cat-right

Clavelada "raie bouclée; potasse"

Clavelado « raia clavata » ou « raie bouclée » est l’espèce la plus importante de cette famille pour la pêche.  Etymologie :  clavelada  est dérivé de clavellus  « petit clou ». Une image explique le nom occitan et latin. Clavada  est attestée en provençal et languedocien, depuis 1373.

clavada

Il y a aussi le cendra clavelada.  « potasse d’une qualité supérieure tirée de la lie de vin séchée et calcinée à l’usage des teinturiers ». L’étymologie est la même, mais je n’ai pas trouvé d’images. L’attestation en ancien occitan senres claveladas , Albi 1200, précède celle de l’ancien français. 1280.

En feuilletant le Cartulaire de Mirepoix,p.233,  je vois qu’en 1343 à Mirepoix la cendre clavelée est lourdement  taxée:  2 deniers par quintal pour le vendeur, l’acheteur et le transporteur.  Cendres clavelées?  des cendres avec des clous?

Le TLF traduit « cendres gravelées »  comme  des « cendre faite de lie de vin ».  Gravelée  a remplacé un plus ancien clavelée  dérivé de clavel  « clou,  pointe »,  la surface semblant garnie de pointes, et me renvoie vers sa source,  le FEW t. 2, p. 758a et 759, note 3.

 

gravelée ou gravelle

Ce qui suit devrait intéresser les archéologues-chimistes.  Par contre si c’est l’histoire de la médecine qui vous intéresse, il faut suivre le lien vers  Bertrand de Gordon (Wiki)  et son  Lilium Medicinae (Gallica) qui utilise la cendre de claveleure.

L’Encyclopédie de Diderot me renseigne:

CENDRES GRAVELEES, (Chimie) elles se font avec de la lie de vin : voici suivant M. Lemery la façon dont on s’y prend. Les Vinaigriers séparent par expression la partie la plus liquide de la lie de vin, dont ils se servent pour faire le vinaigre ; du marc qui leur reste, ils forment des pains ou gâteaux qu’ils font sécher, cette lie ainsi séchée se nomme gravelle ou gravelée : ils la brûlent ou calcinent à feu découvert dans des creux qu’ils font en terre, & pour lors on lui donne le nom de cendres gravelées. Pour qu’elles soient bonnes, elles doivent être d’un blanc verdâtre, en morceaux, avoir été nouvellement faites, & être d’un goût fort acre & fort caustique. L’on s’en sert dans les teintures pour préparer les laines ou les étoffes à recevoir la couleur qu’on veut leur donner. Voyez TEINTURE. On les employe aussi à cause de leur causticité dans la composition de la pierre à cautere, qui se fait avec une partie de chaux vive, & deux parties de cendres gravelées. Voyez CAUTERE.

cendres gravelées

Potasse calcinée

Dans le Nord où le bois est fort abondant on en brûle exprès ainsi que beaucoup déplantes pour retirer de leurs cendres un alkali assez fort mais très impur que l on nomme Potasse Voyez ce mot Cet alkali est toujours très phlogistiqué & contient beaucoup des matières salines étrangères dont on a parlé On emploie la potasse aux usages dont nous venons de parler les Teinturiers s en servent aussi dans quelques unes de leurs opérations On peut purifier le sel de la potasse par les moyens dont on vient de parler & en faire un assez bon alkali Le marc & la lie de vin desséchée que l on nomme gravelle étant brûlés laissent une cendre très riche en sel alkali que l on appelle cendre gravelée Cet alkali est non seulement fort abondant mais encore lorsque les matières qui le fournissent font brûlées proprement & avec attention il est le plus pur de tous ceux qui font dans le commerce s il contient du fer c est en quantité insensible & il est naturellement exempt du mélange des sels étrangers Aussi les teinturiers & autres manufacturiers dont les opérations exigent un alkali pur préfèrent la cendre gravelée aux autres cendres alkalines (Source)

 

 

Cleda

Cleda, cledo « bâtiment pour sécher les châtaignes; claie pour battre la laine; ratelier pour le bétail; herse » du latin cleta .

       Une cledo transformé en gîte

une claie dans la Meuse, c’est pas pareil!

Il n’y a pas d’attestations très anciennes en latin du mot *cleta  la forme qu’on suppose être à l’origine du languedocien cledo et du français claie*cleta  est très probablement d’origine gauloise, la langue des Celtes sur le continent.  Nous trouvons des représentants de *cleta dans tous les patois français,  en catalan, portugais, basque et piémontais. A voir la nouvelle notice dans le TLF-Etym.

La notion « claie » se spécifie selon les besoins des utilisateurs :  près de Namur en Belgique  cloïe  signifie « appareil suspendu au plafond pour faire sécher les sabots », dans la Meuse c’est un « filet »,   un peu partout c’est « une barrière ou une clôture dans les champs  en treillage», dans l’Aveyron clédo  « claie à battre la laine » et dans le département du Lot et Garonne clède  « plusieurs morceaux de bois ajustés qu’on met de chaque côté de la charrette pour transporter de la paille ou du foin ».  A Béziers où il n’y a  pas de châtaignes,  cledo est le « râtelier  pour le bétail » en provençal cledo  désigne aussi la « herse », dans la Creuse et la Corrèze la « cage à fromage » (Thesoc).
Comme dérivés de cledo nous trouvons entre autres en  languedocien cledado « récolte de châtaignes » et à Aix-en-Provence cledá « fermeture ».

Important! Aucune des significations que je viens de donner n’est présente dans le TLF! Notamment le sens « une barrière ou une clôture dans les champs  en treillage». L’expression « prendre la clé des champs » devient compréhensible quand on l’écrit « prendre la claie des champs ». Je vous rappelle qu’un peu partout c’est « une barrière ou une clôture dans les champs  en treillage»!  La francisation des noms a donné de curieux résultats.

Cloca, cloucho

Cloca, cloucho « poule couveuse » (S). En me promenant sur le net, je trouve dans un lexique gascon cloca prononcez [klouk] exactement le même mot qu’en néerlandais, écrit kloek! Le latin avait le verbe glocire « glousser » prononcé [glokire], conservé en ancien occitan clocir, languedocien cloussir, glussi (Valleraugue) et en français avec changement de conjugaison glousser. Quoi de plus logique que d’appeler la poule qui glousse la glousse ou la clousse, mot en effet attesté dans de nombreux patois, dont le languedocien cloucho.

L’évolution phonétique du deuxième -c- > -ch- a éloigné la forme du mot du son du gloussement de la poule. Dans beaucoup de parlers on a rétabli le caractère onomatopéique du mot en créant le type clocare > cloquer et la poule devient donc la cloca. La répartition géographique des deux types, clocha et cloca, est très irrégulière et ils co-existent en languedocien.

Dérivé : clouchado  » couvée « .
Nous trouvons des onomatopées identiques dans d’autres langues : allemand Klucke, danois klukke, anglais cluck, catalan lloca, breton kloc’ha, etc. Pourtant dans le concert des peuples ce n’est pas toujours le cas : Quand un coq chante, les Français entendent cocorico, les Espagnols quiquiriqui, les Anglais cockadoodledoo, les Néerlandais « kukeleku« ! Ecoutez le coq pour voir.
Si vous voulez entendre une couveuse glousser cliquez sur ce lien! et choississez « poule-hen 3″.
Au XVIe siècle, donc bien avant la naissance de Cloclo, a existé le verbe clocloquer « glousser » qui pourrait revivre mais avec un autre sens.Cloca, cloucho « poule couveuse » (S). En me promenant sur le net, je trouve dans un lexique gascon cloca prononcez [klouk] exactement le même mot qu’en néerlandais, écrit kloek! Le latin avait le verbe glocire « glousser », conservé en ancien occitan clocir, languedocien cloussir, glussi (Valleraugue) et en français avec changement de conjugaison glousser. Quoi de plus logique que d’appeler la poule qui glousse la glousse ou la clousse, mot en effet attesté dans de nombreux patois, dont le languedocien cloucho.
L’évolution phonétique du deuxième -c- > -ch- a éloigné la forme du mot du son du gloussement de la poule. Dans beaucoup de parlers on a rétabli le caractère onomatopéique du mot en créant le type clocare > cloquer et la poule devient donc la cloca. La répartition géographique des deux types, clocha et cloca, est très irrégulière et ils co-existent en languedocien. Dérivé : clouchado  » couvée « .
Nous trouvons des onomatopées identiques dans d’autres langues : allemand Klucke, danois klukke, anglais cluck, catalan lloca, breton kloc’ha, etc. Pourtant dans le concert des peuples ce n’est pas toujours le cas : Quand un coq chante, les Français entendent cocorico, les Espagnols quiquiriqui, les Anglais cockadoodledoo, les Néerlandais « kukeleku« ! Ecoutez le coq.pour voir.
Si vous voulez entendre une couveuse glousser cliquez sur ce lien! et choississez « poule-hen 3″.
Au XVIe siècle, donc bien avant la naissance de Cloclo, a existé le verbe clocloquer « glousser » qui pourrait revivre mais avec un autre sens.

L’abbé de Sauvages ajoute à clouchado que c’est Réaumur qui a inventé l’incubation artificielle, assertion confirmée par Wikipedia : Art de faire éclore et d’élever en toute saison des Oiseaux Domestiques de toutes espèces, soit par le moyen de la chaleur du fumier, soit par le moyen de celle du feu ordinaire (2 volumes, 1749 ; 1751).

C’est le premier traité d’aviculture. Il se compose de 10 mémoires décrivant les différentes étapes de cette technique. Présentée à l’Académie des sciences en 1747, cette méthode d’incubation artificielle, inspirée des techniques antiques égyptiennes, permit une amélioration considérable de l’élevage avicole en France, et fut utilisée fidèlement pendant plus de deux siècles.

Réaumur 1683-1757

(Tapez « Bréméens » sous Google et suivez le lien; vous serez amené 20 siècles en arrière!).

Clot. Planter une vigne avec le ‘clot’

« On plante au plantoir (plantadouira) ou à la fourchette ou au clot à l’intersection des lignes tracées par le rayonneur (enregaïre).  Le «clot» est une tige de fer, un rondin de 12 mm pointu à un bout que l’on plante à l’intersection du rayonnage et avec la « trinca-fòrta« [trinqua-forta] on creuse à côté une tranchée avec sur le côté, en repère, la cheville. Ensuite, on place le plant raciné que l’on met à la place du « clot » et on rebouche le trou. »

Raymond Jourdan de Montagnac.  Tous ces dessins viennent de sa description de la Culture de la vigne en Languedoc.  Un travail inestimable sur le travail de la vigne, à partir d’un harmas jusqu’à l’arrachage pendant le période entre les deux guerres.

Plantadouilho_Jourdan    trinqua_fortaJourdan  enregou_Jourdan  enregajealaprovençala

Enregaje_alcarrament

Etymologie : dans plusieurs parlers occitans est attesté le substantif  clota « creux dans la terre; fossette » et le verbe cloutà « faire des trous pour planter la vigne », dans le Gers ce verbe est défini comme « faire des clots » ! Je pense qu’à Montagnac  l’instrument pour faire des trous pour planter la vigne à pris le nom du résultat.   Un changement sémantique qui n’est pas rare.

L’origine est d’après le FEW un gaulois mais on n’a pas encore trouvé des mots celtes qui soutiennent  cette hypothèse. Elle est basée sur la répartition géographique.  Pour beaucoup plus d’info cliquer ici=FEW II, 796-798.

Clueg

Clueg « glui, chaume, botte de paille », dérivés clujada « toit en chaume », clujar « couvrir de chaume ». Dans le Compoix de Valleraugue (1625) clugin est toujours attaché au mot maison : . Dans le Compoix de Saint-Just (Aveyron), 1536 : l’ostal de Anthoni Calmes, clujat una partida de palha

L’origine doit être un*clodiu- « paille de seigle ». Le mot se trouve uniquement en galloroman et sous deux formes : dans le nord c’est glodiu- et dans le Midi clodiu-. En ancien français glui, en ancien occitan cloch, clueg. L’abbé de Sauvages donne deux formes : clé  « une botte de glui » et glijhou « chaume pour le toit ».
Comme le mot ne se retrouve dans aucune langue celtique, il faut supposer qu’il est hérité d’un peuple qui habitait en Gaule avant les Celtes. 1
Le verbe se trouve dans deux formes : clujar « couvrir de chaume » mais plus rarement avec une terminaison en -ir. La forme du Compoix de Valleraugue clugin est intéressante parce que le scribe a ajouté un -n final. Or les patois autour du Mont Aigoual se caractérisent entre autres par la chute de tous les -n à la fin des mots, matin > mati. Cette graphie serait donc hypercorrecte: -i au lieu de -at et en plus un -n au lieu de rien. Ce genre de « fautes » permet souvent de dater les évolutions phonétiques.

clujada

__________________________

Notes
  1. Un visiteur breton me signale pourtant : En Basse-Bretagne, dans les actes notariaux du 18e siècle (en français), le chaume servant à couvrir les toits est souvant appelé « gled; gledz« . Ce mot semble apparenté aux mots de la série clueg/clujat;clodiu. Il faudra faire des recherches approfondies pour savoir s’il s’agit d’un emprunt aux parlers galloromans ou d’un mot celtique.

Cluga(r), cluca(r)

Cluga(r), cluca(r) « fermer les yeux » vient d’une forme du latin parlé *cludicare dérivé du verbe claudere « fermer ». Nous le trouvons uniquement en occitan et en catalan clucar et cluc « les yeux fermés ». Voir aussi plegar.

Ma conseillère pour le catalan ajoute : clucar [son OU] : « clignoter, ciller; s’ assoupir en clignant des yeux et…dans ma jeunesse quand on disait a clucat  de quelqu’un,   cela signifiait que la personne s’ était éteinte, était morte ! »

Clugar

Clucar, clugar, clogar  « fermer (les yeux) » est surtout attesté    dans le Sud-ouest (Thesoc). Clucar vient du verbe *cludicare « fermer », (dérivé de claudere « fermer »).

Ma conseillère pour le catalan ajoute : clucar [prononcez clOUcar] : « clignoter, ciller; s’ assoupir en clignant des yeux et…même dans ma jeunesse quand on disait  » a clucat » cela voulait que la personne s’ était éteinte, était  morte !! « 

co, faire la co

Faire la co « se jouer de quelqu’un, le tromper » d’après Mistral.  Co  vient du latin coda  « queue ».  Mistral donne toute une série de formes sauf celle promue par la graphie occitane dite classique coa, qui ne correspond qu’à la prononciation de quelques villages, voir Thesoc s.v. queue.

Je n’ai trouvé nulle part la traduction en occitan de l’expression « faire la queue », cela ne peut être faire la co….  Je suppose que les habitants du Midi ne font pas la queue. Ils ont trouvé une autre solution, comme les Antillais:

faire la queue

 

Cobrifuòc

Le Cobrifuòc « couvre-feu » est très actuel dans le Magreb; spécialement en Egypte. L’étymologie est bien sûr le même que celui du français couvre-feu latin cooperire + focus. J’en parle parce que pour tenir mon anglais à niveau, je reçois régulièrement le New York Times (gratuit) qui signalait le curfew à Caïro. J’ai cliqué sur le mot et le NYT dictionnaire m’explique que curfew est notre « couvre-feu » et me donne en plus la prononciation anglaise! Dans ce dictionnaire il y a aussi l’extrait d’une encyclopédie qui note que curfew vient de l’ancien français. ou mieux de l’ancien anglo-normand.  En effet corfu y est attesté au XIIIe siècle .

Le sens du couvre-feu a bien changé depuis le Moyen Age. La plupart des maisons étant en bois, on ne craignait rien autant que le feu. A la tombée de la nuit le son d’une cloche de l’église indiquait qu’il était temps de recouvrir les feux d’un couvercle de fonte pour éviter tout risque d’incendie. Cette tradition subsiste dans quelques rares villes en France, notamment à Strasbourg et Pont-Audemer, où il est devenu le signe de la fermeture des magasins.

Le couvre-feu comme le connaissent actuellement les Egyptiens, a été inventé par l’armée allemande pendant le deuxième guerre mondiale.

Ce changement de sens a eu comme conséquence que dans l’armée moderne le couvre-feu est devenue l’extinction-feu.  Dans un site BRUITAGES ET SONS  DE MILITAIRE il y a  la musique du clairon « extinction feu », que vous pouvez écouter en cliquant ici! (MP3). Il y en a d’autres, comme « charge », « réveil » et « braillement sergent » et « clairon mort » , mais le bruitage « dictateur mort » n’existe pas.(lien)

 

Cocagne

Cocagne Cocaigne,« boulette de pastel » voir pastel.