cat-right

saouvomayre, mairesiouvo et la motivation d’un mot

Saouvo-mayre et  maire-siouvo « chèvrefeuille » viennent tous les deux du latin silvae mater « chèvrefeuille », littéralement « mère de la forêt ou  des feuillages ». Scribonius Largus écrit que le nom latin correspond au grec περικλύμενον (periklumenon) parce que les branches du chèvrefeuille « embrassent » les arbres comme une mère son enfant. En italien existe le nom abbracciaboschi qui rappelle la même image. D’après Rolland Flore VI,219  il s’appelle étranlha-cabri1 à St-Hilaire-des-Courbes (Corrèze)

Saouvo-mayre qui correspond au nom latin dans l’ordre des deux éléments n’a survécu qu’en occitan; d’après le Thesoc dans 3 villages de l’Aveyron et 3 dans l’Hérault et à Avèze dans le Gard2. Au cours des siècles la déclinaison latine a disparu et le génitif silvae   est devenu silva ce qui a entraîné une inversion de ces éléments et parfois l’insertion du  de, comme à Toulouse may de cibre, ou dans l’Aude ma serbo.

Lonicera_caprifolium0

Comme le premier élément silva « forêt » avait pratiquement disparu de la langue par la concurrence des types « bois » et « forêt« , on ne l’a plus compris et il a été remplacé par des éléments qui donnaient un sens à ce nom : silva > salva  > saouvo-  du latin salva « sauve ».  Dans l’Aveyron les sages-femmes font une infusion avec les feuilles de la plante.

Silva  est aussi remplacé par saoubio  du latn salbia « sauge » , ce qui a donné à Cahors salbiomayre.  Dans l’Aude  et en gascon ce n’est pas salvare mais servare qui remplace la silva: dans le Tarn et environs: serbomayre.

L’influence du nom caprifolium donne dans le Gers serbofulho, dans la Haute-Garonne serbocrabo, parfois abrégé en krabo.

Le type avec les deux éléments inversés maire-siouvo a également subi de nombreuses transformations.  L’élémént maire ‘a  été compris comme une référence à la période de floraison, le mois de Mai,  le deuxième a été associé à seba du latin cepa « oignon »; l’ensemble a donné à Apt mayo-sébo, le chèvrefeuille devient ainsi une sorte d’oignon de Mai. Plus d’exemples de changements dans le FEW XI, p.615

Tous ces changements viennent d’une tendance naturelle à motiver le vocabulaire, c’est-à-dire à lier les sens des mots  à leur formes et de créer ainsi des familles de mots facilement mémorisables. Le chèvrefeuille n’est pas un sujet de conversation inter-communautaire. Il est donc normal de trouver des motivations différentes dans les parlers occitans. La richesse de ces parlers se trouve aussi dans cette grande variété de motivations et il est dommage qu’actuellement les occitanistes veulent surtout « normaliser » l’occitan au nom d’une lutte politique.

Plus sur la motivation du vocabulaire à la fin de mon Introduction.

Voir Rolland Flore vol. VI, p.215 ss pour les noms du chèvrefeuille dans toute la France

 

Notes
  1. A ajouter à l’article strangulare du FEW XII, 289
  2. Ailleurs dans l’est-languedocien c’est le type pentacosta du latin pentecosta emprunté au grec πεντηκοστη (le 50e jour après Pâques) qui domine Cf. FEW VIII, 207

Poster un commentaire