cat-right

bidalbo ‘clématite’

Bidalbo vient du latin vitalba, attesté chez Columella (1 er siècle  après JC.) au nominatif vitis alba. Les formes conservées dans des parlers   occitans viennent  de l’accusatif vite(m)alba(m) > bidalbo ou du nominatif vitis alba > guissaubo et désigne la clématite. Dans le Var, le Gard, l’Aveyron et à Marseille existe aussi la forme inversée aubavit, aoubovi(s). Voir la grande variété des formes ici;  vous verrez que le type vitalba est surtout attesté dans l’ouest-occitan. Autres formes qui viennent de vitis : avissano, rabissano. Dans albavit les deux élements sont inversés. Du latin vitex  « gattilier, arbre à poivre, poivre de moine, agneau chaste »(cf. vige) vient le composé entrevidze « viorne » d’après l’abbé de Sauvages,  « clématis » d’après RollandFlore, et bijano à Pézenas. Voir FEW XIV, 551b

Le type entrevedilh est composé avec le latin viticula « vrille de la vigne »  Voir FEW XIV,552.

Les sarments de cette clématite servaient surtout à lier des fagots, à tel point qu’il s’appelle dans beaucoup d’endroits redorta littéralement « tordue ».

Chez Columella le vitis alba désigne une autre plante, la bryone blanche, mais quand on compare celle-ci à la clématite on comprend que le nom a passé de l’un à l’autre:

Bryone blanche bryoneblanche     clématite  Clematis_vitalba1

Le nom vitalba  qui est aussi courant en italien et espagnol, a été adopté par les botanistes du XVIe siècle avec le nom du genre clematis emprunté au grec : clematis vitalba

 

One Response to “bidalbo ‘clématite’”

  1. Robert Geuljans dit :

    Gérard Jourdan, originaire de Montagnac m’envoie ses souvenirs:
    Bonjour Robert,
    je n’ai pas fait beaucoup de commentaires ces temps-ci car nous avons acheté une maison à Vias (34) et nous sommes en pleins travaux de rénovation.

    Et j’ai quand même trouvé le temps de faire un tour sur ton site et j’ai apprécié l’article sur la clématite : vitis alba.
    Cette liane exubérante pousse dans toutes les haies de Montagnac et nous l’appelions : bitchane.
    Nous en faisions deux usages ludiques (enfin l’un plus que l’autre !!).
    Aux temps de l’école primaire, nous jouions le jeudi avec nos copines de l’école de filles (les écoles n’étaient pas mixtes) ; et je me souviens de couronnes de mariées faites avec les tiges fleuries, tressées de clématite : tout mignon.
    Autres moments, avec uniquement les copains, on coupait la tige de clématite entre deux noeuds et on fumait cela comme une cigarette rustique : la tige de bitchane présente la particularité d’avoir des vaisseaux de sève bien ouverts et en aspirant fortement on pouvait maintenir la tige incandescente ; je te dis pas les migraines que nous avions le soir après avoir fumé ces bitchanes dans l’après-midi.

    Amicalement

Poster un commentaire