cat-right

Amarinier, amarino

Amarinier s.m. « (souche d’- ) osier », amarina « osier ». Du latin amerina « osier  » un adjectif form√© sur le nom de la ville Ameria (maintenant Amelia) en Ombrie,¬† √† une centaine de km au nord de Rome.

Cela me laisse pantois, qu’un mot bien connu des Romains¬† et attest√© chez Virgile, Pline etc.,¬† survit uniquement dans un grand domaine du sud-est du galloroman, de la basse vall√©e du Sa√īne jusqu’√† la mer.¬† ¬† Comment est-ce possible? .

Il est attest√© en ancien occitan depuis 1204 et il y a de nombreuses attestations dans les parlers modernes. Le remplacement du -e- par -a- s’explique par l’influence du mot amarus « amer », parce que l’√©corce des saules contient une substance am√®re utilis√©e comme f√©brifuge depuis l’antiquit√©. Ceci¬† peut expliquer le maintien du mot, mais pas le fait que c’est seulement le cas en Gaule.

Il y a beaucoup de d√©riv√©s comme par ex. amarineto « petit brin d’osier », amarin√† « assouplir, tordre; amadouer » etc. qui s’expliquent facilement. Pan amarinous¬† = pain ramolli1.

D’apr√®s Pouzolz, le saule s’appelle saouse (du latin salix)¬† dans le Gard, pourtant dans le Compoix de Valleraugue (1625) c’est amarinier.

          

Au pluriel¬† amarinos¬†¬† a pris le sens de « verge, baguette ». En 1347 Jeanne I, reine des deux Siciles et comtesse de la Provence, a voulu r√©gler le probl√®me de la prostitution √†¬† Avignon.¬† Elle a ordonn√© que les filles « fautives » soient enferm√©es dans un genre d’Eroscenter, appel√© Bourdeou¬† et elles devaient¬† porter une aiguillette rouge sur l’√©paule gauche.¬† (Nos gouvernants du XXIe si√®cle pr√©f√®rent punir les clients.) Au cas o√Ļ on les trouvait en ville, elles √©taient punies avec les amarinos …

Si le texte complet vous intéresse

___________________________________

Notes
  1. Bernard Giély,

Albar

Albar s.m. »peuplier, tremble » au sens propre « peuplier blanc ». Etymologie : latin albńĀris « blanc », qui en occitan a abouti √† trois sens diff√©rents:

  • « aubier, la partie tendre et blanch√Ętre qui est entre l’√©corce et le coeur de l’arbre ». Sens qu’on trouve dans l’ouest, Limousin, Agenais, Gascogne.
  • « saule blanc » √† l’ouest du Rh√īne jusqu’en B√©arn.
  • « tremble, peuplier blanc » en franco-proven√ßal et en ce qui concerne l’occitan principalement dans les d√©partements de l’Aude et de l’Ari√®ge (Thesoc).

Mme Germi mentionne la forme oubère s.f. pour le Champsaur.

D’apr√®s le FEW, l’√©tymon de cette forme est latin √°lbarus « populus alba L. » avec un d√©placement de l’accent qui semble assez fr√©quent en occitan pour les proparoxytons.¬† Cf. Mistral aubrero, aubro, aubrio, ourbrero.

  • Voir P√©gorier pour les tr√®s nombreux toponymes Aubaredo, Aubarou, Aubr√©e, etc.

salix alba populus alba

Ajas, ayas, ayar

Ajas, ayas, ayar s.m. « √©rable; √©rable noir; alisier », vient d’apr√®s Hubschmied, suivi par le FEW d’un gaulois *akaros « √©rable ». Nous le trouvons dans le Sud-ouest (Deux-S√®vres, Charente, Saintonge; Tarn et Garonne, Lot, et Corr√®ze) et en franco-proven√ßal, Suisse, Dauphin√© et la Dr√īme.

Toponyme : Vall√©e d’Aoste : Ayas vient d’un latin agatius (? Wikipedia)

Voir aussi  agast

ayas

Automne en Vallée d'Aoste

Page 11 sur 11« Premi√®re page‚Ķ7891011