cat-right

caramot « crabe, écrevisse ou crevette&...

Caramot « genre de petit crabe grise » est un dérivé  du latin càmmărus « écreviss de rivière « , un mot que les Romains ont emprunté aux Grecs : κάμμαρος (kammaros), conservé en provençal tchambre, languedocien chambre « écrevisse ».

Voici les formes réunies dans l’article cammarus du FEW II,144

extrait du FEW

extrait du FEW

J’ai entendu ce mot caramot  (toutes les lettres prononcées),  avec le sens précis mentionné  cet après-midi à la fin d’un repas à Manduel.

Caramote se trouvbe aussi dans l’edition de 1673 du dictionnaire Français>Anglais de Cotgrave, excellent connaisseur du languedocien :

caramoteCotgrave1673mais il écrit que c’est « la plus grande espèce de crevette » et une autre signification à Marseille que je n’arrive pas à déchiffrer.

La définition la plus précise que j’ai trouvée vient de « Histoire naturelle, générale et particulière des crustacés et des insectes, Volume 5.de Pierre André Latreille de l’imprimerie de F. Dufart, 1801:

caramot palemonPalemon squille ou porte scie, dont j’ai trouivé une gravure:
caramot Palemon_porte-sciequi n‘est pas un crabe.
Cambaró « douleur vive au poignet » »  reste à  expliquer  Quelsue chose comme « fourmillement » est dérivé de  fourmi

Les formes avec un -b- se trouvent déjà en latin gambarus.

 


gandolo ‘rigole de la rue’

Gandolo, Gandole  en français régional « rigole de la rue ». Oui nous avons des gandoles à Manduel.

Une gandole  centre ville de Manduel

Une gandole centre ville de Manduel

Le mot est probablement d’origine grecque κονδυ (kóndy) « vase à boire ».  Tout le monde sait que les Grecs ont fondé la ville de Marseille, mais on oublie qu’ils ne se sont pas arrêtés là. La preuve ci-dessus, leur gondo’s devenus gondoles , gandoles existent toujours.

Un kondy « vase à boire »:

kondy

Michel Fournier m’a parlé de ce nom des rigoles de la rue :

…en effet je t’avais parlé du mot « gandole« , mais il y a longtemps. Il y a encore plus longtemps que ça, ma mère me racontais qu’une grand-mère envoyant sa petite fille faire des courses à l’épicerie lui avait fait cette recommandation en français (il ne fallait pas parler patois aux enfants qui allaient à l’école): « Fais bien entention en virant le canton de pas mettre ton pied dans la gandole ».

Si vous voulez en savoir plus, voyez mon article gondole « rigole ».

 

Grimaudes et Grimaldi

La déchetterie de Manduel, Bouillargues  et Rodilhan est en pleine transformation, mais son nom  Grimaudes ou  Les Grimaudes reste : grimaudes

Qu’est-ce que ce nom peut-il signifier? D’après les dictionnaires français un grimaud est une « homme renfrogné, déplaisant, maussade », mais le mot est hors d’usage d’après le Larousse de 1930. Il vit quand même dans les parlers régionaux. En béarnais par exemple  un grimaud est un « farceur ».

En français du XVIe siècle grimaud  est aussi un surnom des protestants et au XVIIe cela devient »diable; Satan » ; en languedocien grimaou, grimaoudo est ‘sorcier », et à Alès un « esprit fantastique ». D’autres significations dans le FEW XVI, p.64

Grimaudes fait  partie des mots qui viennent d’une racine germanique *grima- ‘masque »; comme on fait aussi des masques en dessinant ou en salissant le visage (Halloween,, ha ha) grimer a peis le sens « peindre sur le visage », grimace « contorsion deu visage ».

grimaceLes langues germaniques ont déjà créé des noms de personnes, comme en ancien franque Grimwald qui a donné en ancien français Grimaud; en le lombard Grimoald qui a donné en italien Grimaldi. Là nous sommes en terrain connu.

Les Grimaldi  et c'est pas Halloween.

Les Grimaldi et c’est pas Halloween.

Marc Kreydenweiss a appelé une de ses cuvées «  Grimaudes rouge« . Dans la revue du vin c’est devenu le Domaine des Grimaudes.

FEW XVI,p.64

Pepsi- et repapiar, ‘radoter’

Dans la rubrique Lenga d’Oc de Joanda publiée dans la Gazette de Nîmes du 27/9/2018, l’auteur fait un lien entre repapiar « radoter » et le mot pépi « sot, radoteur ».  Pour en savoir plus j’ai consulté le FEW bien sûr. Fastoche vous me direz. Voici le résultat dans l’article pappare du volume 7, pp.585-586

repapia 1repapia 2

Vous voyez d’abord que repapiar « radoter » est bien un mot occitan ( = provençal, languedocien et gascon) et ensuite que les formes avec -papi- se trouvent plutôt dans l’ouest languedocien et les formes avec -pépi-  dans l’ est.

L’étymologie est une racine pappare « manger » rarement attesté parce qu’il s’agit d’un mot du langage enfantin dont le sens est « manger sans mâcher », et nous le retrouvons dans plusieurs langues romanes avec cette nuance, comme par exemple en catalan, espagnol et portugais papar  et en marseillais papar « manger gloutonnement ».

Le dérivé la papa signifie la « bouillie » faite avec du lait et de la farine. Nous le retrouvons en néerlandais pap « bouillie ». A partir du sens « bouillie » s’est développé un verbe papar « nourrir » et ensuite particulièrement en wallon repapouillerr qui a pris le sens ‘bien nourrir un malade » > « revigorer ».

 

Pepsi

Je croyais avoir trouver l’étymologie du pepsi-, le concurrent de coca-,  mais les dictionnaires anglais, français et néerlandais disent que PEP-  est un mot récent, du début 20e siècle  et ils donnent le latin piper « poivre » comme origine.

Pourtant en allemand existe depuis au moins le XVe siècle le verbe  päppen, ou  aufpäppen   Son  évolution est exactement la même que celle du pap- « bouillie ». Le DWDS päppen écrit qu’il s’agit d’un mot du langage enfantin, dérivé de pap « bouillie ». Le verbe päppen « manger » > nourrir > nourrir soigneusement >  soigner > revigorer.

Le disctionnaire allemand suppose que le même évolution s’est produite indépendamment dans d’autres langues, notamment en anglais et néerlandais.

Anglais pep, pep up, pep talk 

 

DWDS aufpäppeln. Papp m. Pappe1 f. ‘Kinderbrei, Kleister’, frühnhd. papp(e), pepp(e) (Ende 15. Jh., doch wohl älter). Elementares Lallwort der Kindersprache, das mit seinen Lippenlauten den Eßvorgang nachahmt. Vergleichbare Formen in anderen Sprachen dürften voneinander unabhängig entstanden sein; vgl. lat. pappa, mnd. mnl. pap(pe), engl. nl. pap ‘Kinderbrei’. pappen Vb. ‘Brei essen, zu essen geben, kleistern, kleben’ (15. Jh.); vgl. lat. pappāre ‘essen’. Dazu das Intensivum päppeln Vb. ‘sorgsam füttern, ernähren, hätscheln’, mhd. pepelen ‘füttern, zärtlich umgehen, pflegen’; meist in Zusammensetzungen aufpäppeln, hochpäppeln, verpäppeln (19. Jh.). pappig Adj. ‘breiartig, klebrig’ (belegt seit Anfang 19. Jh., doch wohl älter).

 

Oli de gabel

Òli di gavel ou tisano de gavek  d’après Joanda  dans la Gazette  un circonlocution du « vin ». Voir gavela

cardoussés’ chardon d’Espagne’

Cardoussës « épine jaune » en latin « scolymus » plante à fleur jaune aux environs de Montpellier; on mange la racine en sausse ou en friture. (Sauvages, 1756).
Étymologie: ce nom appartient au groupe de dérivés de card(u)us chardon » > carde et chardon (FEW II,371), mais ‘Wikipedia :

Chardon est un terme générique qui désigne de nombreuses espèces de plantes épineuses appartenant principalement à la famille des Asteraceae…

Cardoussés « chardon d’Espagne est un  genre mais appartient à la même famille.

Dans le FEW il y a d’autres attestations de cardousso, cardoussé mais ils désigne la « carline » qui est un autre nom pour la cardabella

Cardoussés:

Scolymus_hispanicus cardoussesToutes sortes de conseils de jardinage de cette plante re-doucouverte dans le site OOreka

La plante qui contient de l’inuline est comestible : on peut consommer les jeunes pousses en salade et les racines cuites en ragout. En Algérie, on consomme les pétioles (« tiges » de la feuille, ou plus exactement nervure principale) cuits dans le bouillon qui accompagne le couscous.

Cardousses_ en_ragoutcardoussës en ragoût (Wikipedia)

chafre ‘pierre à aiguiser’

chafre ou acou « un carreau de dalle autrefois un Queux ‘pierre à aiguiser’ (Sauvages). Ce sens donné par l’abbé de Sauvages s’est conservé dans le Gard au moins jusqu’au  XXe siècle. D’après le FEW tsafre  a été donné dans plusieurs villages du Gard à Edmond pour l’Atlas linguistique de la France. Des attestations plus récentes, d’après le Thesoc  tsafre « pierre à aiguiser » à St Genies de Magloire  et chqfre dans l’Aveyron et la Lozère1.

Pierre a aiguiser Lombarde_23_cm

Pierre à aiguiser naturelle, elle est d’une couleur gris-bleue.

En ancien occitan le mot safre est attesté avec le sens « sablon pour colorer le verre ». Dans les patois modernes safre désigne toutes sortes de pierres,  de sable , de terre, de limon. Voici quelques exemples du FEW XI, 212:Safre_exemplesFEWSuivez le lien vers le FEW pour voir les autres significations !

L’étymologie est le grec  σάπφειρος (sáppheiros) et non pas le mot latin sappīrus ou saphīrus parce que en général la syllabe qui contient l’accent tonique est conservée à travers les siècles. En grec l’accent tonique se trouve sur le -ά-, et sáppheiros est devenu chafre,safre, mais en latin l’accent tonique tombe sur le -ī- , ce qui a donné saphir.

Manque de documents, on ne connaît pas (encore) comment le mot grec  σάπφειρος  devenu safre est arrivé dans la région parisienne, mais il est sûr qu’il est passé par la région de Marseille avant de passer au domaine d’oïl.

Il y a des saphirs  de couleur rose, jaune, violette et d’autres, mais la variété bleue est la plus connue. Inspiré probablement par sa couleur gris bleu on a donné le nom d’une pierre très dure à la pierre à aiguiser .

L’échelle de dureté relative des minéraux  et des pierres établie par Friedrich  Mohs date de 1812.   Le saphir est un corindon qui a la dureté 9 sur cette échelle,  ce qui veut dire que pour rayer un saphir il faut avoir un diamant,  la pierre la plus dure, dureté 10 sur cette échelle2.

En ancien français existait le mot safré ou  et ancien occitan safrat « orné de pierres précieuses, d’or etc. » On ne retrouve le mot safre qu’en moyen français en 1580 avec un sens très technique « oxyde de cobalt, qui mélangé avec du silex calciné sert à fabriquer le verre bleu ou l’émail bleu », et plus tard safre  devient le nom du verre fabriqué ainsi.

safre

Notes
  1. Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental publié dans les années 1980
  2. Allez-voir le site de l’Atelier la Trouvaille si vous voulez en savoir plus. Mes fils Robert et Christophe ont une large gamme de matériel pour les géologue, les minéralogistes et les gemmologues. bandeau3

ratapenada ‘chauve-souris’

Un fidèle visiteur me signale que  ratepanada, ce joli nom de la chauve-souris, manque dans mon site. Je l’avais négligé parce que l’étymologie  semblait évidente. Erreur !

L’étymon ratt- n’est pas latin, ni grec, parce que les Romains et les Grecs ne connaissaient pas ces rongeurs.  Le nom rat- « rattus rattus » apparaît seulement depuis le VIIIe siècle dans des documents dans les langues européennes. Le gros rat brun, « rattus decumanus » ou « norvegicus » n’apparaît en Europe qu’au XVIIIe siècle. D’après le FEW on pense que le mot ratt imite le bruit qu’ils font quand ils rongent.

Les différences entre les 2 types d’après Wikipedia:

rattus rattus et rattus norvegicus

La deuxième partie du nom, penada signifie « plumée, ailée » et vient du latin pĭnna « plume; aile ».

Visualisez la localisation des noms de la chauve-souris avec  ALF carte 260  vous verrez une riche floraison de formes plus ou  moins locales.

FEW X,124 ratt- « rat »  et FEW VIII,527 pĭnna « plume; aile »

mécanique ‘frein’

Il y a une dizaine d’années avant les réglementations et quand les vide-greniers étaient encore des vrais marchés aux puces, je chinais des objets curieux  qui me plaisaient du point de vue « design » et j’en ai acheté plusieurs « machins, trucs ou bidules » dont les vendeurs ne connaissaient pas non plus l’utilité ni le nom:

mécanique2 mécanique1Pas mal comme sculpture, mais je n’avais aucune idée de sa fonction, jusqu’à ce que je l’ai proposé à la vente et qu’un connaisseur m’a éclairé « Mais c’est un mécanique », pour freiner; sur les charrettes ».

Le Trésor de la langue française le mentionne, mais il faut bien chercher dans un long article :

En partic., vieilli. ,,Mécanisme qui sert de frein à une voiture à cheval. Serrer la mécanique«  (Ac. 1935).

Il s’agit en effet d’un mot du XIXe siècle, qui était vieilli en 1935, mais reste connu par certains

Lucien Hergot a publié  dans LINX Année 1991 H-S 3 pp. 61-69    un article  intitulé Mécanique et Tavelle, deux éléments du vocabulaire hippomobile.

Il y donne des détails sur les expressions « serrer la mécanique », « enrayer » et  » frein, freiner ».  Il cite le FEW mais il l’a probablement mal lu, parce qu’il ne cite que quelques attestations. Voici l’ensemble des attestations dans le FEW VI/1, 568 colonne a

mecaniqueFEW61p568Etymologi: latin mechanicus « de machine », emprunté au grec.

 

terebellum FEW XIII/1, 234

baroulleur

Baroulleur « rôdailleur ». D’après Raymond Jourdan de Montagnac   cela « Se dit de quelqu’un qui vit de petits boulots saisonniers et de

Etymologie est le latin rotella « petite roue »; Voir les attestations dans FEW X, 504 à droite, qui donnent l’impression qu’il s’agit d’un groupe de mots plutôt provençal et franco-provençal. Montagnac est bien dans le Languedoc.

Voir l’article baroulàr.

Page 1 sur 161234510Dernière page »