Etymologie-occitane » dictons proverbes http://www.etymologie-occitane.fr Dictionnaire étymologique de l'Occitan Fri, 22 Jun 2018 08:18:47 +0000 fr-FR hourly 1 goudjo ‘courge’2 http://www.etymologie-occitane.fr/2016/03/goudjo-courge2/ http://www.etymologie-occitane.fr/2016/03/goudjo-courge2/#comments Fri, 25 Mar 2016 16:33:09 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=15438 Share
Goudjo « courge à sel »à Valleraugue (Auge). Pour l’étymologie voir mon article coujo, coja « courge ». Je veux revenir sur le mot grec κωδια (kodia), qui était aussi le nom de la clepsydre«  l’horloge à eau, un transfert est motivé par la forme arrondie des vases qui servaient pour ces horloges et faire un peu de publicité pour Noria  la Maison  de l’eau à  St-Jean de Bruel (Aveyron) oùvous pouvez voir des clepsydres anciennes et modernes.].clepsydre     WasseuhrHerophilusClock

En plus j’ai retrouvé le livre de Charles Atger qui nous donne un dicton de Valleraugue:

Sa pa dé qués qué tené sal en goudjo  » Il ne sait pas ce que c’est que de tenir du sel dans la courge (soucis ménagers).

Ils étaient économes les Cévenols!

goudjo

Cette forme goudjo   est assez rare, seulement attestée dans dans le haut canton du Gard, (Cf. Thesoc),  auquel il faut ajouter trois points dans l’Hérault[2. Je suis très content que Charles Auger n’a pas regardé le Dictionnaire d’Alibert et qu’il a écrit comme il prononçait: goudjo. Ortografia est d’ailleurs absent du Dictionnaire d’Alibert.] (ALF d’après FEW II, 833 ).

Cogorda, cogorla sont des formes de l’ancien occitan, coucourdo, cougourlo en occitan moderne.cŭcŭrbĭta « citrouille ». FEX II, 1458

Courge poire à poudre.   La courge poire à poudre est une variété non comestible (Lagenaria sicerana) du genre Gourde. D’après Rolland Flore,  le Cévenol coujo n’est pas la plante mais l’objet  poire à poudre.

gourde-poire-a-poudre-ab.netA Campan (Hautes-Pyr.) couyo est le nom d’un panier rond et profond, en Lozère goujo « un entonnoir pour tonneaux ».

Cojada « claterium; bryone » (Alibert).   Claterium est un nom  du  concombre sauvage ou concombre d’âne. (Ecballium elaterium Wikipedia) – claterium. Appelé aussi cojarassa ,

claterium

concombre d’âne Ils mesurent quelques centimètres.

La bryone est une plante grimpante Bryone dioïque (Bryonia dioica) (Wikipedia).

bryoneblancheavec une racine spéciale. Elle s’appelle aussi « navet du diable, herbe de feu, rave de serpent, coja de serp, etc.La bryone est toxique.

Cojassa, « aristoloche »,  Cojanela dans le parler de Guyenne (Alibert). Image dans mon article faouterno. .

Et bien d’autres plantes, coja d’aiga  » le nénuphar jaune  appartient à un autre famille (voir Wikipedia) ; coja melona « citrouille iroquoise » (cucurbita pepo); cojarassa de bosc  « tamier » (tamus communis).

 

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2016/03/goudjo-courge2/feed/ 0
Laïer, laguiar http://www.etymologie-occitane.fr/2015/04/laier-laguiar/ http://www.etymologie-occitane.fr/2015/04/laier-laguiar/#comments Fri, 24 Apr 2015 16:19:21 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=4582 Laïer ou layer, fr.régional, laguiar, laïar « fatiguer, ennuyer, barber » fait partie d’une famille de mots que nous trouvons surtout en languedocien avec des attestations à l’ouest, par exemple en Limousin alai « fatigué, harassé, débile » et en Bigorre alayat « affaibli, fatigué, exténué », mais pratiquement pas à l’est du Rhône.

La première attestation a la forme laguiat, participe passé, avec le sens « accablé, souffrant » dans La chanson de la Croisade contre les Albigeois, qui date du début du XIIIe siècle.

La page de titre du manuscrit.

 

L’abbé de Sauvages le connaît bien: laghia « chagriner » ainsi que le substantif lagui qu’il traduit avec « peine, chagrin, inquiétude, souci ».

J’ai l’impression que les formes avec un -y- se trouvent surtout dans l’ouest langedocien, et les formes avec -gu- dans l’est, mais à Alès la forme est laguià « causer de la peine, donner du chagrin, se tourmenter, s’inquiéter » et ici dans la région nîmoise, j’entends de nos jours layer en français régional comme attesté dans l’Aveyron loya « fatiguer, ennuyer ».

L’abbé de Sauvages donne encore un autre dérivé: alaguia « lasser, ennuyer, déplaire par trop d’importunité » qu’on retrouve jusqu’en Gascogne.

Dans un site consacré à l’occitan de Montpellier, je retrouve également les deux formes:

laguiant (=) ennuyeux
laguiar (=) inquiéter
laguiar (se) (=) s’inquiéter, se démoraliser (syn.: s’alassar, se laiar)
laguiat (=) fatigué, las
laguiós (=) soucieux, tourmenté
laguis (=) soucis
laiant (=) ennuyeux laiar (se) (=) fatiguer (se) (syn.: s’alassar, se laguiar)
laiar, segar la gueta (=) casser les pieds « veses pas que me laias? »; »nos an ja segat la gueta amb aquela istòria »
laiat, -ada (=) épuisé, -ée « enfin, a la lònga, laiada de tant d’esfòrç ».

 

Au cours des siècles la valeur affective du mot s’est légèrement affaiblie, ce qui est normal. Ecoutez le proverbe de Valleraugue : Lo bigno dis : poudo mi doban qué plouré, fouï mi doban qué bouré, bino mi et agués pa lagui dé bi. « La vigne dit : taille-moi avant que je pleure, laboure-moi avant que je bourgeonne, et n’aie pas peur de manquer de vin ».

N’aies pas lagui « Ne t’inquiète pas » en français régional (Lhubac)

L’étymologie de cette famille de mots est inconnue. L’ancienneté des attestations et l’étendue du territoire languedocien et rouergat dans lequel on le trouve, suggèrent qu’il s’agit d’un mot indigène, mais nous n’avons trouvé aucune racine latine ou autre à laquelle la rattacher.
Un visiteur qui connaît bien les langues celtiques m’envoie les mots celtiques suivants: Gaél. écos. lag, weak (faible, fragile, délicat, médiocre) , Irish lag, Early Irish lac, Middle Irish luice (pl.), Welsh llag, sluggish(léthargique) : *laggo-s, root lag; Latin langueo, English languid; Greek laggázw, slacken (lâcher) , lagarós, thin (mince, maigre) ; English slack (mou), also lag (à la traîne), from Celtic. (MB) (Ce terme paraît bien coller au sens du fr. rég. Layer, ainsi qu’à l’occitan laguiar).

Cette étymologie me semble probable, mais je ne dispose pas des moyens  ni des connaissances pour le vérifier.

Plus de formes dans le FEW vol.XXII/1, p.114 s.v. fatigue et vol XXII/1,p.27 s.v. chagrin.

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2015/04/laier-laguiar/feed/ 0
mentastre http://www.etymologie-occitane.fr/2015/03/mentastre/ http://www.etymologie-occitane.fr/2015/03/mentastre/#comments Sat, 28 Mar 2015 19:35:58 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=14545 Mentastrë « baume sauvage ». (Mentha arvensis L.)

On comprend sous le nom de mëntâstrë le pouliot ou la mente aquatique, dont l’infusion est un fébrifuge; le pouliot est aussi très bon pour tuer les vers des enfants. (Sauvages S1).

Etymologie: latin mentastrum « menthe sauvage », attesté chez Pline. les attestations dans le domaine galloroman sont très anciennes, de sorte qu’on peut supposer qu’il s’agit  d’un mot indigène et non pas d’un emprunt. FEW VI/1, p.731

Mentha_arvensis_2005.08.28_09.49.00 Mentha arvensis L.

Mento « baume des jardins ou simplement baume, et non mente qui se dit des autres espèces de ce genre qui croissent dans les champs ». Il y a deux sortes de baumes, celui qui est à feuilles rougeâtres qui a une odeur de basilique et qu’on met dans les salades; l’autre espèce est le baume ordinaire qui a une odeur très suave. (Sauvages S1), et Solerius en 1549:

menta_Solerius

menthapulegiummentha pulegium L. pouliot

Etymologie : latin menta « menthe ».  La graphie avec -h- date du XVIe siècle, pour rapprocher la langue française de la langue grecque : μινθη  et compliquer l’orthographe.  Le latin et le grec ont repris ce nom  à une population non-indoeuropéenne qui vivait autour de la Méditerranée.FEW VI/1,p.730  Le même  mot se retrouve dans toutes les langues romanes et dans beaucoup de langues germaniques.

Les moteurs de recherche sont tellement pollués par la publicité pour toutes sortes de médicaments à base de menthe, que j’ai dû avoir recours à RollandFlore vol IX p.41 pour savoir quelle espèce de menthe est le « baume des jardins ». Il s’agit de la mentha sativa L. qui s’appelle maintenant mentha verticillata:

mentha verticillata

mentha verticillata

Pour terminer une tradition gardoise, tirée du Rolland Flore:

MentoGardRlFl9

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2015/03/mentastre/feed/ 0
co, faire la co http://www.etymologie-occitane.fr/2014/01/co-faire-la-co/ http://www.etymologie-occitane.fr/2014/01/co-faire-la-co/#comments Fri, 31 Jan 2014 10:11:07 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=13004 Faire la co « se jouer de quelqu’un, le tromper » d’après Mistral.  Co  vient du latin coda  « queue ».  Mistral donne toute une série de formes sauf celle promue par la graphie occitane dite classique coa, qui ne correspond qu’à la prononciation de quelques villages, voir Thesoc s.v. queue.

Je n’ai trouvé nulle part la traduction en occitan de l’expression « faire la queue », cela ne peut être faire la co….  Je suppose que les habitants du Midi ne font pas la queue. Ils ont trouvé une autre solution, comme les Antillais:

faire la queue

 

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2014/01/co-faire-la-co/feed/ 0
Engrèner 'appâter;lancer un conflit' http://www.etymologie-occitane.fr/2012/11/engrener/ http://www.etymologie-occitane.fr/2012/11/engrener/#comments Mon, 19 Nov 2012 13:27:24 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=8563 Engranar  engrèner ou engrainer en français régional : « faire des histoires, lancer un conflit, appâter un joueur pour un jeu d’argent. » (spécialement dans  le milieu de  la pétanque, voir  René Domergue,  Avise, la pétanque).

L’étymologie est le latin granum  « grain, graine ».

Alibert donne e.a. les sens suivants:  « balayer;  appâter avec des grains »;  v.r. … « s’enrichir ». Ces  sens  n’existent pas en français, ni en argot. Je pense qu’il s’agit d’une évolution sémantique régionale.

Il est possible que le sens « s’enrichir »s’est développé à partir du   L’abbé de Sauvages  cite le proverbe  Lou përmié k ës âou mouli engrâno  « le premier venu met son  blé dans la trémie » (S1).  Des expressions analogues existent en anglais first come first served,  et plus proche de l’occitan le néerlandais wie het eerst komt, het eerst maalt (le premier venu moud le premier ) . Être le premier servi  a des avantages.

Il est aussi possible que le sens  « s’enrichir » s’est développé à partir du sens « nourrir avec les grains », plus spécialement « appâter des oiseaux en jetant des grains »., qui est devenu « appâter » en général.  Mistral donne l’exemple suivant  :

         engranar appâter

Le sens  « appâter des oiseaux en jetant des grains »,  est probablement à l’origine de deux évolutions sémantiques.

  1. Le but  de engranar « nourrir »  est d’ enrichir celui qui engrane . Celui qui s’engrane s’enrichit. Une évolution très actuelle dans cette période de « crise ». Les banques nous ont engranés  pour s’engraner.
  2. Celui qui s’enrichit crée des jalousies et des imitateurs qui  allèchent au « jeu » , même dans le domaine de la pétanque. L’argent est à l’origine de presque tous les conflits.

J’ai l’impression que l’argot parisien qui connaît le mot engrainer  « allécher au jeu d’argent » depuis le fin du XIXe siècle, l’a emprunté aux parlers occitans.  En tout cas les attestations occitanes (Vayssier, Mistral) datent de la même époque et sont légèrement antérieures. Si vous rencontrer  une attestation plus ancienne, contactez-moi!

Le lien sémantique  avec « grain » du  sens « balayer »   n’est pas évident. Ce sens est d’après Mistral  limité au Languedoc et au Quercy.

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2012/11/engrener/feed/ 0
Tissous couma las mouscas http://www.etymologie-occitane.fr/2012/06/tissous-mouscas/ http://www.etymologie-occitane.fr/2012/06/tissous-mouscas/#comments Tue, 05 Jun 2012 09:23:12 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=5554 Tissous « taquin »dans l’expression : Estre tissous couma las mouscas « être taquin comme des mouches ». C’est dans la rubrique « L’Accent de l’été » du Midi Libre que j’ai rencontré cette expression, tirée du livre de Christian Camps, attestation confirmée par Lhubac et un site sur Clermont-l’Hérault. D’après Lhubac tissous  signifie  au figuré « appétissant ». D’après René Domergue atisser  dans la pétanque signifie « provoquer » . S’atisser : « se prendre au jeu ».

tissous couma las mouscas L’abbé de Sauvages mentionne  le substantif dont il est dérivé: tisso, prenë ën tisso « avoir quelque chose en aversion, prendre quelqu’un en aversion ». Selon Alibert  tissa signifie « manie, habitude, forte envie; taquinerie incessante » et l’adjectif tissos « taquin, maniaque querelleur ». Tissous veut parfois dire « opinâtre ». Mistral atteste pour le Gard tissot « taquinerie incessante » et à Castres au XVIIIe siècle prendre en tisso « prendre en grippe ». Cette expression pris en tisse « pris en grippe » est encore vivant à Montpezat (Gard) et probablement ailleurs.

Une lectrice (merci beaucoup!) m’écrit: « tissous » en Languedocien, ou du moins du côté de Béziers, s’associe a quelqu’un qui est collant, qui te suit partout, qui se colle a toi, qui te touches. Par « T’es tissous », il faut comprendre « laisses moi tranquille, tu m’agaces ».

D’après  le FEW  l’étymologie  de tisso  avec les sens « manie; aversion; taquin; travail; tâche », de  tissous « fâcheux; opiniâtre » et du verbe atissà  « prendre à tâche de faire une chose »  est d’origine inconnue 1

Une information d’un lecteur m’a incité à continuer mes recherches. Il m’écrit:

Chez nous, dans le bas Quercy à la limite du Lot et du Tarn et Garonne. Tissous : dans le feu de cheminée signifie bouts de bois braisés à la pointe, il faut les repousser pour rallumer le feu.(pour qu’ils brulent).
Amicalement.

Ce  tissous -là avec le sens  « bouts de bois braisés » vient  directement du latin titio « tison ». Le verbe français attiser « animer un feu »  vient d’un composé du bas latin  *attitiare. Or ce même verbe *attitiare est employé au figuré en occitan  atizar  et en français attiser avec le sens « exciter une passion, irriter »: à Nice  atissà  « exciter un chien »,  atiza  à Toulouse.  A Montpezat atisser ‘titiller qn.’ Domergue p.200. A Gignac également atisser ‘exciter, faire enrager’ (Lhubac). Alibert donne la forme avec un seul -s-,  prononcé -z-atisar « attiser, aviver » et  atissar avec deux -s-  « exciter, haler , vexer ».

Cet emploi au figuré du verbe   est bien considéré comme dérivé du latin titio  « tison ». (FEW XI/1, 358a).  A mon avis rien ne s’oppose à rattacher  tisso  et tissous  à la même famille de mots.  Même les sens « travail; tâche » ne posent un problème  d’ordre sémantique.  Une évolution sémantique analogue a eu lieu en néerlandais où le verbe stoken « faire brûler; chauffer »  a aussi pris le senes « provoqer, exciter ».

Les formes avec -ss-  ont probablement subies une influence des onomatopées formées à partir d’un kss kss, kiss kiss qui sert à exciter un chien dans de nombreux parlers, comme  par exemple le catalan aquissar ou le néerlandais kissen, kisten  et en languedocien aquissà déjà attesté chez l’abbé de Sauvages: akissa.

atissar, atisser

______________________________________________

Notes
  1. vol. XXII/1, p.14b;  et les pages 42b; 71b; 107b; 23b; 99a
]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2012/06/tissous-mouscas/feed/ 0
Guèine "renard" http://www.etymologie-occitane.fr/2012/04/gueine-renard/ http://www.etymologie-occitane.fr/2012/04/gueine-renard/#comments Sun, 08 Apr 2012 14:17:55 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=7484 Guèine « renard ». L’étymologie est certainement un nom propre d’origine germanique.  Le FEW suit Meyer-Lübke et propose  le nom Winald. La première attestation date de 1190 et vient de l’ancien occitan guiner 1

 

Raynouard_guiner     renard

En occitan moderne  guèine  « renard » est attesté  dans l’Aude, l’Aveyron, l’Hérault et  le Tarn (Thesoc).     A St-André de Najac (Aveyron) guino désigne une « vache au pelage rouge » et un  guinet  un « boeuf aupelage rouge ».  Guineu « renard » est aussi attesté en catalan depuis le XIIIe siècle. D’après Alibert guèine  signifie « méchant, traître, perfide, felon »  à Aurillac et en Quercy, ce qui est tout proche sémantiquement parlant.

A Toulouse existe une expression  fa la guinèu  « chômer, ne rien faire; défier » qui d’après le FEW  est un emploi au figuré, inspiré par le fait qu’un renard semble observer de longues heures son environnement sans bouger. A Belmont-sur -Rance fa guinèlo  est « se cacher pour épier; faire le guet » En limousin un gueinard  est un « indolent ».

Au XIXe siècle  apparaît en argot parisien  le mot  guinal  « juif »  et à la fin du siècle avec les sens « usurier; marchand de chiffons en gros »; le  grand guinal  est le « mont de piété » et le verbe guinaliser, guignaliser    « circonscrire; faire de l’usure; acheter à vil prix ».  Il n’est pas impossible que l’origine de ces mots d’argot est à chercher dans le domaine occitan. 2

L’adj.  guèine  existe dans l’Aude avec le sens « mal bâti, mal fagoté »  en limousin il signifie  » maladroit, fainéant » et en Béarn gayne  est « louche ».  Jusqu’ici on n’a pas réussi à établir un lien sémantique avec le renard.

_________________________

Notes
  1. Avec un changement de suffixe; dans Raynouard
  2. Il y a une attestation en ancien français de guinal   « sot » ou « homme rusé » ou « juif » mais l’interprétation semble être difficile. FEW XIV, 587b
]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2012/04/gueine-renard/feed/ 0
Enregistrements mp3 proverbes http://www.etymologie-occitane.fr/2012/01/enregistrements_mp3/ http://www.etymologie-occitane.fr/2012/01/enregistrements_mp3/#comments Wed, 25 Jan 2012 16:29:53 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=6865 Enregistrements

Patois de Taleyrac, commune de Valleraugue (30570)

enregistrés le 15 février 2008

Dictons et proverbes en usage à Valleraugue

Pour les entendre Cliquez sur les textes en occitan.

Sap y faïre, touto peïro li fo contou « Il (sc.un maçon) connaît son métier, de toute pierre il fait une pierre d’angle »

Cal bol de bel tens, cal qué l’espèré « Celui qui veut de beau temps doit l’attendre »

Reboussié coumo Prodet de Gangjé : « sa femme s’étant noyée, Pradet de Ganges remontait le cours de l’eau pour la chercher ».

Pitchot faÏs bien liat es mietch pourtat « petit fardeau bien attaché est à demi porté »

Pescaïré d’aïgo douço é cossaïre dé brousso, djomaï n’ocampo bousso « Pécheur d’eau douce et chasseur de brousse ne deviennent jamais riche ».

 Très poulos é un gal, lou bon Diou béniro lou trébal « Trois poules et un coq, le bon Dieu bénira le travail », ce qui veut dire qu’il faut mettre les oeufs à couver quatre par quatre

Qué poudo lon, béou un on, que poudo court, béou toudjour « Celui qui taille long, boit un an, celui qui taille court, boit toujours »

Lo bigno dis : poudo mi doban qué plouré, fouï mi doban qué bouré, bino mi et agués pa lagui dé bi. « La vigne dit : taille-moi avant que je pleure, laboure-moi avant que je bourgeonne, et n’ai pas peur de manquer de vin.

Lo pès fo l’ordjen, mai l’ordjen fo lo guerro. La paix produit de l’argent, mais l’argent engendre la guerre.

Djomaï piel dé cabro n’o pa estouffat loup. Jamais poil de chèvre n’a étouffé un loup.

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2012/01/enregistrements_mp3/feed/ 0
Fougasso http://www.etymologie-occitane.fr/2011/11/fougasso-2/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/11/fougasso-2/#comments Tue, 22 Nov 2011 13:30:08 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=6298 Fougasso « gateau ».

Etymologie: le mot lat. focacium  un dérivé  de focus « feu », désigne une sorte de pain cuit dans les cendres et non pas dans le four. Le mot est resté en ancien occitan fogasa  1391, en français  fouace, italien focaccia, catalan fogassa, espagnol hogaza, portugais fogaça et dans les patois pour  désigner toutes sortes de gâteaux, tartes, pains  avec ou sans grotillons.

L’expression provençale faire fougasso signifiait « être surpris par la pluie, lorsqu’on  a ses gerbes étendues sur l’aire » et de là « ne pas réussir ». Cette évçolution sémantique peut s’expliquer par le fait  qu’une fougasse  est plate.  En languedocien esfougassa  signifie «aplati » et  le substantif   fougasse « fiasco » (Job) .

          

occitan fougasso, italien focaccia, espagnol hogaza  sont toutes plates!

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2011/11/fougasso-2/feed/ 0
Figa http://www.etymologie-occitane.fr/2011/11/figa/ http://www.etymologie-occitane.fr/2011/11/figa/#comments Mon, 21 Nov 2011 11:03:53 +0000 http://www.etymologie-occitane.fr/?p=6235 Figa, figo « figue ». Etymologie : latin ficus qui désignait aussi bien l’arbre que le fruit. Le premier sens a été conservé en italien fico et en basque bikku, le deuxième en espagnol higo, portugais figo et en basque iko. Les formes galloromanes pour nommer le fruit viennent d’un pluriel *fica comme le catalan figa.

Au figuré far la figo « se moquer de quelqu’un ».  Claude Marco, qui se qualifie « anecbotaniste », m’a fait parvenir un commentaire sur les traditions populaires en rapport avec le figuier et la figue, trop riche pour être inséré ici. Je le joins donc en format PDF.Figuier_Claude Marco

Une expression et un geste  qui remonte très loin dans l’histoire.  J.M Lombard y consacre un article  La main-figue ou mano-fica. Prélude à une célébration du figuier de la connaissance.  la dans son blog, d’où je tire cette image. LamblardGestedelafigue6a00d8341f05b853ef01b7c6e8870d970b-800wiUn bas-relief d’époque romano-berbère trouvé en Libye. 1er siècle (Photo Lamblard).

Dérivés : figon « petite figue », figueto « idem ; petite bouteille pour les essences « . Figuiera « figuier ». Provençal et languedocien figueiroun « arum tacheté ou Gouet ou Pied de veau » à cause de sa forme. La racine sèche du figeiroun est un bon cordial selon l’abbé de Sauvages. Egalement limité à ces deux régions est le dérivé figaret « variété de châtaignier hâtif, dont les châtaignes se détachent du hérisson quand elles sont mûres » Voir la page Castagno s.v. figaretto.

  

Château de Figaret   à St-Hypolite du-Fort (30)                                              Figueroun

De nombreux toponymes.   Figaret  peut faire référence aux châtaignes ou aux figues.

Prêté au français : figue, et  à l’anglais fig « le fruit ou l’arbre »; expression not care a fig for « ne pas se soucier de » mais attention!! son homonyme fig est obscène « consists of making a fist with the thumb placed between the index finger and the middle finger. » (Voir ce lien, en bas de la page). Néerlandais vijg; mais un oorvijg est une « gifle ». Allemand Feige mais Ohrfeige « gifle » (ne loupez pas cette video à la Rémi Gaillard).

La feuille de figuier a joué un rôle important dans la sculpture et la peinture. L’origine est probablement la Bible: c’est avec une feuille de figuier que  Adam et Eve couvrent leur honte et leur nudité !

                 

 

]]>
http://www.etymologie-occitane.fr/2011/11/figa/feed/ 0