cat-right

Marrane ‘maladie des ovins’

Marrano,¬† « maladie (du charbon?) des ovins ».

Dans le Cartulaire de Mirepoix, que j’ai d√©couvert gr√Ęce √† la¬† dormeuse, il y a une Charte de la boucherie de 1303, dans laquelle est √©crit: « Videlicet quod nullus carnificum ville predicte audeat vendre in dicto macello publico oves marranos.« : Il va de soi que nul boucher de la ville susdite n‚Äôosera vendre sur les dits √©tals publics des brebis marranes (atteintes du charbon?). L’√©diteur de la charte traduit marranos par « languissants, √©tiol√©s » d’apr√®s le sens du mot donn√© par Mistral.

Cliquez sur le texte de Félix Pasquier, Cartulaire de Mirepoix, tome II, p.p. 42-46, Editions Privat, Toulouse, 1921.    

Cette d√©couverte¬† dans un texte de 1303 a chamboul√© la conception qu’on avait de l’histoire des mots rattach√©s √† l’√©tymon arabe mahram « sacr√©, inaccessible » Il est devenu impossible de rattacher marrane « maladie  » √† marrane « Juif converti » comme l’a fait le FEW en l’expliquant comme un transfert du mot marrane sur une longue maladie. Au moment de la r√©daction de l’article¬† mahram,¬† la premi√®re attestation de marrane avec le sens « maladie √©pid√©mique »¬† datait¬† de 1650, et¬† marrane¬† « Juif converti »¬† du XIIIe si√®cle.

Borel 1750

    Mistral

Marrana « maladie chronique ». De Nice jusqu’en B√©arn: marrana a pris le sens d’une maladie chronique : √† Al√®s « esp√®ce de phtisie des brebis; d√©p√©rissement des muriers », √† B√©ziers, encore plus g√©n√©ral marrano « √©pid√©mie », St-Andr√© « typhus », et languedocien marano s.f. « mite de fromage: le plus petit des insectes qui sont sensibles √† la vue simple. On tue les mites du fromage avec de l’huile »(Sauvages1756). S’agit-il d’une « maladie » du fromage?. Alibert donne une autre forme avec un seul -r-: marane « maladie des b√™tes √† laine; marasme; √©pid√©mie; √©pizotie; clavel√©e; jaunisse des plantes; mite du fromage (copi√© de Sauvages ?). L’attestation donn√©e par le FEW pour le fran√ßais marrane « maladie de langueur » dans Borel 1655 (p.514) a certainement un rapport avec le languedocien, dont il √©tait un bon connaisseur, √©tant n√© √† Castres.

Un visiteur me signale: « Dans l’H√©rault, autour de P√©z√©nas, Roujan, Neffi√®s, etc. le mot marrane, peut d√©signer le « mildiou de la vigne ». J’ai relev√© l’expression « ai la marrana » qui peut se traduire, selon les circonstances par : « je couve la grippe », « je ne me sens pas d’attaque », ou encore « j’ai le cafard ».

Attestations et attributions nouvelles.
  • Oves marranos par »maladie du charbon des ovins » ( charbon > noir, anthrax). Il est √©vident qu’il s’agit dans ce texte d’une maladie dangereuse pour les consommateurs, mais la traduction « du charbon » est bas√©e sur le Tr√©sor de Mistral.
  • Dans le DMF je trouve un autre mot : morille « Maladie (chez l’homme et l’animal) : » sorte de dysenterie provoquant de violentes coliques et pouvant entrainer la mort; cadavre », comme d√©riv√© de Maurus « maure, noir » mais le FEW remarque qu’il faut le classer peut-√™tre sous mori « mourir », comme le mot morine « maladie mortelle, √©pid√©mie, mort ».
  • J.-P. Chambon(1) est d’avis que le mot¬† morrono f. « d√©p√©rissement, langueur » attest√© √† S√©v√©rac dans l’Aveyron, class√© par le FEW s.v. mori et mor√°no « malchance » √† Chavanat (Creuse), class√© par le¬† FEW s.v. annus font partie des descendants de *mahram, parce que -a- pr√©tonique >-o- est r√©gulier dans ces deux endroits. Cette note est √©galement √† revoir suite √† la d√©couverte des oves marranos √† Mirepoix.
  • Barcelonette marran « bouton recouvert de cro√Ľtes » et marrane s.m. « asp√©rit√©s rondes qui recouvrent certaines ardoises » sont class√©s sous *mahram, mais le dauphinois mar√£n « pustule maligne », Queyras marant « plaie, ulc√®re », Barcelonette malan « idem; croute sur la t√™te des enfants »¬† dans l’article malandria « plaie, ulc√®re »(FEW VI/1,81a) en supposant une √©volution malandria > *malandrum > maland, malan(t).¬† Il faudra au moins r√©unir les deux.
  • Marran « dur au travail ». Le FEW et Alibert rattachent √† l’√©tymon mahram les sens « travailler dur », comme √† Cahors morr√°no « ardent au travail », Saintonge maraner « travailler, peiner, frapper avec force; se fatiguer beaucoup »; marran « dur au travail » et marranar « travailler avec peine, avec vigueur ».¬† D’autre part dans l’article marra « houe de vigneron; sarcloir; grosse pioche » (FEW VI/1, 376b) je trouve mar√Ę « piocher, avec la marre, travailler p√©niblement » (Forez), et en occitan, du Dauphin√© jusque dans le Gers le m√™me verbe marra(r) « houer, piocher, accomplir un travail dur », et dans le Cahors moron√† avec le m√™me sens. Le substantif marreneur « ouvrier qui laboure avec la marre » para√ģt m√™me dans le dictionnaire de l’Acad√©mie de 1840. D’autres mots dans le DMF sous le lemme marreneur. Tous ces mots sont¬† √† classer sous marra « houe de vigneron ».
  • Le mot de l’Aveyron marr√°na « vache difficle √† traire » et d marran « se dit des b√™tes et de gens qui, malgr√© la bonne nourriture ne peuvent engraisser » (Vienne) dans l’article *mahram sont √† classer sous marr- « b√©lier », avec une douzaine de d√©riv√©s avec les sens : « ent√™t√©, born√©, pousser de grands cris; plainte; paillard, d√©bauch√©, etc », b√©arnais marran√®, -re adj. « qui a mauvais caract√®re, bourru, bougon, opiniatre », subst. « opiniatret√© ». ainsi que le verbe gascon marrun√° « grogner; au fig. ronchonner, r√©criminer » attest√© dans l’Atlas linguistique de la Gascogne.

Pour le moment il convient de classer marranos « maladie des ovins » et toutes les variantes s√©mantiques, dans les volumes des Mots d’Origine Inconnue. Il faudrait avoir plus de renseignements sur le sens exact de marranus. De quelle maladie s’agit-il et quels sont ses symptomes? S’il s’agit √† l’origine de la « maladie du charbon » (une maladie ovine tr√®s r√©pandue en Languedoc) on pourrait penser √† maurus « noir », puisque « L’infection cutan√©e [du charbon] est caract√©ris√©e par l’apparition de bosses prurigineuses semblables √† des morsures d’insecte, suivie d’une ulc√©ration et de la formation d’une escarre noire indolore. » (Source).

Une derni√®re √©tymologie, que je viens de trouver est le grec őľőĪŌĀőĪőĻőĹŌČ qui¬† pourrait convenir du point de vue phon√©tique et surtout s√©mantique:

 

Poster un commentaire