cat-right

Talh, tal

Talh s.m. »tranchant d’une lame » est dérivé du verbe talhar « tailler » qui  peut être un verbe réfléchi comme dans  se talhar lo det « se couper le doigt ». (cf.Lhubac). L’étymologie est probablement le verbe taliare « couper » qui n’est attesté qu’au VIe siècle, mais a dû exister bien avant, puisque le verbe se retrouve dans toutes les langues romanes. Le substantif talea « branche, scion, bâton, pieu » par contre se trouve bien dans le latin classique.

Lo talh « tranchant » est limité à l’occitan et quelques parlers franco-provcençaux dans l’Ain, l’Isère, l’Oisans et la Vallée d’Aoste. Lhubac donne la forme tal pour le fr.rég. de Gignac, une forme que nous retrouvons dans d’autres dictionnaires comme ceux d’Alès , de Toulouse, de Cahors, etc. Dans le Cantal tal est passé à tar, toujours avec le sens « tranchant ».

Déjà en ancien occitan lo talh, tal a aussi pris le sens « action de tailler, la coupe; coupure, blessure » et notamment en languedocien « morceau, partie ». Dans tout le domaine occitan on se taille des talhons et des talhous de fruits, de tarte ou de viande (cf.Lhubac et Champsaur).

Claude Achard m’envoie le commentaire suivant:

à propos du mot talh me revient l’expression qu’employait Albert Alliès, le fils de l';érudit piscénois Albert-Paul Alliès. à propos d’un bon morceau, à table, il disait: èra al talh de galavard, qu’il traduisait: « Ã©tait un morceau digne d’un gourmand » j’aurais plutôt dit « un talhon per galavard » mais alors ce serait peut-être interprété »un morceau pour goinfre » .
Amicalement

Parmi les nombreux autres dérivés de taliare j’ai choisi le tailhoro qui désigne dans les Alpes Maritimes « l’écharpe du maire »

Poster un commentaire