cat-right

Boutels

Boutels :
Grappillons : À la glorieuse Ă©poque de la vigne, hĂ©las rĂ©volue, aprĂšs les vendanges
câ€ŸĂ©tait le Maire du village qui fixait la date d‟autorisation du grappillage. Pouvait aussi
dĂ©signer des mollets .(La chanson en patois de Marion disait (mĂ©i boutels fasien tiba mĂ©i guĂȘtra)s Marsillargues .

Bouteiller :
Grappiller : Les familles se transformaient en “Bouteillaïres“ pour faire leur provision
de vin ou leur cartagĂšne en allant ramasser ces boutels. (Grappillons )

Bouteillier est aussi un nom de famille.

Etymologie : du latin buttÄ­cula « sorte de vase ». Les grapillons ont la forme d’une bouteille. Voir FEW I, 661 et commentaire

blesta ‘tranche de terre retournĂ©e par le so...

Blesta « tranche de terre reournĂ©e par le soc » est attestĂ© en ArdĂšche dans 3 villages (Thesoc):

blesta 'motte' Ardeche

L’Ă©tymologie proposĂ©e par von Wartburg dans le FEW I,p.410  blÄ­sta « motte de terre », n’a pas Ă©tĂ© reprise dans la nouvelle rĂ©daction des Ă©tyma germaniques. Je ne sais oĂč en sont les recherches.

Le mot est attestĂ© en ancien  et moyen français et en ancien provençal et en occitan moderne. Voir les diffĂ©rentes significations dans le FEW. Le sens de l’Ă©tymon serait  » ballonnĂ©, gonflĂ©, bourrelet ».

Par association de forme j’ai pensĂ© au mot anglais « blister » courant en français moderne mais refusĂ© par le TLF.

L’Ă©tymologie du mot anglais blister d’aprĂšs etymonline:

blister etymonlineJe suis toujours étonné par ces liens avec des langues étrangÚres.

Le sens javelle « 1 Terme d’agriculture. Nom donnĂ© Ă  des poignĂ©es de blĂ© sciĂ©, qui demeurent couchĂ©es sur le sillon jusqu’Ă  ce qu’on en fasse des gerbes. » attestĂ© Ă  Chirons, se retrouve dans de nombreux patois. Voir l’article du FEW.

cardoussĂ©s’ chardon d’Espagne’

CardoussĂ«s « Ă©pine jaune » en latin « scolymus » plante Ă  fleur jaune aux environs de Montpellier; on mange la racine en sausse ou en friture. (Sauvages, 1756).
Étymologie: ce nom appartient au groupe de dĂ©rivĂ©s de card(u)us chardon » > carde et chardon (FEW II,371), mais ‘Wikipedia :

Chardon est un terme gĂ©nĂ©rique qui dĂ©signe de nombreuses espĂšces de plantes Ă©pineuses appartenant principalement Ă  la famille des Asteraceae…

CardoussĂ©s « chardon d’Espagne est un  genre mais appartient Ă  la mĂȘme famille.

Dans le FEW il y a d’autres attestations de cardousso, cardoussĂ© mais ils dĂ©signe la « carline » qui est un autre nom pour la cardabella

Cardoussés:

Scolymus_hispanicus cardoussesToutes sortes de conseils de jardinage de cette plante re-doucouverte dans le site OOreka

La plante qui contient de l’inuline est comestible : on peut consommer les jeunes pousses en salade et les racines cuites en ragout. En AlgĂ©rie, on consomme les pĂ©tioles (« tiges » de la feuille, ou plus exactement nervure principale) cuits dans le bouillon qui accompagne le couscous.

Cardousses_ en_ragoutcardoussës en ragoût (Wikipedia)

chafre ‘pierre Ă  aiguiser’

chafre ou acou « un carreau de dalle autrefois un Queux ‘pierre Ă  aiguiser’ (Sauvages). Ce sens donnĂ© par l’abbĂ© de Sauvages s’est conservĂ© dans le Gard au moins jusqu’au  XXe siĂšcle. D’aprĂšs le FEW tsafre  a Ă©tĂ© donnĂ© dans plusieurs villages du Gard Ă  Edmond pour l’Atlas linguistique de la France. Des attestations plus rĂ©centes, d’aprĂšs le Thesoc  tsafre « pierre Ă  aiguiser » Ă  St Genies de Magloire  et chqfre dans l’Aveyron et la LozĂšre1.

Pierre a aiguiser Lombarde_23_cm

Pierre Ă  aiguiser naturelle, elle est d’une couleur gris-bleue.

En ancien occitan le mot safre est attestĂ© avec le sens « sablon pour colorer le verre ». Dans les patois modernes safre dĂ©signe toutes sortes de pierres,  de sable , de terre, de limon. Voici quelques exemples du FEW XI, 212:Safre_exemplesFEWSuivez le lien vers le FEW pour voir les autres significations !

L’Ă©tymologie est le grec  ÏƒÎŹÏ€Ï†Î”ÎčÏÎżÏ‚ (sĂĄppheiros) et non pas le mot latin sappÄ«rus ou saphÄ«rus parce que en gĂ©nĂ©ral la syllabe qui contient l’accent tonique est conservĂ©e Ă  travers les siĂšcles. En grec l’accent tonique se trouve sur le -ÎŹ-, et sĂĄppheiros est devenu chafre,safre, mais en latin l’accent tonique tombe sur le -Ä«- , ce qui a donnĂ© saphir.

Manque de documents, on ne connaĂźt pas (encore) comment le mot grec  ÏƒÎŹÏ€Ï†Î”ÎčÏÎżÏ‚Â  devenu safre est arrivĂ© dans la rĂ©gion parisienne, mais il est sĂ»r qu’il est passĂ© par la rĂ©gion de Marseille avant de passer au domaine d’oĂŻl.

Il y a des saphirs  de couleur rose, jaune, violette et d’autres, mais la variĂ©tĂ© bleue est la plus connue. InspirĂ© probablement par sa couleur gris bleu on a donnĂ© le nom d’une pierre trĂšs dure Ă  la pierre Ă  aiguiser .

L’Ă©chelle de duretĂ© relative des minĂ©raux  et des pierres Ă©tablie par Friedrich  Mohs date de 1812.   Le saphir est un corindon qui a la duretĂ© 9 sur cette Ă©chelle,  ce qui veut dire que pour rayer un saphir il faut avoir un diamant,  la pierre la plus dure, duretĂ© 10 sur cette Ă©chelle2.

En ancien français existait le mot safrĂ© ou  et ancien occitan safrat « ornĂ© de pierres prĂ©cieuses, d’or etc. » On ne retrouve le mot safre qu’en moyen français en 1580 avec un sens trĂšs technique « oxyde de cobalt, qui mĂ©langĂ© avec du silex calcinĂ© sert Ă  fabriquer le verre bleu ou l’Ă©mail bleu », et plus tard safre  devient le nom du verre fabriquĂ© ainsi.

safre

Notes
  1. Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental publié dans les années 1980
  2. Allez-voir le site de l’Atelier la Trouvaille si vous voulez en savoir plus. Mes fils Robert et Christophe ont une large gamme de matĂ©riel pour les gĂ©ologue, les minĂ©ralogistes et les gemmologues. bandeau3

acucha ‘charger’

Acucha « charger (le foin) » vient probablement du gaulois *kĆ«kka que nous retrouvons dans les parlers du sud-est, en franco-provençal avec le sens « cime » et en provençal avec le sens « tas ». Certains parlers du Nord de l’Italie le connaissent Ă©galement. Voir FEW II, 1491

En ancien provençal est attestĂ© cucho « tas de paille », en provençal moderne au Queyras cucho « tas, tas de bois qu’on met dans le four ». Le verbe acuchar « entasser, amonceler » se trouve dans les parlers de l’Est du franc-comtois jusque dans le Var. A Die on dit acucha lo ben! en offrant du vin (Han Schook). Claudette Germi, Les mots de Gap Ă©crit « entasser; charger au maximum (un vĂ©hicule) ». Le verbe acucher est encore trĂšs vivant Ă  la campagne:

AcucherGap

Étymologie:*kukka (gaulois) « cime » FEW II, 1491

Article doublon!

Page 1 sur 2112345
1020
DerniĂšre page »