cat-right

Rousto

Rousto ‘volĂ©e de coups’, rouste en français rĂ©gional, roustá « rosser » (Gard).

les Romains qui habitaient le Gard connaissaient très probablement le mot rustum qu’ils prononcaient Ă  peu près comme en languedocien moderne rousto, mais Ă  cette Ă©poque un rustum Ă©tait ‘une tige, un rameau’. Pour des raisons Ă©ducatives ils s’en servaient pour roustár « rosser » leur progĂ©niture. De lĂ , les crĂ©ations languedociennes roustoun, roustoĂą « testicules; rustre, homme grossier » devenu roustons en argot parisien., vulgaire ou populaire d’après le TLF.

Mistral semble avoir expliquĂ© cette Ă©volution sĂ©mantique « tige, rameau »Â  > « testicules »Â  : « parce qu’ils servent Ă  battre » d’après une note dans le FEW, mais je ne l’ai pas retrouvĂ©e dans le TrĂ©sor. Le FEW l’a repris dans les ‘Incognita’ oĂą il ajoute des formes franco-provençales de la Suisse romande comme risto ‘testicules des bĂ©liers’.

Le passage des mots qui dĂ©signent les « gĂ©nitaux » Ă  la notion  « rustre, imbĂ©cile » etc.etc. ne pose aucun problème; cf. français con, couillon et anglais fuck, nĂ©erlandais lul « pĂ©nis; imbĂ©cile », etc.

Une célèbre rouste

Le mĂŞme Ă©tymon a donnĂ© en ancien fançais roissier « battre violemment » remplacĂ© depuis par rosser. Flamand rossen, nĂ©erlandais afrossen « battre ».

Poster un commentaire