cat-right

Baou(ch), bau

Baou, bau « fou », provençal bau « plaisant, facĂ©tieux », lang. bauch ou  baou « fou » (M), dans l’HĂ©rault tši baou « chien enragé ». C’est Joan Coromines grand connaisseur du catalan, castillan et de l’occitan qui l’a rattachĂ© au germanique *bald « hardi, courageux ».   Une forme gotique *baldius serait passĂ© très tĂ´t en roman.

baou ou boud?

L’Ă©volution sĂ©mantique « hardi » > « fou » ne pose pas de problèmes:  quand je veux monter sur le toit pour orienter la parabole ma femme me dit « t’es bĂ ou », moi je me trouve bald, boud, mais je pourrais m’abaouchá.. »tomber sur le visage ».(S).  Le sens originel de *bald existe encore en nĂ©erlandais boud prononcez [bĂ out], boute dans l’expression een boute bewering « une assertion hardie », ou l’adv. boudweg ‘d’une façon hardie, tĂ©mĂ©raire’, le prĂ©nom Boudewijn, Baudewijn « Baudoin », le deuxième Ă©lĂ©ment de Leopold , Archibald. Ancien occitan baut « joyeux, hardi », allemand bald adv. « bientĂ´t », anglais bold « courageux ».

En Occitanie, la forme avec un - c Ă  la fin et ses dĂ©rivĂ©s sont limitĂ©s au languedocien, ancien occitan bauc « fou , niais », bau, baudjo adj. (Gard), bauch, -jo (Aveyron),mais on le retrouve en catalan boig, boja adj. »fou, malade mental », se dit aussi d’une aiguille d’une boussole (DIEC). DĂ©jĂ  attestĂ© en ancien occitan bauc adj. « fou, niais ». Mistraldonne pour le languedocien les dĂ©rivĂ©s bauchas « grand niais », bauchet « petit fou », bauchinard « folâtre », bauchun « extravagance », et spĂ©cial Ă  NĂ®mes baugeso s.f. « fadaise » (XVIIe siècle).
Dans le lexique de Montpellier (XIXe siècle): baug (pron. « baw ») (=) fou, v. fòl, caluc, tĂ­mbol « A fauta d’un baug metem un savi en cadièira » (Prov); bauginardĂ s (=) petit fou.; rire baug (=) fou-rire.
Les Valleraugois (30570) connaissaient un dicton: Longo Ă© primo, booudjo o lo cimo « longue et mince, folle Ă  la cime » (Atger, p.67).

D’autres mots du mĂŞme champ sĂ©mantique, comme brave,  suivent une Ă©volution analogue.

Discussion.

Dans le nouveau dictionnaire Ă©tymologique du nĂ©erlandais (EWN s.v. boud) , je trouve qu’il y a Ă©galement des mots celtiques comme ancien irlandais balc « fort » et gallois balch « fier, joyeux » (pour Ă©couter la prononciation clicquez ici ) qui proviennent d’une racine *balk-,   un emprunt Ă  une langue prĂ©-indo-europĂ©enne. Cette racine avec -k expliquerait les formes languedociennes et catalanes.

Sujet Ă  approfondir! Je crois qu’il faudra revoir l’Ă©tymologie de cette famille de mots, et les rattacher plutĂ´t au celtique *balk- qui expliquerait notamment les formes fĂ©minines et les dĂ©rivĂ©s.

Dans un dictionnaire du Proto-celtique je trouve: Proto-Celtic: balko- ‘strong’ [Adjective]
Old Irish: balc [o] ; Middle Welsh: balch ‘fine, proud, strong, brave’ ;Middle Breton: balc’h ;Cornish: balgh ;Proto-Indo-European: *bhel- ‘strength’
Page in Pokorny: 120; IE cognates: OE beald ‘bold’ .

Poster un commentaire