cat-right

Agantar

Agantar v.tr. « saisir, empoigner »Â , en fr.rĂ©g. aganter (Lhubac). Cette forme est limitĂ©e en occitan Ă  la rĂ©gion Ă  l’est du RhĂ´ne et au languedocien, mais il existe aussi en italien agguantare, en espagnol, en portugais aguantar « prendre »Â  et en catalan agontar « supporter ; durer ».

L’origine d’ agantar est le  prĂ©fixe latin ad + le francique want « gant ». Les Romains  ont empruntĂ© le mot avec la chose aux Francs. Ils ne connaissaient pas cette forme de gant qui couvre la main et chacun des doigts sĂ©parĂ©ment,  Il faut pourtant remarquer que les plus anciennes attestations du germanique want dĂ©signe des gants sans doigts, comme encore de nos jours en allemand Want et le nĂ©erlandais wanten.

Plus tard, au moyen âge, le gant jouait un rôle symbolique important dans la transmission du droit de propriété et les pleins pouvoirs.

A PĂ©zenas le sens de aganta s’est spĂ©cialisé :  »Â recevoir une gifle »Â . Dans le jeu de la pĂ©tanque anganter  = « attraper »; pour le sens prĂ©cis voir RenĂ© Domergue.

La forme agansa attestĂ©e Ă  Colognac, est nĂ©e sous l’influence du verbe gansar « faire un nud de ruban ; saisir, empoigner »Â  qui vient du grec gampsos.

Le mot occitan gan comme l’italien guanto, le cat. guant, esp. et pg. guante ont Ă©tĂ© empruntĂ©s au français. L’impĂ©ratif occitan agante ! « prends, attrape ! »Â en parlant du cordage d’un bateau,  a Ă©tĂ© introduit en français au 18e siècle comme terme de matelot . 

Pas mal de noms de plantes font référence à la forme du gant ou les 5 doigts :

agant-minous silene armeria

gantelet campanule  .

Sur l’histoire et l’Ă©volution du gant au sens propre comme au fig., voir Larousse 1866s.v. gant et aganter.

Poster un commentaire