauvages.(1756, S1). Dans la deuxième édition il ajoute 3 autres significations de toro: « aconit à fleur jaune ou le Napel », « la chrysomelle de l’osier-franc; scarabée rouge tachetée de rouge qui répand au loin une odeur forte et puante »; toro ou canilio « chenille » voir Erugo.

 aconitfleurjaune

   sorbier_oiseleurs

 

 

L’étymologie de toro ou tora est le mot latin tŭra « aconit’ qui l’a emprunté au grec φθορα (phthora). Ce nom a été adopté par les médecins au IVe siècle.  Marcellus Empiricus , un aristocrate et haut fonctionnaire impérial en retraite,  a composé un traité médical pour ses fils vers 360  et il mentionne la tora  : turam et anturam herbas virentes (tora et antora des herbes verdoyantes). Dans un glossaire appelé Alphita du XIIIe siècle, les deux plantes sont également mentionnées:

anthora_alphitaD’après le FEW XIII/2,p.419  tora et anthora sont deux espèces d’aconit et le nom anthora a été interprété comme anti-thora , contre-poison.  Si vous voulez en savoir plus1 suivez les indications dans la note12 de l’Alphita

Tora, tora « aconit » est attesté en ancien occitan (XIVe siècle) en en moyen français tore depuis1544. Dans les parlers provençaux nous trouvons la forme touero, touara « aconit (napel) ».
Dans la langue des mozarabes2 l’aconit s’appelle touera, en catalan tora, comme en piémontais et en portugais herba toura].

Il reste  à expliquer la seconde signification de tora à savoir « chrysomèle » et « chenille ».  Or, après les 4 définitions, l’abbé de Sauvages a ajouté une remarque très intéressante:

« Il parait qu’on a donné en général le nom de toro aux plantes et aux insectes en qui on a soupçonné une qualité malfaisante dont il fallait se défier. C’est probablement ensuite de cette idée défavorable que pour exprimer l’amertume de quelque chose, on dit, ama coumo la toro , amer comme  le fiel.

C’est le spécialiste des parlers gascons Gerhardt Rohlfs qui y consacre un article dans la Zeitschrift 56, p.386-387 (ToraRohlfs0015906_PDF_409_411DM)  Il ne mentionne pas notre cher abbé, mais je crois qu’il est bien l’inspirateur.  J’ai traduit la partie la plus importante de cette explication.

Dans les parlers montagnards des Pyrénées centrales, qui appellent l’aconit toro, la chenille s’appelle bré (à Gavarnie, Gèdre, Barèges). Le même mot sert à désigner le « venin ». Bré est une contraction d’un ancien beré (c’est ainsi qu’il se prononce dans les Basses-Pyrénées) qui vient d’une dissimilation du latin venenum ( cf. l’ancien occitan veré, verén « venin »). La chenille est donc considérée comme un animal vénéneux, de sorte que « chenille » et « venin » sont devenus des concepts identiques. Ainsi tout devient clair. L’aconit est une des plantes les plus vénéneuses connues des botanistes,, ce qui explique également son nom en moyen haut allemand eitergift (gift « venin »). La signification d’origine (comme tertio comparationis) des deux noms a dû être « venin ».

Avec cela nous entrons dans le domaine de la médicine et de la pharmacologie. L’ensemble des faits suggère de penser à l’ arabe comme source étymologique, ce qui est encore renforcé par la répartition géographique du mot (le Sud de la France et l’Espagne). Le professeur Paret de Heidelberg me confirme sur ma demande qu’un mot arabe

thora arabe  existe, attesté dans le dictionnaire de Dozy avec le sens « aconit ». Ce mot arabe est comme l’a vu déjà Dozy est un emprunt au grec φθορα (phthora) « anéantissement; corruption » qui dans la forme thora avec le sens « venin » est passé dans des documents en latin tardif. Par exemple dans le Ducange VIII, 102  un texte du XIVe siècle : Dixit publice quod ipse vellet thoram vel aliud mortiferum comedisse ad finem ut breviter expiraret. (Il a dit publiquement qu’il voulait manger de la tore ou un autre venin mortel de sorte qu’il expirerait dans le plus bref délai.)

 

Alibert  donne encore plus de sens à tòra :

  1. cormier des oiseleurs (sorbus aucuparia). Crus, ses fruits ne sont pas comestibles pour les humains, puisqu’ils contiennent de l’acide parasorbique (acide du sorbier) au goût âpre et amer, pouvant provoquer des vomissements éventuellement.
  2. aconit (Aconitum)
  3. chlora perfoliée (chlora perfoliata L.)
  4. scrofulaire (Scrofularia canina L.)
  5. Chenille; chrysomèle du peuplier
  6. Gerçures circulaires à la queue du porc et d’autres animaux
  7. Chancre des arbres
  8. paresse, fainéantise

 

Notes
  1. Anthora_AlphitNote
  2. Le nom donné aux chrétiens vivant sur le territoire espagnol conquis à partir de l’an 711 par les armées musulmanes , l’Andalousie actuelle. Les mozarabes avaient dans la société arabe le statut de dhimmi, statut d’infériorité inscrit dans la loi. Ils partageaient ce statut avec les juifs, en tant que non-croyants à l’Islam. C’est seulement dans la pratique, et non dans la loi, que leur culture, leur organisation politique et leur pratique religieuse étaient tolérées.
Page 1 sur 9412345102030Dernière page »