cat-right

Liri, ile, lirga

Liri « lis ». Alibert donne la variante lire et pour l’Agenais ile, ili, ieri et pour les CĂ©vennes un dĂ©rivĂ© lirga « glaieul ». Cette mĂȘme forme existe aussi Ă  Toulouse dans les composĂ©s lirga dels pesquiers « glaĂŻeul des viviers », lirga jaune « iris jaune », lirga larga « iris germanique, flambe ».

L’abbĂ© de Sauvages donne la forme eli et dans la deuxiĂšme Ă©dition eli ou lĂ©ri.

L’Ă©tymon est un mot du Proche-Orient, peut-ĂȘtre l’Ă©gyptien ou le kopte hreri, hlĂ©li qui nous est parvenu par le latin lilium ou le grec leirion. Dans notre rĂ©gion, de la LozĂšre jusqu’aux Alpes, existe une forme ilo, Ă©li qui repose sur une base *jilium que nous retrouvons par exemple en toscan giglio. Ailleurs en occitan, mais aussi en Italie et ibĂ©ro-roman il y a les formes qui reposent sur une base *lirium . Il n’est pas impossible que dans les colonies grecques du Midi, vivaient deux formes *lirion et *lerion et que les diffĂ©rences actuelles entre les patois qui ont liri et ceux qui ont leri reposent sur les ces deux formes grecques.

lis

iris

iris


Les Occitans bilingues ont une position enviable! Ils comprennent toutes les autres langues ouest-europĂ©ennes: catalan lliri, espagnol et portugais lirio, anglais lily, allemand Lilie, nĂ©erlandais lelie et peut-ĂȘtre mĂȘme l’italien giglio!

Poster un commentaire