cat-right

Cobrifuòc

Le Cobrifuòc « couvre-feu » est très actuel dans le Magreb; spécialement en Egypte. L’étymologie est bien sûr le même que celui du français couvre-feu latin cooperire + focus. J’en parle parce que pour tenir mon anglais à niveau, je reçois régulièrement le New York Times (gratuit) qui signalait le curfew à Caïro. J’ai cliqué sur le mot et le NYT dictionnaire m’explique que curfew est notre « couvre-feu » et me donne en plus la prononciation anglaise! Dans ce dictionnaire il y a aussi l’extrait d’une encyclopédie qui note que curfew vient de l’ancien français. ou mieux de l’ancien anglo-normand.  En effet corfu y est attesté au XIIIe siècle .

Le sens du couvre-feu a bien changé depuis le Moyen Age. La plupart des maisons étant en bois, on ne craignait rien autant que le feu. A la tombée de la nuit le son d’une cloche de l’église indiquait qu’il était temps de recouvrir les feux d’un couvercle de fonte pour éviter tout risque d’incendie. Cette tradition subsiste dans quelques rares villes en France, notamment à Strasbourg et Pont-Audemer, où il est devenu le signe de la fermeture des magasins.

Le couvre-feu comme le connaissent actuellement les Egyptiens, a été inventé par l’armée allemande pendant le deuxième guerre mondiale.

Ce changement de sens a eu comme conséquence que dans l’armée moderne le couvre-feu est devenue l’extinction-feu.  Dans un site BRUITAGES ET SONS  DE MILITAIRE il y a  la musique du clairon « extinction feu », que vous pouvez écouter en cliquant ici! (MP3). Il y en a d’autres, comme « charge », « réveil » et « braillement sergent » et « clairon mort » , mais le bruitage « dictateur mort » n’existe pas.(lien)

 

Cagado

Cagado, cagada « maladresse, bévue ». « elle a fait une cagade« . (Georges Frêche à propos de Martine Aubry, Midi Libre 03.02.2010). Confondre un cheval de course avec un percheron est une véritable cagade (Poveda). La dernière application que j’ai rencontrée se trouvait dans la Gazette de Nîmes « tram-bus cagade« .

Etymologie: les Romains disaient cacare devenu cagar en occitan.

Cagado « bouse » < cacare + ata. (Thesoc). Le verbe et les dérives ont pris de très nombreuses significations, par exemple les cagafer sont les « scories du fer », un cagueto est un « peureux », un cagassounet « un petit enfant », un caganis « le dernier né » ( + nidus), un caga-sec « un avare », etc.

Mais le mot cagado est resté tout proche du sens primitif : »l’action de déféquer »; en provençal et en languedocien il a pris au figuré les  sens donnés ci-dessus.
Il faut espérer que Madame Aubry ne va pas riposter à Monsieur Frêche que « le diable l’a cagué en chemin », ce qui se dit chez nous d’une personne turbulante. ( « Qui se plaît dans le trouble, dans l’agitation et s’évertue à les susciter. )  

La définition de Cotgrave, bon connaisseur du languedocien (1611), est différente de celle de nos jours:

La cagade de Frêche était l’emploi du mot catholique avec le sens donné par le TLF:  » Conforme à la norme doctrinale, en particulier morale. Fredaine peu catholique; se procurer qqc. par des moyens plus ou moins catholiques . Il y avait, dans cette histoire, quelque chose de pas catholique…  En parlant du lait, du vin, « additionné d’eau ». ( par allusion à l‘eau du baptême).

Madame Aubry mettra-t-elle un peu d’eau dans son vin ou sera-t-elle le Caganer de Noël 2010?

Le caganer est un santon que l’on ne trouvait qu’en Catalogne, mais qui a conquis toute l’Espagne. Le Caganer 2009 était Sarkozy. Voir Wikipedia caganer pour tout savoir.

Page 5 sur 512345