cat-right

Ebriago

Ebriago

  • ivraie

ebriago « Ivraie »¬†¬†¬†¬†

  • redoul (coriaria myrtifolia) » Voir Wikipedia pour redoul. Cette esp√®ce contient de la coriamyrtine, alcalo√Įde qui frappe les moutons d’intoxication alcoolique lorsqu’ils¬† consomment les baies. Le nom vulgaire redoul d√©signe aussi le sumac. Utilisation: Tanins: les grandes quantit√©s de tanins contenues dans cette plante l’ont fait utiliser pour le tannage des cuirs. Les feuilles ont √©t√© utilis√©es pour peindre en noir. Pigments: violet noir dans les fruits.

On cite leur utilisation au siècle dernier pour teinter le vin. Voir Wikipedia.

√Čtymologie : ebriago vient du latin ebriacus « ivre » un d√©riv√© de ebrius « ivre ». Ancien occitan ebriac, embriac, ubriac. Occitan moderne embria « ivre », embria√Į, – aigo (Al√®s), e(m)bray, b(e)ryac (Ari√®ge), etc.(cf.Thesoc, ivraie). Pour le languedocien est attest√© un embriaigo-cabro « lotier cornicule » (Wikipedia), autrefois utilis√© comme calmant et somnif√®re. Je pense que la source du FEW a confondu cette plante avec le coriaria myrtifolia ou redoul qui sert aussi pour le tannage. D√©riv√©s : ancien occitan abriaga « ivraie enivrante « ; occitan embriac, embriaga ; embriaig√† « enivrer ».

L’insertion d’un -m- ainsi que la chute compl√®te de la premi√®re syllabe et les variantes avec i- (fran√ßais) s’expliquent par le fait qu’il s’agit d’un e- long dans une syllabe ouverte. Voir Ascoli, dans l’Archivio glottologico 3, p.442. Consultable gr√Ęce √† l’universit√© de Toronto (globalisation !) qui vous permet de consulter cette revue dans les biblioth√®ques canadiennes et am√©ricaines!

Italien ubriaco « ivre », catalan embriac, espagnol embriago, portugais embriagado, basque iraka, iralka, libraka. A ma demande un visiteur qui conna√ģt bien le basque m’a r√©pondu : Le basque ira(l)ka « ivraie » est semble-t-il en effet un emprunt au gascon irague « id. », lui-m√™me du latin ebriaca. La variante roncalaise libraka avec b suppose un autre interm√©diaire roman pyr√©n√©en o√Ļ le b de la forme latine a √©t√© conserv√© (biraca ou quelque chose comme √ß√†, tr√®s probablement de l’aragonais).


ebriago?

             

¬† ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† embriaco « doronicum »¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†ubriago¬† « fumeterre »¬†¬†¬†¬†
Le nom a √©t√© transf√©r√© √† d’autres plantes: proven√ßal embriaco « doronic« , « centranthus ruber », ubriagia « colchique » (Alpes-Mar.), ubriago « fumeterre » (BduR) embrieiguas « sorte d’orchis » (Montpellier). Je ne connais pas les raisons de ces transferts, mais je pense que la plupart est enivrant(???).

Poster un commentaire