cat-right

Stocofin, estofi

Stocofin, estofi s.m. « morue sĂ©chĂ©e Ă  l’air libre ». Les formes courantes en occitan sont estofi ou en provençal (e)stoquofi(n), stocofi  et elles  sont plus proches de l’origine, le nĂ©erlandais stokvis, mot composĂ© de stok « bâton » et vis « poisson » parce que anciennement le stokvis Ă©tait sĂ©chĂ© Ă©tendu sur des bâtons dressĂ©s sur les bateaux de pĂŞche ou dans les ports. Le mot stokvis est passĂ© dans d’autres langues : italien stoccofisso, catalan estocfix, estocafis, espagnol estocfiz, allemand Stockfisch, anglais stockfish (belles photos). Voir aussi l’article brandado .

Dans  l’anthologie amusante, Les cris populaires de Marseille: locutions, apostrophes, injures, expressions proverbiales, traits satiriques et jeux du peuple–cris de marchands dans les rues–prĂ©jugĂ©s, par M. de Regis de la Colombière. Marseille 1868, p.2   il y a l’attestation que voici:

que les gamins hurlaient quand un parrain refusait de leur jeter quelques sous Ă  l’occasion d’un baptĂŞme.  Suivez le lien, vous ne reviendrez pas Ă  mon article, mais tant pis, c’est très marrant.

Escafit s.m. « morue sĂ©chĂ©e Ă  l’air libre ». Les auteurs du dictionnaire Panoccitan ont choisi cette forme atypique de la rĂ©gion de Castres pour toute l’Occitanie. Cette forme a subi l’influence d’un autre mot, peut-ĂŞtre l’adj. escafit. Escafit, escafida adj. »Ă©triquĂ© »Â  suivez le lien.

La « morue fraĂ®che » appelĂ©e cabillaud en français depuis 1278, cabillĂłt dans l’Aveyron, est Ă©galement d’origine nĂ©erlandaise : kabeljauw. Dans les langues romanes c’est plutĂ´t le type bacajaw, devenu bacalao en espagnol, bacallá en catalann, baccalá en italien. Les Ă©tymologistes pensent que le mot basque bacailao est Ă  l’origine de cette unitĂ© des langues romanes mĂ©diterranĂ©ennes.

Poster un commentaire