cat-right

Madur, madurá

Madur  ‘mûr’. vient du latin maturus « mûr ».

Le maintien du -d- provenant du -t- latin est caractéristique pour le niçois, le provençal, le languedocien et le gascon,  à l’exclusion  d’une partie du limousin et du dauphinois1 et rattache cette zone au catalan et à l’espagnol maduro contrairement à l’italien maturo qui a maintenu le -t- d’origine.

Voir la carte mûr, mûre  de l‘ALF carte 891   pour la limite de cette évolution.

L’anglais mature « mûr » et maturity « maturité » ont été empruntés directement au latin.

Madurá « mûrir » vient du latin maturare « mûrir ».

Voir FEW VI/1,533 maturus

Notes
  1. Un visiteur m’écrit que l’auvergnat maintient bien le -d-  <-t- :  » J’avoue avoir été très surpris à la lecture de ces lignes, car absolument tout ‘ensemble de l’Auvergne et du Limousin linguistique – sans exception aucune – maintient ce -d- intervocalique, ainsi mûr/mûre/mûrir s’y dit madur/madura/madurar comme en occitan moyen du sud… Seule la partie dite vivaro-alpine connaît cette chute de consonne, ainsi mûr/mûre s’y dit maür-a.
    Dans un deuxième message il documente cette assertion :

    Moi-même locuteur Auvergnat et ami de nombreux locuteurs dans toute l’Auvergne, j’ai également eu de nombreuses fois l’occasion d\&#039;échanger avec des patoisants limousins, et je peux vous certifier que cette source est absolument fausse… De plus, j’ai pris le temps de mettre le nez dans les quatre dictionnaires suivants afin de vous le démontrer plus clairement :

    • Omelhièr (auvergnat) ➡️ madure/madura/madurar
    • Bonnaud (auvergnat) ➡️ madûr/madüra/madürâ
    • Karl-Heinz Reichel ➡️ (auvergnat) ➡️ madûr/madüra/madürâ/amadürâ
    • Lavalade (limousin) ➡️ madur/madura/madurar

    Même les parlers de transition oc/oïl — dits du croissant —  maintiennent ce -d- intervocalique, c’est dire à quel point ce phénomène est loin d’être une particularité provenço-languedociano.

    • Lexique de Maurice Roy (Croissant/Fresselines 23) ➡️ madu/madure/madura

    Et nous n’avons qu’évoqué le cas de madur\ !

    Mais il en va évidemment de même pour des mots comme : badalhar (bailler), bordadura (bordure), chadena (chaine), chadeira/chadiera (chaise, chaire), coifadura (coiffure), fada (fée), levadura (levure), machadura (bleu, hématome), padela (poêle), etc…

    Ainsi que le -d- intervocalique de -ada- correspondant au -ée français : armada (armée), bofada («soufflée» = soufle), bramada («bramée» = cri ), butida (poussée, impulsion), jornada (journée), moneda (monnaie), maisonada (maisonnée), mudar (muer), tombada (tombée), etc…

Poster un commentaire