cat-right

Coscolha

Coscolha « cosse, gousse, grelot, enveloppe des amandes; (estomac, santé ???=Alibert). Etymologie : latin (?) cuscolium « kermès ».

kermès

Il n’y a qu’une seule attestation en latin de cuscolium de sorte qu’on suppose qu’il s’agit d’un emprunt à une autre langue. Les représentants de cuscolium vivent autour de la Méditerranée : catalan cascalh « chêne-kermès », espagnol coscojo « kermès », basque koskolla « bourse », corse coscúglia « gousse de la châtaigne » ainsi qu’en occitan. Les premières attestations viennent de Foix en Ariège: coscolha « coquille » (14e s.), cascalha « coquille d’un animal » .

Une  visiteuse fidèle de Mirepoix, m’a signalé le mot couscouril : « Le couscouril, ici, c’est ce qui reste de l’épi de maïs, une fois qu’on en a retiré les grains. On se sert des couscourils, entre autres usages, pour allumer le feu. »

Les représentants de cuscolium se différencient beaucoup du point de vue phonétique : kouskèl « coquille » (Val d’Aran) kóskle « coquille de la noix » (Lozère), klesk « coque d’oeuf » (Ariège), clos « coquille (de noix) » en Languedocien, et du point de vue sémantique : couscouillo « brou des amandes » (Aveyron), mais au pluriel des couscouilhes sont les « petits grumeaux qui restent dans la poêle quand on fait des crêpes » à Aspe (Pyr.Atl.), cascoulhas « feuilles de maïs préparées pour faire des matelas », closca « tête, crâne » (languedocien) , ou même clos, cros « noyau » dans beaucoup de parlers languedociens.

(Le chêne kermès tire son nom de la cochenille qui le parasite, Kermes ilicis (de l’arabe qirmiz , du persan qirmiz : sanglant; rouge; cochenille) Wikipedia.). On récoltait autrefois les femelles pour en tirer, après séchage et broyage, une teinture rouge écarlate.

Poster un commentaire