cat-right

Trucar

TrucĂ  « heurter ». Comme Ă©tymologie on suppose un *trĆ«dÄ­care « heurter »,  dĂ©rivĂ© du verbe trudere « heurter ». *trĆ«dÄ­care  a donnĂ© en ancien occitan trucar « heurter contre » ( vers 1300). A NĂźmes trucù  signifie toujours « heurter » (Mathon). Dans les rĂ©gions d’Ă©levage trucar se dit en gĂ©nĂ©ral des bĂȘtes Ă  corne « frapper de la tĂȘte, de la corne ». De l’HĂ©rault jusqu’en Gascogne le dĂ©rivĂ© truc signifie  » choc, heurt ». A Toulouse le truc est « le bruit que font les Ă©cus en les comptant » et dans cette rĂ©gion « payer comptant » se dit paga truquet. En bĂ©arnais truc a pris le sens d’un des rĂ©sultats possibles d’un heurt : « le son d’un battant (de cloche, etc.) ». Ailleurs, surtout en gascon l’Ă©volution a continuĂ© et le truc est devenu « grande clochette pour le bĂ©tail » (Val d’Aran, Lavedan, les Landes, etc.).

Le verbe catalan trucar « sonner, donner un coup (de fil), frapper Ă  la porte » et ses dĂ©rivĂ©s sont expliquĂ©s comme des onomatopĂ©es par Corominas (DE) , mais ils pourraient s’expliquer aussi bien Ă  partir d’un verbe  trĆ«dÄ­care « heurter ».

Voir aussi l’article Truc-de-Balduc un « trĂšs gros caillou ».

Français truc « coup d’adresse, ruse » apparaĂźt dans quelques rares textes de l’ancien français, un peu plus au XVe siĂšcle (cf. DMF). En moyen nĂ©erlandais  est attestĂ© en 1554 le mot  truc avec le sens  « ruse » et il est courant en nĂ©erlandais moderne;  j’ai quelques doutes sur cette Ă©tymologie « emprunt au français » du mot nĂ©erlandais parce que ce sens ne devient vraiment courant en français  qu’Ă  partir du XVIIIe siĂšcle.

Remarque. En anglais la mĂȘme notion est exprimĂ©e par le mot trick « ruse » (15e s.), qui vient du normand ou du picard trique, (français triche) du latin triccare. Une coĂŻncidence ?

Le FEW le rattache Ă  trĆ«dÄ­care « faire un coup », Ă  partir de l’occitan truc coup », mais il y a d’autres propositions. Pour plus de renseignements voir le TLF.

Poster un commentaire