cat-right

Soga

Soga s.f. « corde pour fixer la charge d’un mulet ». Souvenirs, souvenirs! Ce mot me rappelle l’√©poque o√Ļ, jeune chercheur, je travaillais au Tr√©sor des patois vald√ītains sous la direction du prof. H.E. Keller, qui quelques ann√©es plus tard est parti pour les Etats-Unis o√Ļ il n’y avait pas de money pour les dialectologie. Ensuite ce grand projet est tomb√© √† l’eau et moi je suis parti pour les C√©vennes.
En 1972 j’ai publi√© un petit article dans Le Flambeau. Revue du comit√© des traditions valdotaines sur le mot souye qui en Vall√©e d’Aoste signifie

  • Repas; ration de foin qu’on donne aux vaches.
  • Dans quelques villages (Lasalle, Ayas, Valgrisenche et Valtournenche) le m√™me mot signifie « quantit√© de lait qu’on traite en une fois; traite » et dans une phrase comme « Elle donne 10 litres par traite » , ‘par traite’ est traduit par pe s√≥ye.
  • Enfin √† LaThuile un de mes √©l√®ves avait not√© un troisi√®me sens, li√© au premier « une √©tendue de p√Ęturage qui repr√©sente un repas pour un troupeau de vaches ». La raret√© de ce sens s’explique par le fait que les enqu√™teurs ne l’ont pas demand√©.

   

la corde                                                                                         le repas                                            

   la traite

Qu’est-ce que cela √† voir avec l’occitan soga « corde »? La r√©ponse est : l’√©tymologie! Dans presque toutes les langues romanes nous trouvons des mots qui doivent remonter √† un √©tymon *soca « corde », probablement d’origine celtique, p.ex. en ancien occitan soga, au Val d’Aran soya, en ancien fran√ßais soue. En Vall√©e d’Aoste souha « corde pour serrer le chargement d’une voiture « ! Italien, catalan, espagnol, portugais soga ‘corde’, breton s√Ľg, basque soka.

Dans les Alpes (Vaud, Valais, Savoie,Vall√©e d’Aoste) o√Ļ il n’y a pas de haies et encore moins de barbel√©s ou de fils √©lectrifi√©s, les bergers prennent une corde pour d√©limiter le bout d’alpe que les vaches peuvent brouter. Cette √©tendue est donc le repas des vaches. Par g√©n√©ralisation « repas des vaches » > « repas ».
Il y a un rapport √©troit entre la quantit√© d’herbe ou de foin qu’une vache mange et la quantit√© de lait qu’elle donne.¬† Un paysan donne une portion plus grande √† une bonne laiti√®re. L’√©volution s√©mantique « repas » > « traite » s’explique par le rapport cause > effet. Le passage d’un sens concret comme « corde » √† « unit√© de mesure » se trouve √©galement dans les repr√©sentants du latin chorda ou en occitan cana « canne roseau ».

Le FEW rattache le mot souye « repas d’une vache; traite » √† une autre √©tymon gallois *souka « sucer » mais je crois que c’est une erreur.

Poster un commentaire