cat-right

Jupa

Jupa s.f. « jupe; cotte; souquenille; sarrau ou blouse de travail ample √† manches longues, port√©e par-dessus les v√™tements. » (Alibert). L’abb√© de Sauvages √©crit jhipo ou jhipou avec en plus le sens « estomac » et il cite Goudouli « …p√ęr m√ę fair’ un jhipou de fusto » (pour me faire un estomac de f√Ľt). L’√©tymologie est un mot d’origine arabe ¬ę veste de dessous ¬Ľ.Voir √† ce propos le TLF

D’apr√®s les donn√©es du Thesoc la forme avec un -i- attest√© en occitan depuis le XVe si√®cle, a compl√®tement disparue sous l’influence du fran√ßais. Cela s’explique par le fait que les donn√©es reposent sur la demande¬† des enqu√™teurs : « jupe » sous-entendu « v√™tement f√©minin ». Je n’y ai pas trouv√© des repr√©sentants du mot arabe avec un autre sens. Dans les dictionnaires par contre,¬† la forme avec -i- est fr√©quente pour les mots qui d√©signent des « pourpoints, des veste, des gilets ou d’autres v√™tements masculins » et la forme avec -u- pour les mots qui d√©signent des v√™tements f√©minins. L’influence de Paris est √©vidente.

.

jupa de paysan13e s.                          jupe 16e s.                          corps et bas de jupe 17e s.

Il ressort des attestations tr√®s anciennes (Xe-XIe si√®cle) que le mot arabe a √©t√© introduit¬† probablement avec le v√™tement via la Sicile en Italie et de l√† en France, dans les deux formes, avec -u- et avec -i-. Dans la p√©ninsule ib√©rique nous ne trouvons que la forme avec -u- : aljuba qui a √©t√© emprunt√©e directement √† l’arabe.

Jusqu’au XVIe si√®cle la jupe est surtout un v√™tement d’homme, un genre de blouse qui est port√©e sur la chemise et qui est recouverte d’un autre v√™tement. La longueur varie de la mi-cuisse jusqu’aux genoux, ou m√™me jusqu’aux chevilles. Il y a des images dans Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonn√© du mobilier fran√ßais de l’√©poque carlovingienne √† la Renaissance. 6 vol. 1858-1875.

La premi√®re attestation de jupe ¬ę v√™tement f√©minin dont le haut est ajust√© √† la ceinture, et qui descend plus ou moins bas selon la mode ¬Ľ ne date que de 1603.(TLF). En 1623 une nouvelle mode a prescrit aux femmes une « jupe » qui √©tait ouverte sur le devant. Le v√™tement port√© en dessous √©tait rallong√© et embelli. Le haut de ce v√™tement s’appelait corps de jupe et le bas bas de jupe , plus tard abr√©g√©s en¬† corps et jupe. Le TLF s.v. corps note : « La robe se compose de la jupe et du buste ou corps de la jupe : ensuite toutes les femmes ayant la pr√©tention d’√™tre minces, le corps de la jupe est devenu par courtoisie un petit corps ou corset et il deviendra sans doute un corselet. GOURMONT, Esth√©tique de la lang. fr., 1899, p. 207.

Le jupon suit la m√™me √©volution que la jupe qui est descendue physiquement de l’√©paule vers la taille, mais est mont√©e socialement des « petites gens » √† la cour de Versailles. Le cotillon par contre a perdu la bataille : « on le dit particuli√®rement de celle [la cotte] des enfans, des pa√Įsannes, ou des petites gens » Tr√©voux 1704 d’apr√®s TLF. `

Poster un commentaire