cat-right

Mayrial, Marinade et Bellemaire

Bellemaire, au Mayrial, à la Marinade, à la Condamine, à Mirepoix .

Il y a quelques semaines la dormeuse a donné la description que voici:

Situé au-delà de Cariou, i. e. à l’ouest, sud-ouest du moulon, le hameau de Bellemaire, ou Bellemayre, s’étage sur la pente des collines qui bornent sur sa rive gauche le cours de l’Hers. Il doit sans doute son nom de Bellemaire, “belle maire” ou “belle mayre”, au caractère riverain de sa situation géographique, qui est ici celle de bord ensoleillé du “lit d’un fleuve”4, bord depuis lequel, abrité de ici de l’inondation, l’on jouit d’une “belle” vue sur les rives de l’Hers et sur la colline de Terride ainsi que sur le château du même nom. Au pied du hameau de Bellemaire, le lieu dit “La Marinade” se trouve, lui, plus directement riverain du territoire de divagation de l’Hers, ou, conformément à l’acception plus large du mot “maire, mayre”, plus directement riverain du “fossé principal qui reçoit l’eau de ruissellement des collines environnantes”5. A noter qu’au bord du cours actuel de l’Hers, on trouve au nord, nord, est de Mirepoix, le moulon du Mayrial, dont le nom renvoie lui aussi au sens de “rivage”. Bellemayre, La Marinade, le Mayrial -, ensemble les trois toponymes se souviennent des divagations qui furent au cours des âges celles d’une rivière connue pour l’amplitude de ses divagations et pour ses crues dangereuses, dont celle qui emporta en 1289 la première ville de Mirepoix.

Photo de la Dormeuse

Pégorier: maire, mayre  « lit ou source d’un fleuve » prov. et lang.

Etymologie : latin mater « mère », et « lit de rivière » à partir du Ier siècle.  Dans le domaine galloroman le sens « lit de rivière » est limité au provençal et  au languedocien, mais il a dû exister aussi en gascon, parce que le verbe desmayrà « déborder, sortir de son lit » est attesté en béarnais. Nous retrouvons le sens « lit de rivière » en catalan mare,  espagnol et portugais  madre.  Les rares attestations en moyen français viennent d’Olivier de Serres et de Cotgrave, connus pour leurs occitanismes.

Le rièu meirau, rec mâiral (S2) ou  la mayre del riu est « l’égout collecteur, fossé mère ».   La  mayre   est aussi la « source d’un cours d’eau ». Dans l’Aveyron un « endroit où se cache le poisson ».

Les 3 toponymes cités par la dormeuse : Mayrial, Marinade et Bellemaire  sont  bien occitans1, mais ils ne sont pas (encore?) attestés comme substantifs.

______________________________________

Notes
  1. Il y a des toponymes comme Bellemare   en Normandie, mais leur étymologie n’est pas la même

Poster un commentaire