cat-right

Mocar

Mocar signifie¬† « moucher; frapper sur le nez, pincer un bourgeon ou un lumignon ». L’√©tymologie est bien s√Ľr la m√™me que celle du verbe fran√ßais moucher , latin tardif muccare¬† « moucher ».¬† Voir √† ce propos le TLF.

En occitan et en fran√ßais r√©gonal mocar, moucher, moquer¬† signifie¬† aussi « boire, chopiner ».

Plus loin dans cet article, Mistral donne trois exemples : Mouca ‘n veire de vin « sabler un verre de vin » (= boire d’un trait)¬† et moucho pas mau « il boit bien ». Se mouca v.r. « chopiner,boire ». Comment expliquer cette √©volution s√©mantique? Alibert suit Mistral, mais ni l’un ni l’autre s’est pos√© la question.

On pourrait¬† s’imaginer l’√©volution s√©mantique suivante : « (se)moucher » (pour se moucher on l√®ve le coude!) > « lever le coude » > « boire » ; ou bien « pincer un lumignon » > « √©mousser » > « √©mousser la soif » > « chopiner, boire ».

Un article de Jacques Bruy√®re¬† dans le Midi Libre du dimanche 22 f√©vrier09, intitul√© « Moque Cabanel, quelle histoire » m’a mis une puce √† l’oreille.¬† Jacques Bruy√®re a relev√© qu’il y a un mot moque s.f. avec le sens « chope » en fran√ßais r√©gional. Le TLF dit : « R√©gion. (littoral de la Manche et de l’Atlantique). Petit pot de terre en forme de tasse avec anse, servant √† boire, ou gobelet en fer-blanc servant √† mesurer des denr√©es. »¬† J’ai v√©rifi√© dans le FEW. Le mot moque , mouco se trouve en effet en galloroman dans une bande √©troite le long de la c√īte atlantique, qui va de Boulogne-sur-Mer (Nord) jusqu’√† Teste (Gironde).

En effet moque est attest√© √† Boulogne-sur-Mer, mock « pot pour la boisson √† bord du bateau », en normand moque « tasse sans anse, servant √† boire » dans le Dictionnaire du patois normand de E.et A. Dum√©ril; Caen, 1849 ! dans le Calvados « godet pour le cidre », dans le Bocage, dans l’√ģle de Guernesey mogue « vase √† boire », √† St-Malo, dans l’Ile-et-Vilaine moque « tasse, mesure pour les boissons (1/2 l) », dans le Poitou, √† La Rochelle en 1780, dans le Saintonge, dans la Charente Maritime, et enfin √† Teste dans la Gironde¬†¬† mouco  » gobelet en fer blanc des matelots ». Cette r√©partition g√©ographique montre clairement qu’il s’agit d’un mot de marins.¬† (FEW)

Moque a travers√© l’Atlantique pour arriver au Canada (TLF) et en Louisiana (J.Bruy√®re).

Je ne suis pas N√©erlandais pour rien, et il n’y a aucune raison pour s’arr√™ter dans le d√©partement du Nord!¬† En passant la fronti√®re, en Flandres et aux Pays Bas mok est le mot courant pour une grosse¬† de tasse avec anse, ainsi qu’en bas-allemand mukke « chope », Su√©dois. mugg « mug,, » norv√©gien et danois¬† mugge « tasse pour boisson chaude », anglais mug. Nous avons donc affaire √† un mot europ√©en! Il y pas de collectionneurs de mugs.¬†

 un mok avec ta photobas-allemand: mukke

Le seul probl√®me qui nous reste √† r√©soudre est de savoir comment moca, mouca, mouco est arriv√© √† Palavas. Par la mer ou par la terre?¬† A la suite de l’article du 22 f√©vrier, Jacques Bruy√®re a eu beaucoup de r√©actions qu’il a publi√©es dans le Midi Libre du 15 mars. (La consultation est h√©las payante). L’expression Moque Cabanel est bien vivante en Languedoc, mais les sens donn√©s par Mistral √©galement. Il y a certainement eu des contacts entre les marins de l’Atlantique et ceux de la M√©diterran√©e.
Je ne crois pas que dans Moque Cabanel!, moque soit un verbe . A Laval dans la Mayenne,on appelle une « tasse de cidre » mok-mok. Je les vois bien lever le coude et dire mok-mok, comme on dit chin chin.

Etymologie :¬† moque, mouca « chope » vient d’un germanique mokke « chope ». Si moque est un verbe dans l’expression donn√©e, il s’agit d’un verbe¬† moquer cr√©√© √† partir du substantif, comme chopiner de chope.

Le nouveau dictionnaire √©tymologique du n√©erlandais (EWN), suit le FEW en supposant un lien entre mok « sorte de tasse » et l’ancien n√©erlandais mokka* « motte (de terre), morceau ». On aurait compar√© la chope √† une motte √† cause de sa forme grossi√®re. Les repr√©sentants de cet √©tymon germanique *mokka sont absents de l’occitan, mais assez fr√©quents dans le Nord. Voir √† propos de *mokka le TLF s.v. moche et moque et le DMF s.v. l’√©tymon ou le mot moquet « motte ».

Poster un commentaire