cat-right

Cagado

Cagado, cagada « maladresse, bĂ©vue ». « elle a fait une cagade« . (Georges FrĂȘche Ă  propos de Martine Aubry, Midi Libre 03.02.2010). Confondre un cheval de course avec un percheron est une vĂ©ritable cagade (Poveda). La derniĂšre application que j’ai rencontrĂ©e se trouvait dans la Gazette de NĂźmes « tram-bus cagade« .

Etymologie: les Romains disaient cacare devenu cagar en occitan.

Cagado « bouse » < cacare + ata. (Thesoc). Le verbe et les dĂ©rives ont pris de trĂšs nombreuses significations, par exemple les cagafer sont les « scories du fer », un cagueto est un « peureux », un cagassounet « un petit enfant », un caganis « le dernier nĂ© » ( + nidus), un caga-sec « un avare », etc.

Mais le mot cagado est restĂ© tout proche du sens primitif : »l’action de dĂ©fĂ©quer »; en provençal et en languedocien il a pris au figurĂ© les  sens donnĂ©s ci-dessus.
Il faut espĂ©rer que Madame Aubry ne va pas riposter Ă  Monsieur FrĂȘche que « le diable l’a caguĂ© en chemin », ce qui se dit chez nous d’une personne turbulante. ( « Qui se plaĂźt dans le trouble, dans l’agitation et s’Ă©vertue Ă  les susciter. )  

La définition de Cotgrave, bon connaisseur du languedocien (1611), est différente de celle de nos jours:

La cagade de FrĂȘche Ă©tait l’emploi du mot catholique avec le sens donnĂ© par le TLF:  » Conforme Ă  la norme doctrinale, en particulier morale. Fredaine peu catholique; se procurer qqc. par des moyens plus ou moins catholiques . Il y avait, dans cette histoire, quelque chose de pas catholique…  En parlant du lait, du vin, « additionnĂ© d’eau ». ( par allusion Ă  l‘eau du baptĂȘme).

Madame Aubry mettra-t-elle un peu d’eau dans son vin ou sera-t-elle le Caganer de NoĂ«l 2010?

Le caganer est un santon que l’on ne trouvait qu’en Catalogne, mais qui a conquis toute l’Espagne. Le Caganer 2009 Ă©tait Sarkozy. Voir Wikipedia caganer pour tout savoir.

Cagnard

Cagnar(d). Dans notre rĂ©gion oĂč le soleil peut taper fort , nous trouvons une grande famille de mots…voir l’article cagnard

Cagno

Cagno de *cania  a abouti à 6 groupes de sens en occitan. Voir cagnard

Cagouilles charentaises

Cagouilles charentaises. Cagolha en occitan. D’aprĂšs le Thesoc cagolha  « escargot » est le type courant dans les dĂ©partements de la Charente, Dordogne, Gironde et Hte-Vienne. Pour le TLF la cagouille  n’a rien de gastronomique et dĂ©signe :

MAR.,vx. ,,Volute qui sert d’ornement au haut de l’Ă©peron d’un vaisseau.«  (Ac.1835).
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixe s. ainsi que ds Lar. 20e et Quillet 1965.

cagouille escargot       cagouille volute

Le Grand Larousse du XIXe siÚcle définit:

CAGOUILLE s. f. (ka-gou-lle; ZZmll. -mot angevin qui.signif. limaçon). Anc. mar. » Volute du revers de l’Ă©peron d’un bĂątiment.
Entom. Nom vulgaire d’un petit ver luisant des Antilles, que les femmes de ce pays mettent comme ornement dans leurs cheveux.

Nous constatons un retard des dictionnaires sur l’Ă©volution de la langue. En cherchant des images pour cagouille,  j’en trouve des dizaines, toujours des escargots, jamais des « Volutes du revers de l’Ă©peron d’un bĂątiment ». Le mot occitan cagouille   avec son sens d’origine a reconquis le terrain qu’il avait perdu aux siĂšcles prĂ©cĂ©dents. Cagouille  a mĂȘme traversĂ© l’ocĂ©an. La parution du livre  “La Cuisine de la RĂ©publique: Cuisinez Avec vos DĂ©putĂ©s!”  a inspirĂ© le  NYTimes  Dans son  compte-rendu j’ai relevĂ© la recette  des

cagouilles charentaises from the southwest (petits gris snails, parsley, garlic and wine), a garlic-and-cream-filled gratin dauphinois.

Vous constatez avec moi que la langue française est restĂ©e dominante dans le domaine de la gastronomie. Les lecteurs du NYTimes sont supposĂ©s savoir ce que sont les « petits gris » et le « gratin dauphinois »!

Le TLF donne l’Ă©tymologie suivante:

TLF : Étymologie et Hist. 1. 1611 cagouille « escargot » (Cotgr.); d’oĂč 2. 1687 p. mĂ©taph. « volute au haut de l’Ă©peron des navires » (Desroches, Dict. des termes propres de marine, p. 87. d’apr. R. Arveiller ds Fr. mod., t. 25, p. 307). Mot attestĂ© au sens 1 dans les dial. du Centre (Aunis, Saintonge, Poitou, etc.) aussi en Gascogne et PĂ©rigord, de mĂȘme orig. que l’a. prov. cogolha « escargot » (Comptes de l’Arch. de Bordeaux du 13eet 14es. ds Du Cange t. 8, p. 445b; v. aussi A. Thomas, MĂ©l. d’Ă©tymol. fr., Paris, 1902, pp. 40-41), c’est-Ă -dire issu de *conchȳlia (neutre plur. pris comme fĂ©m. sing. du lat. class. conchylium « coquille »), Ă  travers un *cocŭlia nĂ© − soit d’un croisement avec coccum (coque*) qui expliquerait la perte du son nasal, et avec cuscōlium « kermĂšs » (pour la longueur du o, v. Cor., s.v. coscojo; v. FEW t. 2, p. 1006 et coquille), − soit d’un croisement avec cochlea (EWFS2).

 

 

 

cairades, keiradés 'pois carrés, gesse'...

Cairades, keiradĂ©s « pois carrĂ©s bon pour engraisser les pigeons et les volailles  » (S1 de 1756), le mĂȘme mot se trouve dans Lacombe, Dictionnaire du vieux langage français de 1767; « gaisso » ou « gesse » en français, le nom botanique de la plante  est lathyrus sativus. En suivant le lien vers le site Plantnet, vous trouverez tous les noms dialectaux mentionnĂ©s par E.Rolland dans sa  Flore populaire.

L’Ă©tymologie de cairades  le latin quadratus « carrĂ© ».

              

Un e-mail d’un visiteur  est Ă  l’origine de cet article. Il m’a Ă©crit:
Je suis entrain de faire un topo sur la « gaisso » ou « gesse » en français. On la cultivait en montagne comme le Pois-chiche. J’ai trouvĂ© sur WIKI… le nom de cette plante (lathyrus sativus) en espagnol :  ‘Almorte‘ ,OK.  Mais ‘Khesari  Dhal‘ sent plus l’arabe que l’espagnol, encore que nos voisins d’outre MĂ©diterranĂ©e ont dĂ» laisser pas mal de traces en Espagne !…
Qu’en dis-tu?  …et si par hasard tu trouvais le nom en catalan Ce serait bien.  J’ai un dictionnaire  catalan, mais tout en catalan. Je peux donc y trouver toutes dĂ©finitions , ce qui me permet de trouver le sens d’un mot catalan sur lequel je doute, mais je ne peux pas y trouver l’Ă©quivalent d’un terme français….

Si la curiositĂ© te pousse, J’ai cherché  « lathyrisme » dans Wikipedia1 containing the toxin ODAP. The lathyrism resulting from the ingestion of Lathyrus odoratus seeds (sweet peas) is often referred to as odoratism or osteolathyrism, which is caused by a different toxin (beta-aminopropionitrile) that affects the linking of collagen, a protein of connective tissues.]

Et nous avons Ă  la maison de la ‘gaisso‘ en grains et en farine (on va essayer d’en faire de la ‘panisse’); si vous voulez expĂ©rimenter…

Tout en cherchant je suis tombĂ© sur un site ousquyana un qui n’a pas l’air d’un ‘couillon’ et qui fait des recherches Ă©tymologiques sur les vocabulaires occitans au sens large du terme cela pourrait t’intĂ©resser si tu ne connais pas dĂ©jĂ  : http://www.etymologie-occitane.fr

Ne perds pas trop de temps Ă  chercher en catalan, ce n’est pas vital ! Merci pour ton avis et la bise Ă  tous !

 

J’ai pu lui rĂ©pondre:

Bonsoir,

La gesse en catalan est la guixa  (avec d’autres synonymes en espagnol ici  c’est le Diccionari de la Llengua Catalana, ab la correspondencia castellana .New ed. Published 1900 by Salvat in Barcelona . Written in Spanish. (Internetarchiv).

Je prĂ©fĂšre Ă©viter des maladies neurologiques; il faudra essayer ta panisse d’abord avec des Marseillais.
Robert Geuljans

6 mois aprĂšs; je lui ai demandĂ© des nouvelles sur ses recherches. Ma demande est restĂ©e sans rĂ©ponse. Un article en espagnol concernant intitulé  la almorta , « el veneno del hambre »Â Â  dejarĂĄ de estar prohibida.

Les effets du lathyrisme

Plus tard je tombe tout Ă  fait par hasard sur keiradĂ©s « pois carrĂ©s,  espĂšce de gesse bon pour engraisser les pigeons et les volailles  » dans le Dictionnaire de l’abbĂ© de Sauvages (S1) et un  Article  dans business Standard journal Inde :.

Khesari dal (grass pea) – a valuable pulse that earned disrepute because of its toxin content and has been barred from being marketed can now hope to be rehabilitated thanks to some well-conceived technological and promotional interventions. Farmers, in any case, have not stopped growing it and using it as food as well as livestock feed. This is chiefly because it survives and yields grains even when other crops succumb to drought or flood. Besides, it grows practically without any input other than the seeds.

The indefinite ban on khesari was imposed over four decades ago when its consumption was linked with incidences of lathyrism (lower limbs debility). The culprit was the neurotoxin, beta-ODAP, present in grass pea grains. Traditional, grass pea varieties had between 0.5 to 2.5 per cent toxins, against the less than 0.1 per cent deemed safe for human consumption. Excessive consumption of grass pea was also to be blamed for this menace, particularly when other pulses were not available due to crop failure.

________________________________________________

 

Notes
  1. Le lathyrisme est une maladie provoquĂ©e par la consommation de pois du genre Lathyrus (auquel appartient le pois de senteur), notamment l’espĂšce Lathyrus sativus (gesse commune ou pois carrĂ©, Grass pea en anglais, Khesari Dhal ou Almorta en espagnol) et dans un degrĂ© moindre les espĂšces Lathyrus cicera, Lathyrus ochrus et Lathyrus clymenum

    Il s’agit d’une maladie neurologique que l’on peut rencontrer chez l’homme comme chez les animaux« 
    Wikipedia anglais Lathyrism or Neurolathyrism is a neurological disease of humans and domestic animals, caused by eating certain legumes of the genus Lathyrus. This problem is mainly associated with Lathyrus sativus (also known as Grass pea, Kesari Dhal, Khesari Dhal or Almorta) and to a lesser degree with Lathyrus cicera, Lathyrus ochrus and Lathyrus clymenum[1

Cairado ‘cendre de la lessive’

Cairado « cendres pour la lessive ». L’Ă©tymologie est le grec  ÎșÎ±ÎžÎ±ÏÎżÏ‚Â  (katharos,) « pur » + le suffixe -ata. Le mot et la chose se sont rĂ©pandus dans toute la Gaule Ă  partir des colonies grecques dans le Midi. La premiĂšre attestation en français carrĂ©e « cendre de lessive »Â  a encore la forme occitane. Le TLF Ă©crit dans l’article charrĂ©e:

L’usage des cendres dans l’eau de lavage du linge  « Ă©taitconnu des Grecs et des Romains.  Cet usage et le mot, ont pu se rĂ©pandre Ă  partir des colonies grecques du Sud de la Gaule (FEW t. 2, p. 506a) » . Les peuples nordiques utilisaient le savon.  Savon  est un mot d’origine germanique *saipĂŽn  , voir FEW XVII, 3-

 

cendres de lessive     

 

Mistral nous fournit l’article ci-dessus.  Le mot est presque oubliĂ©:  ciariĂšr  (formĂ© avec le suffixe -ariu) dans les Hautes-PyrĂ©nĂ©es (Thesoc) est le seul endroit oĂč il est conservĂ©, mais la mĂ©thode a pris  une nouvelle vie!

Katharos, ÎșÎ±ÎžÎ±ÏÎżÏ‚ « pur » est aussi Ă  l’origine de cathare « Membre de diffĂ©rentes sectes religieuses hĂ©rĂ©tiques se disant composĂ©es de « purs » refusant le monde en tant que crĂ©Ă© par le principe du Mal. »

Voir FEW II,506a

Cala(r)

Calå(r) « descendre, abaisser » cf. calada et  calanca

Calabre

Calabre, « mĂ©lange de moĂ»t de raisin et d’alcool » (Mistral). Du nom de la rĂ©gion italienne Calabria. Voir cartagĂšne

Calada, calade

Calada, « une rue Ă  galets en pente », qui peut aboutir Ă  la Place de la Calade . A Avignon se trouve  la rue Petite Calade  et Ă  St.Laurent de Carnols (Gard) La Calade  descendait  vers le cimetiĂšre au sud  et le quartier de la CarriĂ©rasse. En français rĂ©gional une calade dĂ©signe toute « rue pavĂ©e de galets du RhĂŽne ».  L’origine est peut-ĂȘtre du latin callis+ata « chemin trĂšs Ă©troit pour piĂ©tons » . Le type calada est limitĂ© au provençal et languedocien et a Ă©tĂ© prĂȘtĂ© au Lyonnais oĂč il dĂ©signe « le parvis d’une Ă©glise ».


Une autre possibilité est que calade   est un dérivé du verbe latin calare « descendre » ou « cesser en parlant du vent »
(FEW II/159b ).  Le fait que les dictionnaires indiquent qu’il s’agit d’une « rue  en pente », nous le  suggĂšre.  Le  verbe occitan calar, calĂĄ « descendre, abaisser,  cesser en parlant du vent » vient  du latin  calare ( empruntĂ© au grec chalan, FEW II/159b ) qui a donnĂ© de nombreux sens en occitan, comme en aoc. « tendre un filet », occitan. cala « s’arrĂȘter pour jeter le filet ; s’établir en bon lieu » ; encalå  « faire Ă©chouer (un navire) » et en  français  calade « terrain en pente sur lequel on fait descendre un cheval au petit galop », empruntĂ© Ă  l’occitan.
Il est possible que  trescalan, trascalan «millepertuis»,  fasse aussi partie de cette famille, parce que le  trascalan   diminue l’anxiĂ©tĂ© . (Vous trouverez quelques renseignements Ă  trascalan).
Occitan  calar, (se)calĂĄ « (se) taire »  qu’on retrouve en cat., esp. callar  et  port. calar,  s’explique Ă  partir du sens « diminuer » comme en it. calare « devenir plus doux en parlant de la voix ». C’est l’Ă©tymologie que je prĂ©fĂšre.

Plusieurs lexiques donnent comme premier sens de calade « galet du RhĂŽne », et tout simplement  « pierre » dans la moyenne vallĂ©e de l’HĂ©rault (Lhubac). Si « galet du RhĂŽne » est le sens originel, nous avons une troisiĂšme possibilitĂ©, Ă  savoir  que calade provient d’une racine gauloise *cal- « pierre », dont une variante caljo-  est l’étymon du fr. caillou.

une calade  à Tavel

D’aprĂšs le TLF  calade  est rentrĂ©e dans la langue française et il suit le FEW en donnat comme ‘Ă©tymologie   callis.

Voir aussi la page  A la cale dans une calanque.

calandreto

calandreto      « alouette Ă  doigts courts »Â  et  calandreta « Ă©cole bilingue franco-occitane 1 « . Etymologie: diminutif du latin calandra empruntĂ© au grec Îș α ́ λ α Îœ ÎŽ ρ Îż ς « alouette » . FEW II, 56 .  Mistral  donne trois diminutifs diffĂ©rents, sans les localiser.

. calandrello, calandreto Mistral       calandreto

Avec ce lien vous pouvez Ă©couter le chant de l’ alauda brachydactyla , enregistrĂ© en Kazakhstan.  Dans le site il y a d’autres enregistrements. Plus sur les noms de l’oiseau.

Calandreto est le diminutif de calandro « Alouette mĂ©diterranĂ©enne Ă  gros bec jaune, Ă  calotte rousse et sourcil beige«  (Burn. 1970) » CNRTL.

Calandra dans Raynouard

Calandra dans Raynouard

Les poésies de Peire Raimon de Tolosa (1180-1220)  ont été publiés et traduits par J.Anglade dans les Annales du Midi 1919-1920 et sont  téléchargeables ici. en PDF  ou avec le projet Gutenberg  en différents formats, html, epub,  avec des commentaires, etc.

PeireRamonde Toolosa

Le mot français calandre  a Ă©tĂ© empruntĂ© Ă  l’ancien provençal. En français calandre appartient Ă  la langue poĂ©tique; c’est ce qui explique que ce nom a Ă©tĂ© empruntĂ© par l’allemand Kalenderlerche  et le nĂ©erlandais Kalanderleeuwerik.

Notes
  1. Vous pouvez Ă©couter les petits de Gaillac chanter ici.
Page 2 sur 1412345
10
DerniĂšre page »