cat-right

Comairèla

Comairèla « belette » (dans l’Aude, Hte-Garonne, Tarn, Thesoc) et le Gers (FEW II, /2, 945b et n.3) vient du latin commater « marraine, sage-femme ».

Le sens courant de comaire, coumaire est « marraine ». A Toulouse une coumayre est « une femme qui aime à se réjouir ». A Avignon une coumaire est « une bouteille de 3 litres » d’après Mistral. Tout cela est compréhensible. Mais la belette??. Et sans lien   avec ces régions, nous le retrouvons en Espagne: comadreja, en Sardaigne camedrenga (< *commatricula ),  à Naples , Molise, et Campobasso en Italie au sud-est de Rome cummatrella , ainsi qu’en Silésie  en Pologne. (AGl2, p.50). Voir mon article moustèlo sur le rôle de la belette dans la mythologie et une explication de la grande variété des noms de cet animal domestique.

Darnagàs

Darnagàs, darnégas, « pie grièche » ; animal mythique qui sert à faire peur aux enfants. » (Camargue),tarnagas  » pie grièche; nigaud » (abbé de Sauvages, qui décrit plusieurs oiseaux de cette famille), tarnagas « imbécile » (Mathon).

et il ajoute s.v. tarnagas :

de très belles photos ici

En fr.rég.tarnagas « imbécile » est attesté par And et Joblot.  Darnagas  « imbécile » est aussi piémontais.  Pour Lhubac c’est un « enfant turbulant » (peu usité), et je le retrouve dans une site consacré à Marseille : « Darnagas : oiseau passereau peu méfiant. Par extension : nigaud, qui fait des bétises (utilisé surtout pour qualifier un enfant) » .

La forme avec un t- initial est limité aux départements Gard / Lozère et les régions voisines, mais un visteur de la région Vias – Agde vient me signaler que chez lui on dit également tarnagas pour désigner « une femme dans le sens de femme pas fréquentable ».

En franco-provençal et en provençal on trouve plutôt des formes avec d- comme en Camargue.  Frédéric Mistral écrit dans LI DARBOUN ENGENIAIRE :

Sabès que se travaio à-n-un camin de fèrri que, partènt d’Avignoun e remountant Durènço, dèu ana finqu’à Turin en travessant lou Mount Cenis. Mai aquéu Mount Cenis fau que se trauque, e, lou pertus aura delong mai de tres lègo. Tres lègo souto terro, dins la roco ! fai trambla. Certo, li engeniaire soun pas de tarnagas e an pre sis amiro e si mesuro.

Un Anglais  a étudié la pie grièche qui utilise pour son nid une certaine herbe. Il écrit :

« This is the Filago spathulata of the botanists; and the bird also makes use, though less frequently, of the Filago germanica, or common cotton-rose. Both are known in Provencal by the name herbo dou tarnagas, or Shrike-herb. This popular designation tells us plainly how faithful the bird is to its plant. »

herbo dou tarnagas

A Montfavet (84) il y a le chemin du Tarnagas. D’après ces citations il semble que la forme avec t- est également connue en provençal.

Le tarnagas a une mauvaise renommée. En français : Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). En allemand elle s’appelle Würger littéralement « étrangleur », en néerlandais worger « étrangleur »; dans certaines régions de l’Angleterre butcher bird  « oiseau boucher » parce la pie-grièche embroche sa nourriture, des souris, de gros insectes etc, sur de grandes épines ou sur du fil barbelé, comme le boucher fait avec la viande. Le sens « animal mythique qui sert à faire peur aux enfants » de darnagas, tarnagas  y est probablement lié. Une autre attestation du même sens se trouve dans ce site : « Darnagas : Animal mythique comme le loup-garou « .

Un bourdon embroché par un darnagas.  Source Photos Merci !

 Dans le monde des oiseaux par contre,  elle a une bonne renommée d’après le Dictionnaire Languedocien- Français de l’abbé de Sauvages. La pie grièche est connue comme un farouche défenseur de son nid, en faisant beaucoup de bruit et de mouvements, à tel point que d’autres oiseaux aiment faire leurs nids près d’elle pour être protégés.

L’étymologie du premier élément darn- ou tarn- n’est pas très clair. Le FEW le rattache à un élément germanique très ancien *darn- « ébloui, étourdi », mais les attestations de cette racine en occitan, en dehors de darnagas etc. sont très rares.
Le deuxième élément vient d’un ancien haut allemand agaza « pie » dont nous parlons à propos des mots languedociens agasso, agassin etc.

Blavet

Blavet « bleuet » est un dérivé du ancien franc *blao « bleu », cf. allemand blau, néerlandais blauw, ancien anglais blaw.

Dans le Thesoc s.v. bleuet huit informateurs de l’Ariège ont donné comme mot local le type rossignol. Comment expliquer cela? La solution se trouve dans le FEW.  L’enquêteur a dû demander « Comment appeler vous le  bleuet ? » Ces informateurs ont compris qu’on leur demandait le nom d’un oiseau.  En effet, dans quelques dictionnaires du XIXe siècle est mentionné: bleuet « martin-pêcheur » (Bescherelle 1845; voir aussi TLF).

Cette dénomination est typique pour certains parlers occitans : Nice bluiet, Aveyron, Tarn bluet. D’après les dictionnaires cités dans le FEW le bluè est dans le Gard la « mésange bleue », appelée blauet dans l’Hérault (M); dans les Bouches du Rhône le blavet est le « tarier, saxicola rubretra ».

           

martin-pêcheur                                    mésange bleue                                       tarier                     rossignol

D’autres noms du bleuet fleur : flor pèrsa (Charente); tartarièja° (Ardèche; Hte-Loire) le nom de la « rhimanthe crête de coq » (Alibert); escanapols  (Saurat en Ariège; repris par Alibert). Il faudra demander à un paysan, s’il comprend le lien sémantique. Voir le verbe escanar.
Nous ne pouvons pas savoir si les types bluet, bleuet, blaveta dans le Thesoc correspondent à la fleur ou à l’oiseau.

Pour avoir une idée plus précise, j’ai consulté le RollandFaune. Pour le domaine occitan il nous donne les noms suivants: pêche-martin (Charente); bernard pescayre (Landes); aouzel de saint Martin; bluyet (Toulouse); martin pescaire (provençal); marti pescaire (languedocien); blabet (P.O); bluet (Tarn); blavié (Nice; languedocien); bluré (BduRh); bluret (provençal, languedocien); merle picheret (Limousin).

Le corps desséché de cet oiseau passe pour éloigner les mites et les teignes ; on s’en sert dans ce but dans un grand nombre d’endroits, de là les noms suivants qu’on lui donne : drapier s.m. (Isère); arnié s.m. (Languedoc ; Hérault, Provençal); arniè (Béziers); argné (Gard); Arné (PO); Darneire (Hte-Loire); Derna (Auvergne).

Remarque: Arnié, argné arné signifie proprement celui qui préserve des arnes = mites. Les mites s’appellent: Arna, arno prov.. Darno (Tarn ); Derna Auvergne, Arda (anc.occitan). Voir article Tinea dans le vol. III. de Rolland Faune.
Autre noms : Vable dé vilo (Gard); Alcyoun Languedocien.; Alussi Languedocien seulement dans la phrase cridà coumo un alussi  » crier à tue tête.

Le « bleuet » (la fleur ou l’oiseau ??) est appelé escanapols à Saurat en Ariège; confirmé sans localisation par Alibert.

ATTENTION! Dans beaucoup de régions et notamment au Québec le bleuet est le nom de la myrtille! Le québecois est né des parlers des régions atlantiques, de la Normandie jusqu’à la Saintonge (BDP; FEW) et non pas du  français parisien.

Bleuets quebecois

Beleta

Beleta « belette »  est un dérivé de bellus, bella comme fr. belette.  L’étymologie de beleta n’est pas captivante. Le pourquoi du remplacement de mustela  par beleta   d’autant plus. La superstition qui est à l’origine du nom beleta « la belle » est une très ancienne histoire.  J’y consacre un long article :  moustelo  avec tous les noms de la belette en occitan.

Dans le Puy-de-Dôme beleta, bœlto, bœlœto désigne aussi le « lézard gris ».  Le pourquoi  de ce nom ne m’est pas clair.

Beluga, belugue

Beluga, belugue « étincelle » . Un dérivé de languedocien belé « éclair, éclat de lumière » et le verbe belejá « éclairer, briller comme l’éclair ».   Von Wartburg pense à un celtique *belos « clair, brillant ».  Le 1er mai, les païens irlandais faisaient un grand feu dans lequel ils  brûlaient du bétail, c’était le bel-tene. Le mot anglo-saxon bael signifie « feu ».

Une beluga  sur la page de titre de mon guide pratique pour ceux qui veulent apprendre à  tailler des pierres précieuses et fines (sauf le diamant !)

La taille des pierres précieuses et fines

Dans le Lessico Etimologico Italiano   s.v. belluc-vous trouverez  l’etat actuel des recherches étymologiquesBeluga  appartient à une famille préromane ballūc-/bellūc-;pallūc-; barlūc- qui signifie « brillant »

Si vous cherchez « bael + fire » sous Google vous trouverez plusieurs sites anglais. Bael est aussi le nom d’un démon, du diable.
Sur beltane j’ai trouvé sur internet :

Beltane was a day representing many things to the Celtic people. It was the second of the four fire festivals. To most it celebrated the sun God, Baal(British)/ Bel(Irish)/ Beli(Welsh)/ Belanos(Pan-Celtic), although the sun appears to have been originally revered as a goddess. Bel means bright or shining and there is no sexual distinction attached to it. The Gaelic nouns for the sun are still female. In Wales, Rhiannon, who is also a solar deity, would come back from the land of the dead/winter on this day. In Scotland, the Seelie Court arrives and takes control back from the Unseelie Court.

Dans le Tarn-et-Garonne vous trouverez La belugueta de TG’OC : un nouvel outil de promotion de la culture occitane . “Tarn e Garona occitan / Association Frédéric Cayrou” vient de créer, avec le soutien d’Autriche et Pays d’Oc cet outil simple et remarquable à la fois : la belugueta de TG’OC, la petite étincelle de Tarn et Garonne occitan.

Page 3 sur 3123