cat-right

Restanco ‘restanque’

Restanco « Ă©cluse; digue; morceau de bois qu’on place au travers du pĂ©trin pour empĂŞcher la pâte de s’Ă©tendre ». L’Ă©tymologie est la mĂŞme que celle de pĂ©tanque  voir tancar, mais je viens d’apprendre d’un ami qui connaĂ®t bien la rĂ©gion niçoise que les restanques  sont les terrasses, un sens inconnu de Mistral:

restancoM

qu’on appelle traversiers Ă  Valleraugue et bancels en Lozère, ribo Ă  Pont-de-Montvert, faissa ou paredon dans l’Aveyron. Voici une image des restancos près de Toulon:

restanquesL’auteur donne la description suivante

Photo prise sur les pentes du Mont Faron Ă  Toulon
Les cultures en terrasses traditionnelles (restanco), c’est à dire avec un système d’écoulement des eaux de ruissellement intégré, se font de plus en plus rares. Et on n’y fait plus guère pousser de légumes, seulement des fruitiers. Celles-ci sont très belles et, curieusement, quasiment en ville.

Cette description explique l’Ă©volution sĂ©mantique qui s’est produite. Restanco vient du verbe *stanticare « arrĂŞter » qui a aussi dooné tancar.  En ancier occitan est attestĂ© le verbe restancar « Ă©tancher le sang », restanchier en ancien français. Dans les parlers occitans modernes on trouve restanca(r) « faire une digue, un barrage, retenir l’eau » Ă  Cavalaire près de Draguignan  un restanco est « une barrière en bois le long  d’un chemin pour empĂŞcher les eaux pluviales d’y passer ».   Quand on crĂ©e plusieurs de ces barrières en pierre sèche plutĂ´t qu’en bois,  sur la pente d’un colline on obtient des restancos « terrrasses ».

FEW  XII, 232

Mon ami d’Ampus qui m’a parlĂ© de ces restanques, m’a dit qu’Ă  Ampus, au Nord de Draguignan;  on appelle ces murets en pierre sèche  et les terrasses qui sont ainsi formĂ©es des berges. L’Ă©volution sĂ©mantique de berge « Bord d’un cours d’eau » > « muret avec système d’Ă©coulement d’eau »Â  > « terrasses formĂ©es avec ces murets »Â  est la mĂŞme.

 

Poster un commentaire