cat-right

Costel, costa

Costel « pilori ». Au XVe si√®cle un blasph√©mateur √† Hierle (canton d’Aulas, Gard) est condamn√© e.a.√† d’estar sus lou costel per l’espaci de una hora. (Voir traucar pour le reste de cette condamnation). Je ne voyais pas le lien avec c√īte ou c√īt√©. Et pourtant, l’√©tymologie est latin costa « c√īte; c√īt√©, parois, flanc », vivant dans toutes les langues romanes tel quel ou dans le diminutif costella.

Occitan costa « os plat et courb√© autour de la poitrine »

Rien n’√©tait perdu autrefois. En Languedoc, comme partout, on mangeait des coustelons « c√ītelettes », mais apr√®s les avoir bien rousigu√©es on en faisait un coust√®l¬† « pi√®ge pour prendre les oiseaux form√© de deux c√ītes band√©es en forme d’arc » (Mistral), confirm√© par l’ALF pour le Gard. Dans la vall√©e du Seudre (Charente Maritime) on fait des coustilles « pi√®ge √† oiseaux fait d’une c√īte de boeuf, et garni d’un filet ».

Un de nos compatriotes a d√Ľ d√©m√©nager vers la region parisienne pour y gagner sa vie, comme « oiseleur », et il y a introduit dans l’argot le mot costel « pourvoyeur d’une masion de filles, maquereau » (Larousse, 1869).

Mais les costels pouvaient servir aussi √† donner des coustoulados « vol√©es de coup de b√Ęton ».

Costa a tr√®s t√īt pris le sens de « c√īt√© droite ou gauche d’un objet » en g√©n√©ral au pluriel et devient dans les d√©rives concr√®tement un costier « appentis », coust√® en b√©arnais, des couster√°sses « lamelles de bos flexible pour tresser des paniers » et enfin en ancien occitan dans les Alpes Maritimes, comme √† Hierle castel « pilori ».

          

Cousterasses                                                             Un costel parisien dans un costel.

Poster un commentaire