cat-right

marsioure 'ellébore'

Marsioure, marsivol marsioul  « ellébore » vient d’un *marsīlium « ellébore » attesté seulement en latin médiéval. Les formes citées se rencontrent principalement en provençal et est-languedocien1 Alibert propose la  graphie  basée sur une fausse étymologie  marciure.

La forme marsioure  semble être une combinaison de *marsīlium  et de siterus   qui signifie également « ellébore ».

Les formes marsioul, marsivol   sont  peut-être influencées par un dérivé en -ble  que nous trouvons par exemple à Apt moursuble,

     

L’étymon *marsilium fait partie d’une famille de noms de plantes qui ont l’élément mar  en commun et qui semble être très ancien. Voir aussi TLF marrube.

Une fois de plus nous constatons une très grande variété phonétique dans le nom de cette plante. Toutes sortes d’associations l’ont influencé. Dans l’Ariège l’ellébore et la chélidoine s’appellent martiri association de martyr,  peut-être parce que le suc de la plante coule comme du sang quand on la coupe.  Dans l’Ariège la chélidoine s’appelle aussi flou de sank (de krist ?).  Parce que la marsioure fleurit au printemps on a associé son nom au mois de  mars, etc.

Cette grande variété de formes s’explique par le fait que ces plantes ont peu d’intérêt intercommunautaire  et/ou commercial.

martiri (Ariège) chélidoine

 

Notes
  1. Données incomplètes dans le  Thesoc: ARDECHE, AUDE, AVEYRON,GARD, HERAULT, LOZERE.

Comments are closed.