cat-right

Camparol

Camparol « champignon »  *campaniolus , dér. en –olus du lat. campania  « plaine ». A l’origine campaniaétait un nom propre et désignait la plaine fertile près de Naples.

 Le sens général « plaine » date du VIe s. Le dérivé. *campaniolus  (campania + olu  est limité au galloroman) était probablement d’abord un adjectif et désignait  les plantes ramassées dans les champs. Ce sens s’est spécifié ensuite pour désigner les champignons. Cf. cat. camperol « relatif aux champs ; paysan ». La forme campagnoule (oc)ou champagnoule (fr), se trouve un peu partout en France ;  en lang. campanholet (Durieu).

Le changement de –n- en –r- vient du  gascon camparó,  attesté depuis 1567. Cette forme gasconne a gagné Toulouse et de là le languedocien jusqu’à Albi (Durieu) et peut-être plus loin ?

D’ou vient le sens « potiron » (Alibert), qui a existĂ© aussi pour fr. champagnol (TrĂ©voux), n’est pas très clair. De la forme ? ou de la couleur? Un lecteur m’Ă©crit: « Le fait est que j’ai pu dĂ©couvrir lors d’une autre recherche il y a qqs mois que « Potiron » est aussi, en VendĂ©e et dans le Poitou, un champignon. Certains cèpes ont une couleur et des boursouflures qui Ă©voquent la citrouille.  » VoilĂ  une explication!

Dans la langue d’oïl le suffixe –olu a été changé en –one : champignon.  La forme fr. s’est répandue à partir de Paris dans toute la France et même à l’étranger :  allemand, angl., néerlandais champignon, esp. champiñon.

Ma première voiture avait encore un  « accélérateur  » en forme de champignon.

Le mot fr. campagne qui remplace depuis le 16e-17e s. l’ancien français champagne, a probablement été emprunté à l’occitan.

Poster un commentaire