cat-right

goudjo ‘courge’2

Share
Goudjo « courge Ă  sel »Ă  Valleraugue (Auge). Pour l’Ă©tymologie voir mon article coujo, coja « courge ». Je veux revenir sur le mot grec κωδια (kodia), qui Ă©tait aussi le nom de la clepsydre«  l’horloge Ă  eau, un transfert est motivĂ© par la forme arrondie des vases qui servaient pour ces horloges et faire un peu de publicitĂ© pour Noria  la Maison  de l’eau à  St-Jean de Bruel (Aveyron) oĂąvous pouvez voir des clepsydres anciennes et modernes.].clepsydre     WasseuhrHerophilusClock

En plus j’ai retrouvĂ© le livre de Charles Atger qui nous donne un dicton de Valleraugue:

Sa pa dĂ© quĂ©s quĂ© tenĂ© sal en goudjo  » Il ne sait pas ce que c’est que de tenir du sel dans la courge (soucis mĂ©nagers).

Ils Ă©taient Ă©conomes les CĂ©venols!

goudjo

Cette forme goudjo   est assez rare, seulement attestĂ©e dans dans le haut canton du Gard, (Cf. Thesoc),  auquel il faut ajouter trois points dans l’HĂ©rault[2. Je suis très content que Charles Auger n’a pas regardĂ© le Dictionnaire d’Alibert et qu’il a Ă©crit comme il prononçait: goudjo. Ortografia est d’ailleurs absent du Dictionnaire d’Alibert.] (ALF d’après FEW II, 833 ).

Cogorda, cogorla sont des formes de l’ancien occitan, coucourdo, cougourlo en occitan moderne.cĹ­cĹ­rbÄ­ta « citrouille ». FEX II, 1458

Courge poire Ă  poudre.   La courge poire Ă  poudre est une variĂ©tĂ© non comestible (Lagenaria sicerana) du genre Gourde. D’après Rolland Flore,  le CĂ©venol coujo n’est pas la plante mais l’objet  poire Ă  poudre.

gourde-poire-a-poudre-ab.netA Campan (Hautes-Pyr.) couyo est le nom d’un panier rond et profond, en Lozère goujo « un entonnoir pour tonneaux ».

Cojada « claterium; bryone » (Alibert).   Claterium est un nom  du  concombre sauvage ou concombre d’âne. (Ecballium elaterium Wikipedia) – claterium. AppelĂ© aussi cojarassa ,

claterium

concombre d’âne Ils mesurent quelques centimètres.

La bryone est une plante grimpante Bryone dioĂŻque (Bryonia dioica) (Wikipedia).

bryoneblancheavec une racine spĂ©ciale. Elle s’appelle aussi « navet du diable, herbe de feu, rave de serpent, coja de serp, etc.La bryone est toxique.

Cojassa, « aristoloche »,  Cojanela dans le parler de Guyenne (Alibert). Image dans mon article faouterno. .

Et bien d’autres plantes, coja d’aiga  » le nĂ©nuphar jaune  appartient Ă  un autre famille (voir Wikipedia) ; coja melona « citrouille iroquoise » (cucurbita pepo); cojarassa de bosc  « tamier » (tamus communis).

 

Poster un commentaire