cat-right

Marrane ‘Juif converti’

Etymologie : Marrane signifie en français : « Juif ou descendant de juif d’Espagne ou du Portugal, converti au christianisme, mais resté secrètement fidèle aux croyances et aux pratiques juives ancestrales. » et date du XVe siècle en français1.

Le TLF reprend l’étymologie du FEW XIX, 113  et de Coromines :

Empr. à l’esp. marrano «porc» (965 ds Coromines), puis «juif ou Maure converti au catholicisme» (XIIIe s., ibid.), par sarcasme pour ceux-ci en raison de la répugnance qu’ils éprouvaient pour la viande de porc. L’esp. marrano est empr. à l’ar.mahÌ£ram (ar. d’Espagne mahÌ£ran) «ce qui est défendu, illicite» (en partic. dans le lang. relig.), dér. de hÌ£arama «défendre, prohiber, déclarer illicite; exclure, excommunier»  Le mot est surtout utilisé aux XVe-XVIIe s. avec quelques « nuances » comme par exemple « Espagnol, terme injurieux » et « avide, avare; usurier; impie ». Voir le texte de Borel ci-dessous. Il n’est pas attesté dans les dialectes français, excepté le dép. des Deux Sèvres, ni en franco-provençal.
L’évolution sémantique « juif » > « usurier » etc. se retrouve dans d’autres mots et s’explique par le fait que les guildes interdisaient aux Juifs l’accès aux métiers et que par conséquence ils étaient devenus commerçants ou banquiers.

Marrane est donc d’abord une injure, comme le mot porc,  marrano en espagnol. Mais von Wartburg pense que le sens « Juif converti » est peut-être né, non pas à partir de l’injure, mais à partir du sens étymologique de mahram « sacré, inaccessible » en rapport avec la nouvelle foi des convertis et que la connotation péjorative est plus récente.

La question est de savoir si cette explication est plausible, étant donné que le sens « porc » est attesté en 965 et le sens « juif converti » seulement 3 siècles plus tard (Corominas).

Le rapprochement des deux mots « porc » et « Juif » est très ancien. Vous trouverez un  long article, très documenté dans le Wikipedia en espagnol. Le premier à le faire est Rabanus Maurus né à Mayence vers 780, qui dans son encyclopédie De universo de 847, compare les Juifs aux porcs pour avertir les « bons » chrétiens, en se basant sur la Bible: « porque -según él- heredan a sus hijos del mismo modo su inmoderación impía y su impudicia. Se refirió a la imprecación en Mateo (Mt 27,25: ¡Su sangre sobre nosotros y sobre nuestros hijos!). Aquí, los judíos, al igual que los cerdos, fueron una alegoría para los vicios, para advertir a los cristianos sobre ellos con imágenes drásticas. De este modo se utilizaron igualmente los monjes y los monos para ilustrar el pecado de la « inconstancia ».

Rabanus Maurus (Wikipedia).

Pendant les 700 premières années du christianisme, les communautés juives d’Europe sont rarement menacées directement. La situation change lorsque le pape Urbain exhorte les fidèles en 1095 à partir en croisade pour libérer Jérusalem des infidèles. En chemin pour Jérusalem, les croisés déciment les communautés juives le long du Rhin et du Danube. « Comment, s’exclament-ils, devrions-nous attaquer les infidèles en Terre Sainte, et laisser en repos les infidèles en notre sein ?
Le 25 mai 1096, environ 800 juifs sont assassinés à Worms (Allemagne), et beaucoup d’autres choisissent le suicide. À Regensburg, les juifs sont jetés dans le Danube, pour y être « baptisés ». À Mayence, Cologne, Prague et dans beaucoup d’autres villes, des milliers de juifs sont tués, leurs biens pillés.» Source) .

 À partir du début du XIIIe siècle on fait des sculptures représentants des truies avec des hommes vêtus comme des Juifs. Ce genre de représentations comme expression d’anti-sémitisme se trouvent surtout en Europe centrale. Les sculptures les plus près de la France sont à Bâle, Colmar et Metz.


Dôme de Regensburg (Ratisbonne)

Il me semble probable qu’à partir du début de l’antisémitisme en Espagne et au Portugal au XIIIe siècle , qui a abouti à l’Inquisition en Espagne et de l’expulsion des Juifs en 1492, l’injure marranos a été importée de l’Europe centrale et qu’il s’agit tout simplement d’un emprunt-traduction et que cette histoire n’a rien à voir avec l’interdiction de manger du porc de la religion Juive ou Musulmane. Cette interprétation pourrait être de l’étymologie populaire.
Une autre possibilité est que la même cause (la Bible) a eu le même effet en Espagne comme en Europe centrale marrano « porc » > « Juif « > « Juif converti » > « Converti, Juif ou Maure »
Le fait qu’en Catalan existe un autre mot à savoir xueta « Juif converti » 2 qui a également une connotation « porcine » étaye cette hypothèse d’un emprunt traduction. En français  le mot marrane ne s’applique qu’aux Juifs et aux Maures convertis en Espagne ».
Aveyron marrá, -ána adj. « avare » est sémantiquement lié : « Juif » > « banquier » > avare ou bien au groupe 3) ci-dessous.

D’autres propositions étymologiques se trouvent dans l’article Maranisme de Wilipedia. Un extrait en bas de cette page.

 

Notes
  1. Si vous lisez l’espagnol, suivez ce lien vers Wikipedia.
  2. probablement der. de xulla ‘cansalada’ (mallorquí xuia), com a sarcasme contra els jueus conversos que menjaven cansalada per demostrar que eren cristians; també podria tractarse d’un der. regressiu de xuetó; en tot cas tots dos mots han d’haver acabat per influirse recíprocament

Poster un commentaire