cat-right

Crosets, crozets

Crosets, crozets « sorte pâtes alimentaires ».
J’ai l’impression que les Savoyards ont fait main basse sur le nom crozets : « les crozets sont une variĂ©tĂ© de pâtes savoyardes. » Ă©crit un journaliste du Point, qui continue : « Chaque petit pays savoyard possĂ©derait son crozet. Qui se dit croĂŞze ou croĂŞju Ă  Albertville, croezu Ă  Annecy, croezet Ă  ThĂ´nes ou krozè en Oisans. Chaque vallĂ©e connaĂ®t son crozet, avec des noms, des formes, des saveurs et des recettes diffĂ©rentes… »

François Brachet, Ă©crit dans son Dictionnaire du patois savoyard de 1883,   que croset  est dĂ©rivĂ© du latin crux, crucem « croix », parce que les cuisinières faisaient une croix sur la pâte avant de la dĂ©couper. Il est suivi par Mistral et Mme Germi, malgrĂ© les difficultĂ©s phonĂ©tiques posĂ©es par cette Ă©tymologie.

Vous verrez que pour rendre Ă  ce mot son histoire probable, nous avons besoin des attestations anciennes. Von Wartburg a classĂ© le mot croset, crozet, crouset en moyen français , dans l’article *krosu « creux » un mot qui est peut-ĂŞtre d’origine gauloise.

Crozets…… savoyards ?

La plus ancienne attestation que von Wartburg connaissait datait de 1528 dans la traduction en français du livre de Battista Platina De honesta voluptate  Ă©crit vers 1470 : Croset s.m. « sorte de potage » : « Potaige Ă  la romaine, appellĂ© lozans ou crosetz.  »Â  Les recherches faites pour le Dictionnaire du Moyen Français ( DMF) ont permis de trouver une attestation plus ancienne : croset RĂ©gional. (Savoie) « Pâte taillĂ©e en forme de ruban » (Éd.) : …Qui bien se moulle, bien se baigne ; Qui fait chappelain, il fait prestre ; Qui fait crosetz, il fait lasaigne. vers 1485-14901.

Comme je suis gourmet, j’ai voulu en savoir plus sur le Potage Ă  la romaine. Google m’a guidĂ© vers l’article très intĂ©ressant de Jean Louis Flandrin, Les pâtes dans la cuisine provençale. Il Ă©crit qu’autrefois en Provence « Les vivres s’apprĂŞtent Ă  l’italienne avec force Ă©pices et sauces extravagantes et de haut gout… ». M. Flandrin a … creusĂ© le sujet et il vient Ă  la conclusion qu’au 14e siècle les crozets ressemblaient sans doute Ă  de petites Ă©cailles concaves ou des coquillettes. Autrement dit, les crosets sont creux. Il cite le Liber de coquina Ă©crit en latin en Italie mĂ©ridionale au dĂ©but du 14e siècle. Il a Ă©tĂ© commanditĂ© par la maison capĂ©tienne d’Anjou-Sicile, qui rĂ©gna aussi sur la Provence. .

« De la mĂŞme manière … » veut dire « de la mĂŞme manière que les lasagnes ». Avant de les servir, il faut les remplir de fromage râpĂ©. L’auteur de l’article Wikipedia sur le Liber de coquina a remarquĂ© que « Le nom des plats Ă©voque souvent la provenance des recettes », comme par ex. De brodio provencialico (sur le bouillon Ă  la provençale).

La conclusion est que les premiers crosets savoyards que nous connaissons viennent du sud de l’Italie comme les lasagnes. Le mot croset peut avoir la mĂŞme origine.  L’Ă©tymologie *krosu « creux » proposĂ©e par le FEW reste donc la plus probable.

Notes
  1. (Prov. rimes F.M., c.1485-1490, 54). = Proverbes en rimes.- Frank (Grace) & Miner (D.).- Baltimore : The John Hopkins Press, 1937

Poster un commentaire