cat-right

Abraser ‘brûler’

Abraser « foncer en parlant d’un chauffard;  mettre le paquet, insister (au sujet d’une femme);  brûler  (en parlant d’un alcool, du piment). »   Raymond Covès, Sète à dire. Montpellier, 1995 suggère l’étymologie abrasif et traduit  « cogner » en parlant d’un alcool, mais l’occitan abrasar vient d’une racine germanique *bras « charbon ardent », que nous retrouvons dans toutes les langue romanes, à l’exception du roumain. Il est vrai que l’élément *bras ne se trouve que dans les langues scandinaves, mais l’ancienneté des attestations dans les langues romanes, permet de supposer qu’il a aussi existé en gotique. FEW XV/1, 257

Le composé abrazar signifie en ancien occitan  « remplir d’ardeur » : Dinz el cor me nais la flama / Q’eis per la boch’ en chantan, / Don domnas e druz abrasou « brûler d’ardeur »:  Abrazar e cremar / Mi fai cum fuecs carbo. (Voir les très nombreux exemples dans le Dictionnaire de l’Occitan Médiéval.) Le deuxième sens donné par Covès  « mettre le paquet »  « Vas y, abrase cousi! » montre que l’ardeur des troubadours est toujours vivante à Sète.

abrase_troubadours

Est-ce que Gustav Klimt a connu cette miniature ?

le-baiser-de-klimt

Le dernier troubadour de Sète a chanté Les amoureux des bancs publiques

amoureux_des_Bancs

En occitan moderne abrasa a surtout le sens concret « mettre des braises, embraser » ( Mistral).  D’après  Covès il est vivant dans le français régional  à Sète et environs, avec des emplois figurés originaux, qui s’expliquent tous à partir de la notion « embraser, mettre le feu ». Le sens concret « brûler » se retrouve dans le dernier exemple de Covès :

Aouf. Il abrase  quicon, ce cognac !

Poster un commentaire