cat-right

Jolverd

Jolverd. En occitan, √† l’exception du limousin, de l’auvergnat et du gascon, le compos√© de jŇćlń≠um + viride litt√©ralement « ivraie verte » sert √† d√©signer le « persil ». Le catalan jolivert √©galement. Les premi√®res attestations (N√ģmes, Arles, Sisteron) datent du 14e si√®cle. En fran√ßais r√©gional de Gignac tchaubert. (Lhubac). Le Thesoc fournit une seule attestation dans les Alpes Maritimes. Une explication de cette d√©nomination n’a pas encore √©t√© trouv√©e. Si vous avez une id√©e, contactez-moi svp.
Il y a une suggestion dans le Diccionari etimol√≤gic qui pense √† une confusion avec un repr√©sentant de jilium d√©formation de lilium attest√©e en occitan de la Loz√®re jusqu’aux Alpes. Il existe aussi une « fausse ivraie » (Catapodium loliaceum) et un « faux persil » (Aethusia cynapium L.), qui contient des faibles quantit√©s d’alcalo√Įdes = toxique.¬† Pourrait-il¬† y avoir une confusion entre la fausse ivraie (un bon fourrage) le faux persil (toxique) et le persil fris√©. ???
Panoccitan : jòlh, jolheta ; jolverd, : ~ salvatge jolverdar, jolverdassa, jolverdat, jolverdada, jolverdina.

Allemand lolch « ivraie; nielle des bl√©s », basque loilo; catalan jull,julivert, espagnol joyo, portugais joio. Moyen n√©erlandais lolic, n√©erlandais dolik

cigue
Ivraie                           Persil                                       Persil frisé                                   Cigue, faux persil

 

Poster un commentaire