cat-right

Semal, semàou

Semal, semàou est un autre dérivé  de sagma > sauma avec un affaiblissement de la voyelle avant l’accent de -a- en -e-.

Le sens passe du contenu « charge » au contenant « panier, cuve, baquet, cuveau », sens  bien attesté dans le Gard. L’abbé de Sauvages écrit qu’on se sert du semâou pour charier la vendange sur le bât d’un mulet, ou pour porter à bras le vin, au moyen de deux bâtons appelés sëmaliés.

Semàou et semailiés sont encore utlisés en français régonal d’après Lhubac, s.v. cambarot. Un sëmalou est un petit cuvier de bas bord.

Un dicton : Davant la porta un semal: « Devant la porte une comporte. » Un autre dans le recueil de Rulman de 1627 (voir cadereau):

deglesit « crevassé, déjoint »

One Response to “Semal, semàou”

  1. gerardj2 dit :

    Dans le vocabulaire des vendanges à Montagnac (34), les deux porteurs sortaient les comportes pleines de raisin à l’aide de deux « sémailiés »; Le raisin était entassé dans la comporte et « quiché » à l’aide d’une masse de bois pour que la comporte en contienne un peu plus. « Lou quichaïré » prenait même soin de faire une sorte de bosse qui dépassait le niveau de la comporte qui atteignait facilement les 100kg. Et sortir une comporte de ce poids lorsque la vigne était boueuse, c’était du sport !

Poster un commentaire