cat-right

Barracon

Barracon (m), baracou en fr.rĂ©g.  Un diminutif de barraca (littĂ©ralement « petite baraque ») qui est appliquĂ© aux cabanes en pierre sèche des causses de Blandas et de Campestre (Gard) et Ă  celles de la commune de Saint-FĂ©lix-de-l’HĂ©ras dans le Larzac hĂ©raultais. (Lassure). Dans ce site il y a une page avec photos des baraques de l’HĂ©rault.

On appelle baraquettes  les petites cabanes du Mont St.Clair à Sète (Méditeria n°18, p.27). Voilà un autre mot dont l’origine n’est pas claire.  Les étymologistes pensent que c’est un emprunt à l’espagnol barraca (XVe s.), mais on le trouve en ancien occitan déjà au XIVe s. et le dépouillement des manuscrits en ancien occitan est loin d’être complet.  Il pourrait s’agir d’un dérivé occitan de barra  « barre », parce que dans les premiers textes en ancien occitan, la  baraca  désigne des bâtisses en planches  construites pour l’armée qu’on brûlait à leur départ. (Un bon débarras !)

Pendant la guerre de 30 ans (1618-1648, la période française dura de 1635 à 1648, intervention de Richelieu, bataille de Rocroi) le mot militaire a été introduit en allemand et puis dans les autres langues européennes : allemand Baracke, néerlandais barak.

  L’ anglais barracks « bâtiments pour les soldats » a gardĂ© le sens originel.

Pour plus de renseignements sur les différents noms et leurs histoires cliquez ici constructions en pierre sèche

Christian Lassure, auteur de ce site magnifique, m’Ă©crit : Enfin, mes grands-parents maternels Ă  Saint-Amand-les-Eaux dans le Nord, après la première guerre mondiale, avaient achetĂ© aux Chemins de fer de l’Ă©poque un « baraquement » en planches qui avaient servi Ă  loger des employĂ©s, et l’avaient remontĂ© dans leur terrain (oĂą ils avaient fait construire en dur pour eux-mĂŞmes) pour y loger mes arrières-grands-parents maternels. Après leur mort, mes parents reprirent la maison et firent dĂ©monter et brĂ»ler sur place le « baraquement ».

Poster un commentaire