cat-right

Cadereau, cadaraucus

Cadereau « foss√© d’√©coulement des eaux de pluie et immondices d’une ville ». Il s’agit d’un mot typique¬† de N√ģmes et Al√®s et qui est inconnu ailleurs. La graphie¬†avec -eau¬† est francisante. L’√©tymologie est inconnue. JohannesHubschmid propose dans la revue Romance Philology 8, pp.12-26[1.¬† Pour le moment je n’ai pas encore r√©ussi √† me procurer l’article de Hubschmid.]¬† une racine pr√©romane *katarouko-.

cadereau à sec

Dans le Dictionnaire de Germer-Durand sont mentionn√©s cinq cadereaux,¬† dont quatre apparaissent pour la premi√®re fois dans le compoix de N√ģmes de 1380, √† savoir le Cadaraucus de Payrello, le Cadaraucus de Mirabellis, le Cadaraucus Sancti-Cezarii et le Cadaraucus itineris Bellicadri. Le cinqui√®me est d√©j√† mentionn√© dans un document de 1233 le Cadaraucus de Carceribus , maintenant le Cadereau de Montaury.

Cadarau est attest√© pour la premi√®re fois en 1627 dans l’Inventaire des proverbes du Languedoc par Anne Rulman .

Dans la note 1) Mazel écrit: "Lisez lous bouton"

Cette¬† attestation qui se trouve dans un manuscrit conserv√© √† N√ģmes

et un autre à la BNF.  Dans un article intitulé Les proverbes du Languedoc de Rulman,  publiée dans la RLR 17 (1880 )42 ss. , Mazel  écrit:

« Anne Rulman est n√© √† Nimes en 1583. Son p√®re, d’origine allemande, avait √©t√© recteur du coll√®ge de Montpellier. Sous la direction d’un tel ma√ģtre, Rulman prit de bonne heure le bonnet de docteur, plaida comme avocat, et, en 1612, se rendit a Toulouse o√Ļ il se fit recevoir au Parlement en la charge d’assesseur criminel √† la pr√©vot√© g√©n√©rale du Languedoc. De retour √† Nimes, Rulman se livra √† son go√Ľt pour la litt√©rature et l’√©tude des antiquit√©s. Ses oeuvres, rest√©es manuscrites, formant plusieurs volumes, dont six in-folio, apr√®s avoir pass√© de main en main, furent donn√©s, en 1747, √† la Biblioth√®que du Roi par l’archidiacre de la ville de N√ģmes, neveu du c√©l√®bre √©v√™que Fl√©chier. Le volume √† la fin duquel se trouve l’Inventaire des proverbes porte la date de 1627, pendant laquelle l’auteur y mit la derni√®re main. Rulman mourut √† Montfrin dans la charge de juge de cette petite localit√©, vers la fin de 1639, au moment m√™me o√Ļ il venait d’entreprendre la publication de ses ouvrages »

Dans le site de l’Association Sauve Garrigue vous trouviez l’historique des inondations de N√ģmes avec un film de 15 minutes en m√©moire de l’inondation de 1988; dommage que cela a √©t√© supprim√©.

L’√©tymologie propos√©e par JohannesHubschmid dans la revue Romance Philology 8, pp.12-26 est une racine pr√©romane *katarouko-.¬†

Poster un commentaire